Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

france

Jungle de Calais : une double politique irresponsable et inhumaine

Publié le par thalasrum

Le gouvernement a décidé l'évacuation du plus grand bidonville de France : la "jungle" de Calais. 7 à 10.000 étrangers entassés dans des conditions précaires et indécentes depuis des mois, donc au moins 1.300 mineurs isolés. Cette zone de non-droit perdure en raison de l'incapacité de deux des pays les plus riches au monde de se mettre d'accord pour accueillir ces étrangers qui ont tout quitté espérant un avenir meilleur en Europe et si possible en Grande Bretagne.

L'évacuation est théoriquement prévue à partir du 24 octobre, avec des dizaines de bus pour emmener les étrangers dans des centres d'accueil, avec le concours de plus de 3.000 forces de l'ordre supplémentaire. La situation risque d'être d'autant plus tendue que ces étrangers souhaitent à tout prix se rendre au Royaume Uni.

La question des mineurs est encore plus ténue : 1.300 enfants seuls, livrés à eux-mêmes dans ce territoire, alors que la scolarisation des moins de 16 ans est une obligation en France. Quand Manuel Valls prétend faire appliquer le droit en évacuant la "jungle", il faut se poser la question de tout ce qu'il n'a pas fait pour ces mineurs en matière d'accueil et d'éducation !

Que représentent ces 10.000 migrants ? 0.015% de la population du Royaume Uni ou de la France. C'est à dire strictement rien en proportion de ce que la Suède a réussi à accueillir décemment durant la seule année 2015 (1.5% de sa population !). Pour nos amis libéraux que seul l'intérêt économique importe, le choix de la Suède s'est avéré tellement payant qu'elle termine l'année avec une croissance de 4.5%. La France et le Royaume Uni, dans un enfermement intellectuel et idéologique abject, digne des pires heures, continuent de refuser de s'occuper de ces étrangers qui ont tout quitté.

Est-il nécessaire de rappeler à la France qu'il y a quelques décennies, les français fuyant l'occupation étaient bien contents de trouver l'asile dans des pays voisins ? Ce serait trop demander de convoquer l'Histoire à l'heure où l'idéologie xénophobe des années 30 est érigée en dogme par nos dirigeants ! 

En attendant, l'annonce de la fermeture de la "jungle" a fait légèrement évoluer la position des britanniques qui vont enfin accueillir les mineurs isolés. Pour les adultes, le chemin de croix du rejet va continuer, ailleurs qu'à Calais, mais dans des conditions sans doute pas meilleures. La France et le Royaume Uni font honte à leur Histoire glorieuse d'accueil, de tolérance, qui ont construit leur grandeur. Nos gouvernements actuels sont décidément des nains terre à terre, opportunistes et obtus.

Voir les commentaires

Bilan du débat de la primaire de la droite : ne soyez ni pauvre, ni salarié, ni fonctionnaire !

Publié le par thalasrum

C'est vrai j'ai zappé largement avant la fin du premier débat des candidats de la primaire de la droite et du centre. Il y avait un agité au centre du plateau qui me donnait le tournis, mais surtout parce que j'ai très vite saisi que je ne faisais décidément pas partie de l'électorat de ces sept candidats potentiels. Mais quel est donc leur programme ? Il faut un bon microscope pour trouver des nuances entre ces acteurs potentiels.

Tous veulent diminuer les impôts sur le revenu et diminuer ou supprimer l'impôt sur la fortune. Traduit en français de base, c'est très clair. Comme environ 50% des français ne payent pas d'impôts, diminuer ces impôts, c'est nécessairement favoriser les riches, et supprimer l'impôt sur la fortune, c'est favoriser les plus riches. Soyons juste avec M.Poisson qui propose lui de faire payer à tous l'impôt sur le revenu, donc aussi aux plus pauvres qui n'en payent pas jusque là, pour les appauvrir un peu plus.

Tous veulent augmenter la TVA ! La TVA, vous savez, Taxe sur la Valeur Ajoutée, que vous payez à chaque achat que vous faites. La TVA, cet impôt aussi injuste que possible, qui frappe donc  plus fortement les pauvres que les riches, puisqu'il est identique pour tous quand vous achetez votre litre de lait ou votre baguette de pain (ne ricanez pas ! Copé n'a pas parlé de pain au chocolat)

Tous veulent diminuer le nombre de fonctionnaires. Entre 300.000 et 600.00 pour les plus audacieux. Mais leur ambition est clair : il faut détruire les services publics. Vous savez, l'école gratuite  pour tous, l'hôpital, tout ce qui permet aux citoyens, sans distinction de richesse de profiter du même service de qualité, exercé par des professionnels qui ont pour vocation de servir les citoyens en exerçant leur métier. Quand même, contexte d'attentats oblige, tous ont une petite gêne concernant la sécurité (police et armée), alors on ne créera pas de nouveaux fonctionnaires dans la sécurité, mais on ne les diminuera pas non plus... Tant pis pour les forces de sécurité en sous effectifs exsangues par leurs missions liées à l'état d'urgence !

Tous veulent casser le statut de fonctionnaire et augmenter leur temps de travail. Même s'il y a de graves approximations et une méconnaissance très large du statut de fonctionnaire, l'idée est là. Il faut que les fonctionnaires travaillent 35 à 39 heures selon les candidats ! Enfin une mesure pour les enseignants qui n'ont jamais bénéficié de la diminution du temps de travail de la loi Aubry, direz-vous. Gageons que quand ils s'en rendront compte, ils augmenteront le temps prescrit. L'objectif est clair, le regard haineux, ils veulent casser du fonctionnaire. Quant au statut, NKM a commis la meilleure. Elle a pris l'exemple de l'armée où, "dans une fonction régalienne, les militaires sont sous contrat". Certes, ma chère NKM, mais après 15 ans de contrat, ils touchent une retraite à taux plein... ce qui n'est pas le cas des autres fonctionnaires. Enfin passons ! Fonctionnaire ! Ces sept candidats ne t'aiment pas du tout !

Tous veulent casser plus ou moins gravement les 35 heures et le code du travail. Il y a certes des nuances entre ceux qui veulent revenir totalement sur les 35 heures et ceux qui veulent laisser chaque entreprise décider par elle-même (Sarkozy himself, qui propose de réintroduire le Far West du XIXème siècle dans toutes les entreprises). Le message est clair : redonner tous les pouvoirs au patron et réduire tous les droits des salariés !

Le bilan est clair : si vous êtes fonctionnaires, salariés du privés, pauvres, classes moyennes, ces sept candidats n'ont que des propositions pour dégrader votre vie ! Maintenant, vous le savez bien clairement ! Ces sept candidats sont les candidats du MEDEF, de l'oligarchie, de la grande finance et ils l'assument tous ! Prenez vos dispositions pour 2017 !

Voir les commentaires

Faut-il aller voter à la primaire de la droite ?

Publié le par thalasrum

Quatre euros (deux au premier tour et deux au second) pour dégager le nain Sarkozy de la course à la présidentielle, et lui permettre de consacrer son temps à répondre à la justice, c'est vrai que ça fait envie. En tout cas, la partie irrationnelle du cerveau se dit que c'est finalement un calcul simple : on peut éliminer un candidat dont on ne veut pas, et cela avant le premier tour de la présidentielle !

Cependant, soyons pragmatique, puisque c'est de cela qu'il s'agit ! Si l'on y va pour fermer la porte à Sarkozy, c'est nécessairement pour le remplacer par quelqu'un. Et là ! Ça se complique fermement. Parce que parmi les six autres candidats, si l'on enlève les candidatures de vitrine ( ce malheureux Poisson du parti chrétien démocratie, ce malheureux Copé qui traine sa misère de plateau en plateau, cette pauvre NKM qui cherche un style), il ne reste plus guère de choix.

Bruno Le Maire ? Le "jeune" polytechnicien méprisant et libéral, avec les dents qui rayent le parquet, qui veut faire des coupes sombres dans l'emploi public, qui promet un énième plan de rigueur aux français avec une baisse des impôts (donc plus d'argent pour les plus riches) ?

François Fillon ? Le bourgeois rural libéral qui n'est jamais entré dans le XXIème siècle ? Celui qui a déjà dirigé pendant cinq ans la France comme premier Ministre, qui a osé la déclarer en faillite ? Celui qui a appliqué strictement la RGPP (la Réforme Générale des Politiques Publiques qui a conduit à 80.000 suppressions de fonctionnaires dont 12.000 dans la police et la gendarmerie) et qui promet de continuer une fois élu, en mettant tous les fonctionnaires à 39h (peut-être faudrait-il lui expliquer que le plus grand corps de fonctionnaire, les enseignants n'a jamais bénéficié du passage aux 35h)?

Alain Juppé ? Le condamné du RPR, qui revient, encore plus vieux, encore plus libéral, encore plus anti-fonctionnaire qu'en 1995 quand il était alors premier ministre de Chirac (avec des millions de français dans la rue contre sa scandaleuse réforme des retraites) ? Les médias se battent pour le faire passer pour le gars "cool" de la droite, mais son programme est un copier-coller du libéralisme primaire : baisser les impôts (des riches), ne pas toucher à la TVA (qui frappe au plus fort les pauvres), passer les fonctionnaires à 37 heures, réduire le nombre de fonctionnaires (donc diminuer les services publics pour tous.

Comme ils se battent tous pour enterrer le gaullisme, l'État-providence, les services publics, et la France du CNR (Conseil National de la Résistance) dont ils se prétendent pourtant les héritiers, on va les laisser s'étriper entre eux. Entre le nain Sarkozy, le nain Juppé, le nain Fillon et le nain Le Maire, aucun n'a la carrure d'un président de la République, aucun n'a la vision pour améliorer la vie des français, aucun n'a d'autre ambition que son minuscule ego largement surdimensionné !

Quatre euros, c'est finalement beaucoup trop cher pour aller choisir celui qui propose de servir au mieux les intérêts de l'oligarchie contre le peuple français ! 

 

Voir les commentaires

Sanaa meurt sous les bombes de l'Arabie Saoudite : tant pis ! Alep occupe les médias !

Publié le par thalasrum

Sanaa, ville du Yémen se meurt sous les bombes de l'Arabie Saoudite. Sanaa se meurt en silence. Le week-end dernier, un raid aérien de l'Arabie Saoudite a tué 140 personnes. Pas de chance ! Il ne s'agissait pas de terroristes. Ni de combattants ! Il s'agissait d'un convoi funéraire. 140 civils de plus tués avec des armes françaises, britanniques, étatsuniennes et suisses. Les quatre principaux fournisseurs d'armes de l'Arabie Saoudite. De là à dire que nos grands médias français n'en parlent pas parce que ce sont nos bombes qui tuent dans ce petit territoire aux confins de la péninsule arabique, il y a un pas.

Nos grands médias ont déjà leur guerre, leurs morts, leur cité martyre : Alep ! Ville bombardée, affamée, assiégée par un dictateur, Bachar El-Assad. Le dictateur est soutenu par un autre personnage honni des grands médias libéraux : le russe Vladimir Poutine. La guerre froide simplifiait tellement les rapports de force jusqu'en 1991 que nos grands médias en restent toujours à ce schéma d'analyse primaire : les méchants russes bombardent et sacrifient le peuple d'Alep, tandis que les gentils américains rétablissent la démocratie en Irak et en Afghanistan ? Sic ! Pendant ce temps, les gentils français rétablissent la démocratie au Mali ou en Libye ? Défense de rire !

Oui, mais tu fais ton malin toi, à dénoncer les ventes d'armes à l'Arabie Saoudite. Mais si la France arrête, il y en aura d'autres pour prendre la relève ! Et l'industrie française de l'armement, tu en fais quoi ? Tu n'es donc pas un patriote de l'industrie française ! La France est obligée de vendre des armes à l'Arabie Saoudite pour maintenir son économie. C'est comme ça. Après, ce que l'Arabie Saoudite fait des armes... Il est mieux de ne pas trop savoir.

Serait-il mesquin et provocateur de retourner cette belle argumentation auto-justificatrice avec la Russie, qui elle aussi fait marcher son économie de l'armement en vendant des armes à la Syrie ! Ah non non non ! Là, ça n'a rien à voir ! Ce n'est pas comparable ! La Russie vend des armes à un méchant dictateur syrien, c'est mal ! Il est vrai que l'Arabie Saoudite est une grande démocratie. J'avais oublié mon manuel ! Certes, les femmes n'y ont aucun droit. Certes, on fouette publiquement les blogueurs qui s'expriment un peu trop ouvertement ! Certes, on y applique très vite la peine de mort. Mais l'Arabie Saoudite est un pays ami...Ah... Ok ! Continuons à nous taire, puisque c'est pour le bien de l'économie !

En tout cas, nos amis yemenites seront contents de savoir qu'ils prennent des bombes françaises sur la figure, et que leur mort servira au maintien de l'économie tricolore !

Voir les commentaires

Ambition intime : un président ne devrait pas dire ça !

Publié le par thalasrum

L'absurde du pire de la télévision étatsunienne est souvent considéré comme modèle par les producteurs médiatiques français. C'est pour ça qu'après des années de dénigrement du show politique étatsunien où l'apparence et la vie privée primaient sur les idées politiques, les médias français, aidés en cela par un personnel politique français à court d'idée, ont décidé d'importer la méthode.

Après s'être affichés dans les magazines people, puis avoir été invités dans les émissions de divertissement où ils n'auraient jamais du avoir leur place, des hommes politiques se sont vus conviés ce dimanche à une émission conçue exclusivement pour les candidats aux élections présidentielles par Karine Lemarchand.

Karine Lemarchand, présentatrice de l'émission de télé-réalité "L'amour est dans le pré", dont le concept consiste à tenter de trouver des conjoints à des personnages aussi caricaturaux que possible, en état de grande misère sexuelle, a donc décidé de se lancer dans une émission politique, sans faire de politique ! sic !

Qui cela peut-il intéresser de connaître la vie, la jeunesse, l'intime d'hommes politiques dont le but est de gouverner la France ? Alors que les entreprises sont régulièrement condamnées quand elles s'immiscent dans la vie privée des salariés, les médias jettent en pâture la vie privée d'hommes politiques consentants aux électeurs potentiels, à une heure de grande écoute. Certes, certains hommes politiques ont refusé, tels le président de la République, François Hollande. Mais il vient dans le même temps de laisser publier 660 pages de confessions intimes (Un président ne devrait pas dire ça) où il livre encore plus que n'oaurait osé lui demander Karine Lemarchand.

Mais qui donc cela peut-il bien intéresser ? La question reste entière... Sauf si l'on se tourne vers les réseaux sociaux. Pour constater l'unanimité de la fachosphère pour saluer l'émission qui a "permis à Marine Le Pen d'être traitée comme les autres candidats" dixit de nombreux commentaires. La conclusion est évidente, mais mieux vaut encore l'écrire pour ceux qui n'auraient pas compris.

Faire de la politique en arrêtant de faire de la politique ne sert que l'extrême droite qui veut parler de tout. De tout, sauf de ses idées, sauf de son programme !

 

 

Voir les commentaires

L'irresponsable Manuel Valls veut donner trois régions au FN

Publié le par thalasrum

Comment qualifier les propos du premier ministre si ce n'est par l'irresponsabilité ? Dans trois régions (PACA, Nord, Est), le premier ministre appelle les socialistes qui pourraient se maintenir à se désister pour laisser un second tour entre LR et FN. Dans ces trois régions, si l'on suit le premier ministre, les grands choix concernant les lycées, la formation professionnelle, les transports ferroviaires, l'environnement, le développement économique... seront entre les mains exclusives des libéraux LR, ou des ultra-libéraux qui veulent détruire tout service public du FN. Le retrait à la fin du premier tour voulu par Manuel Valls est un véritable attentat à la démocratie, aux citoyens, aux électeurs, aux militants, aux candidats.

Tout cela dans l'esprit électoraliste de 2017 pour arriver devant les électeurs avec un seul programme sécuritaire et la menace du rempart ultime contre le FN. "Rappelez vous les régionales de 2015 clameront-ils !"

L'esprit de Manuel Valls semble obnubilé par l'union Nationale, et par une fusion LR PS à laquelle il aspire en appliquant d'ores et déjà le programme de la droite. Mais le premier ministre a oublié l'essentiel : les Républicains de Nicolas Sarkozy préfèrent pour la plupart une alliance avec le FN qu'avec le PS... Erreur stratégique majeure qui condamne le PS ! Manuel Valls veut à tout prix se maintenir au pouvoir, comme feu le géant Cavanna décrivait les relations entre les hommes et le pouvoir : "Il n’y a pas de bon pouvoir. Le pouvoir est le pouvoir, il fait de toi ce qu’il veut, dès que tu crois l’avoir conquis. Quelles qu’aient été tes intentions, ton idéal, tu es prisonnier de la férocité des factions et de la connerie de la foule."

Quels zozos vont se laisser enfermer dans ce refus de faire de la politique ? Dans ce refus d'entendre le peuple, ses envies et ses choix ? Dans ce refus d'accepter la lourdeur du sens "socialiste" dans la dénomination de ce parti ?

Il faut donc être admiratif du choix fait par Jean-Pierre Masseret dans l'Est de la France de se maintenir contre l'avis obscène du premier ministre Valls. Et espérer qu'il va faire tâche d'huile dans les 24 heures dans le Nord et en région PACA pour donner une chance à une liste "de gauche" de prendre un maximum de voix et faire obstacle au FN.

Voir les commentaires

Lettre à mes amis socialistes !

Publié le par thalasrum

Je ne suis pas socialiste et je ne suis pas encore quadra. Mais pour que vous compreniez bien qui je suis, sans aucunement vouloir réécrire l'Histoire, j'aurais choisi 1792 plutôt que 1789, Robespierre plutôt que Danton, Cachin plutôt que Blum en 1920, les 80 plutôt que les pleins pouvoirs à Pétain, le CNR plutôt que la collaboration, l'État providence plutôt que le social libéralisme...

En 2002, j'assume pleinement avoir voté Christiane Taubira plutôt que Lionel Jospin qui bien que candidat PS avait clamé "mon programme n'est pas socialiste !"

Je suis de gauche. Celle qui pense que la fraternité, est tout aussi importante que l'égalité, sans remettre en cause la liberté.

Ce soir, mes amis socialistes, je me demande quel calcul vous faites ! Quand votre secrétaire M.Cambadélis explique que vos listes qui pourraient se maintenir au deuxième tour, vont se désister pour laisser au deuxième tour le choix entre FN et "LR", je me demande quel est le niveau de réflexion.

Qui êtes vous donc pour croire une seule seconde qu'un homme de gauche puisse se déplacer le 13 décembre pour voter LR contre le Front National ? Qui êtes vous donc pour croire qu'un homme de gauche va aller mettre un bulletin dans une urne pour Xavier Bertrand ou Christian Estrosi qui a appelé en 1998 à s'unir avec le Front National ? Qui êtes vous donc pour penser un seul instant que ceux qui ont voté Chirac contre Le Pen en 2002 vont reproduire cette chianlit ?

Car que va-t-il se passer dimanche prochain ? La gauche - ceux qui s'en revendiquent sans y ajouter l'adjectif de libéral, ou de tout autre adjectif qui discrédite immédiatement la revendication initiale - n'ira pas choisir entre la droite ou l'extrême droite ! La gauche gonflera le rang des abstentionnistes, amenant à 60 ou 70% de chiffre, et le FN gagnera une majorité absolue qui lui garantira - au moins - deux présidences de région. Les électeurs ne pourront être accablés par ce choix insupportable de la direction nationale du Parti Socialiste.

Mes amis socialistes, il est encore temps de faire le choix de votre camp, de la démocratie, de la République. Maintenez vos listes partout où cela est possible ! Panachez les avec toutes les forces de gauche qui sont en présence sur place et en position de le faire ! Proposez un sursaut républicain de gauche. Ne laissez pas les électeurs face au choix insupportable de la droite extrême face à l'extrême droite.

Mes amis socialistes, ne laissez pas M.Cambadélis faire le choix sordide de jouer la présidentielle 2017 contre ces élections régionales. Car quoi d'autre ? Pourquoi ce choix insupportable de retirer des listes pour laisser le champ libre au Front National ? Si ce n'est le choix abject de laisser le FN l'emporter dimanche prochain pour mieux vampiriser l'élection présidentielle de 2017 en ne laissant le choix aux électeurs que du PS ou le néant !

Mes amis socialistes, il est encore temps de retrouver nos valeurs communes, de refuser le pis aller vers l'orgre FN. Mes amis socialistes, cessons ces calculs de nains politiques qui tentent un coup de poker FN aux régionales en vue des présidentielles de 2017. Il est temps de se retrouver sur nos valeurs communes, de maintenir des listes de gauche partout où cela est possible, comme M.Castaner l'a proposé en PACA.

"Ces brutes vous ont promis toutes ces choses
pour que vous leur donniez le pouvoir : ils mentaient.
Ils n'ont pas tenu leurs merveilleuses promesses ; jamais ils ne le feront.
Les dictateurs s'affranchissent en prenant le pouvoir
mais ils font un esclave du peuple.
Alors, il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses.
Il faut nous battre pour libérer le monde,
pour renverser les frontières et les barrières raciales,
pour en finir avec l'avidité, avec la haine et l'intolérance.
Il faut nous battre pour construire un monde de raison,
un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur." Discours final "Le Dictateur" Charles Chaplin

 

Voir les commentaires

Hollande et Valls partent en guerre... contre le terrorisme !

Publié le par thalasrum

La presse internationale ne s'y trompe pas en commentant les décisions annoncées par le président de la République devant le parlement réuni en congrès à Versailles : François Hollande a fait le choix du tout sécuritaire, de répondre au terrorisme, de la même manière qu'en son temps W.Bush face aux attentats du 11 septembre. D'aller porter la guerre à l'étranger, sans aucun mandat international, et sans même obtenir la légitimité démocratique du Parlement. Dans le même temps, il annonce la prolongation de trois mois de l'état d'urgence.

Situation unique en France, inconnue même du temps de la guerre d'Algérie. Et si le président de la République ne pointe pas directement d'advsersaire, si ce n'est Daech, son premier ministre s'est chargé de mettre les sous-titre sur France Inter en expliquant qu'il fallait faire la chasse aux islamistes radicaux et au djihadisme... Faut-il rappeler que le djihâd, c'est l'effort que tout musulman doit faire pour se comporter en bon musulman, donc pas nécessairement, aller faire la guerre au mécréant ? Ce serait inutile. Le choix tactique, car c'est bien de cela qu'il s'agit est de déborder la droite par son extrême. Hollande veut apparaître fort aux yeux de l'opinion publique, quoiqu'il lui en coûte par la suite... 

Économiquement, Hollande renonce au pacte de stabilité ! La rigueur pour le peuple français continue, mais pour aller lâcher des bombes en plein désert, les crédits sont illimités. Il n'y a qu'un pas jusqu'à ce qu'il décide l'envoi de forces terrestres. Il décide la création d'effectifs de police, mais très loin du niveau auquel Nicolas Sarkozy les a baissé. Sarkozy, par ses discours pitoyables, navrants, dénués de tout bon sens, et la famille Le Pen, ne font que crédibiliser ce discours sécuritaire !

Pourtant, à regarder les choses en face : l'État français bombarde le territoire de Daech, ok. Mais avec quelle légitimité ? Internationale, aucune ! Nationale alors ? Ben, pas plus, tous les terroristes identifiés étaient... français ! Ou belges ! Alors pourquoi aller bombarder au Proche Orient, avec des résultats dont tout un chacun sait qu'ils ne réoudront rien si l'on se contente de jeter des bombes ?

Il y aurait bien une vilaine explication économique, et la plus cynique qui soit : montrer le potentiel de nos avions de chasse dans l'espoir d'en vendre encore quelques dizaines pour augmenter de quelques zéros supplémentaires le portefeuille de M.Dassault. Écartons la comme raison principale, ce serait trop gros.

Une explication géopolitique ? Dans ce cas, pourquoi se gonfler comme une puissance plus grosse qu'elle n'est et ne pas aller à l'ONU, cherche une alliance large et une légitimité internationale pour mener une action d'envergure conjuguée en vue de l'éradication de cette organisation créée par... les États-Unis !

Mais quoi alors ? Une explication religieuse ? Aller détruire un État parce qu'il financerait et endoctrinerait nos terroristes français ? On est là dans le pathos complet, en dehors de toute rationalité. Associer terrorisme et religion, c'est entrer dans la logique absurde du choc des civilisations de Huntington. L'ensemble des éléments et témoignages à disposition démontre que les terroristes n'étaient en rien des fous religieux, certains d'entre eux tenaient un bar et... buvaient de l'alcool ! On est loin des fondamentalistes décrits par les va-t-en guerre et xénophobes de tous bords.

Il faut donc se rendre à l'évidence : l'intervention militaire extérieure ne tient pas l'analyse profonde de la situation actuelle de la France, victimes de terroristes qui s'apparentaient plus à des pieds nickelés qu'à des guerriers fous de Dieu et entraînés à tuer. Les terroristes qui ont attaqué à Paris ressemblaient étrangement à des perdus de la société, des exclus, des abandonnés sur le chemin du libéralisme, qui n'ont trouvé comme autre moyen d'exister que de se tuer en public en s'inventant une cause qu'ils ne comprenaient pas. Quel autre qualificatif trouver pour trois guignols bardés de ceintures d'explosifs qui ne parviennent à rien d'autre qu'à tuer... une personne. Trois terroristes morts pour un tué civil ! C'est encore bien trop, nous en sommes tous d'accord... Mais militairement parlant cela s'apparente à de l'amateurisme le plus primaire ! Au vu des moyens et de la logistique mis à leur disposition, les terroristes auraient pu tuer plusieurs milliers de personnes à Paris en ce vendredi 13.

D'ailleurs Manuel Valls, au milieu de son discours guerrier ce matin sur France Inter, a eu un éclair, déclarant : "Le combat contre les fractures de la société, l’islamisme radical, pour la laicité, passe par l’école et la culture     ". Certes, mais avec quels moyens supplémentaires ! Car la cause profonde du terrorisme demeure bien intrinsèquement franco-française : le libéralisme galopant dans notre pays ne fait que générer des inégalités toujours plus grandes, la mise en concurrence et l'abandon de territoires laisse sur le chemin des centaines milliers d'êtres humains.

C'est parmi ces abandonnés du système, que le système scolaire n'a pas eu les moyens de raccrocher, que les associations n'ont pu aider faute de moyens ou d'existence, que les familles n'ont pas su comprendre ou accompagner, qu'il faut chercher l'infime minorité qui ne trouvant plus aucun repère, au lieu de prendre une corde et une poutre dans l'anonymat complet, décide de prendre une kalachnikov et une ceinture d'explosifs !

Cela ne justifie en rien le terrorisme. C'est un simple constat. Mais plutôt qu'aller déverser inutilement des bombes dont on ne sait sur qui elles tomberont et qui vont permettre aux prochains fous de se justifier au travers ce mécanisme guerrier sans fin, l'État aurait pu choisir de revenir à nos fondements républicains, le pacte social issu du Conseil National de la Résistance, l'État providence, et notre triptyque qui sert de devise, liberté, égalité, fraternité !

Voir les commentaires

Horribles attentats à Paris, et maintenant ?

Publié le par thalasrum

Plus d'une centaine de morts, sept attaques coordonnées en même temps dans Paris, des kamikazes qui se font exploser, une horreur. Comment qualifier cela ? La médiasphère s'emballe de superlatifs, les réseaux sociaux, contrairement aux attentats contre Charlie Hebdo ont déjà prévu l'appli pour rassurer tout le monde et dire qu'on est vivant, puis dès le lendemain, l'appli pour un statut temporaire. Les dirigeants décrètent trois jours de deuil national et l'état d'urgence.

L'unanimisme compatissant est prêt. Certains moutons qui braient plus fort que les autres affirment même "que ce n'est pas un moment pour faire de la politique". Parce que les attentats, ce n'est pas de la politique, peut-être ? Il faudrait se taire en silence pour le deuil des victimes, au moins jusqu'à la grande manifestation programmée dans les prochains jours ! Ben oui ! Cette fois tout était prêt !

Les attentats contre Charlie ont surpris tout le monde, il a fallu inventé un rite unanime & collectif. Là, c'est inutile, tout est prêt. Même le ministère de l'éducation nationale via un tweet de la directrice de la DGESCO :

 

 

 

 

Et quoi maintenant ? On va demander au bon peuple de défiler, sagement, qui en noir, en blanc, en bleu, blanc, et rouge... Les communicants vont bien trouver un dress code ou un insigne pour rallier tout le monde.

Puis les machoires serrées, on va nous annoncer une nouvelle loi sécuritaire pour "terroriser les terroristes", comme le veut la tradition des bons libéraux. Mais là, à ce moment précis, je deviens un enragé, parce que qui peut décemment pouvoir prétendre arrêter une personne qui a décidé de mourir et s'est recouvert le corps d'explosifs ? Ben personne justement !

L'arsenal sécuritaire a été amplifié après les attentats contre Charlie Hebdo. Les journaux de 20 heures nous l'ont suffisamment expliqué. On allait voir ce qu'on allait voir. L'unanimisme parlementaire avait permis de voter une belle loi bien liberticide pour écouter qui ont veut, intercepter tous les mails de toutes les personnes... Si on ajoute à cela la vidéosurveillance généralisée (plus de 1.100 caméras à ajouter aux 13.000 outils de vidéosurveillance de la RATP, SNCF et autres sociétés privées), le plan vigipirate, les services de renseignement, et les services de police et de gendarmerie... ben rien ! 7 attaques en plein coeur de Paris !

On peut mettre un policier à chaque carrefour : on ne résoudra rien ! On n'empêchera pas un fou de s'armer jusqu'au dent, et d'aller se faire exploser au milieu d'un groupe de personnes.

Certes, mais il y a bien des solutions... Sans aucun doute ! Mais des solutions qui ne peuvent agir d'ici la prochaine échéance électorale. Des solutions de long terme, de vrais choix de société radicalement différents de ceux que nous avons fait ces vingt dernières années.

Pour un attentat, il faut un fou (ou plusieurs) et des armes... 

Pour les armes, il suffit de cesser d'en vendre et d'en fabriquer... Ça limitera le potentiel qu'elles nous reviennent en pleine figure ! N'était-ce pas en début de semaine que sur France 2 à 20 heures le présentateur se félicitait d'un nouveau contrat pour la vente d'avions de chasse Rafale... qui allaient créer de l'emploi ? De l'emploi, certes, mais des morts à l'autre bout de la chaîne, parce qu'aux dernières nouvelles, un avion de chasse, ça n'envoie pas des pâquerettes sur les gens ! Et c'est exactement la même chose pour toutes les armes que l'industrie française se vante de fabriquer. Alors, une vraie décision politique consisterait à arrêter immédiatement toute vente d'armes à l'étranger et limiter la fabrication aux seuls besoins de nos forces de défense. Un vrai choix politique qui nécessiterait un accompagnement en lien avec les évidentes pertes d'emplois, mais qui au moins éviterait de se prendre sur la figure des bombes que nos usines ont fabriquées.

Pour les fous, la tâche est plus vaste, nécessairement. Cependant, à défaut de réduire à néant ce risque, ce qui relève d'une utopie, des mesures évidentes peuvent être prises pour limiter leur nombre. Qu'est-ce à dire ? Diminuer le nombre d'aigris, de désespérés, de laissés pour compte, de mis au ban de la société.

Les leviers ? Diminuer les inégalités qui traversent notre société vendue à l'idéologie libérale pour revenir aux fondements de notre constitution, liberté, égalité, fraternité. Diminuer les nids à exclusion que sont les territoires abandonnés des services publics, transformer radicalement les prisons pour qu'elles répondent à l'obligation constitutionnelle de réinsérer. Casser la mise en concurrence de tout le monde contre tout le monde

Recréer un tissu social et associatif, qui a été détruit par les coupes budgétaires libérales successives, redonner une véritable priorité à l'éducation, reconstruire ce qui crée les fondements du contrat social. Faire de véritable choix politiques de longs termes qui dépasse l'horizon de la prochaine échéance électorale. 

Répéter plus jamais ça est inutile, si personne ne se donne les moyens de limiter les risques. La politique militaire de la France à l'étranger montre ici ses limites. Faut-il se priver d'intervenir par peur du terrorisme ? Rappelons qu'il existe une instance internationale appelée ONU et qui permet des interventions sur des territoires étrangers, ce qui diminuerait d'autant le risque terroriste ! Ce ne sont là que quelques minuscules éléments... bien loin d'être exhaustifs... Mais gageons qu'aucun ne sera envisagé un seul instant pour se limiter  au choix sécuritaire ! 

Faute de tirer la moindre leçon du passé, les enjeux financiers l'emporteront nécessairement sur le bien du peuple. Le terrorisme sera désormais intégré comme variable d'ajustement, et l'on trouvera sans aucun doute un libéral pour proposer de coter le risque en bourse !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Réforme du collège : il faut arrêter de lire !

Publié le par thalasrum

Devant une assemblée de chefs d'établissement, la directrice de la DGESCO Florence Robine se lâche !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>