Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'irresponsable Manuel Valls veut donner trois régions au FN

Publié le par thalasrum

Comment qualifier les propos du premier ministre si ce n'est par l'irresponsabilité ? Dans trois régions (PACA, Nord, Est), le premier ministre appelle les socialistes qui pourraient se maintenir à se désister pour laisser un second tour entre LR et FN. Dans ces trois régions, si l'on suit le premier ministre, les grands choix concernant les lycées, la formation professionnelle, les transports ferroviaires, l'environnement, le développement économique... seront entre les mains exclusives des libéraux LR, ou des ultra-libéraux qui veulent détruire tout service public du FN. Le retrait à la fin du premier tour voulu par Manuel Valls est un véritable attentat à la démocratie, aux citoyens, aux électeurs, aux militants, aux candidats.

Tout cela dans l'esprit électoraliste de 2017 pour arriver devant les électeurs avec un seul programme sécuritaire et la menace du rempart ultime contre le FN. "Rappelez vous les régionales de 2015 clameront-ils !"

L'esprit de Manuel Valls semble obnubilé par l'union Nationale, et par une fusion LR PS à laquelle il aspire en appliquant d'ores et déjà le programme de la droite. Mais le premier ministre a oublié l'essentiel : les Républicains de Nicolas Sarkozy préfèrent pour la plupart une alliance avec le FN qu'avec le PS... Erreur stratégique majeure qui condamne le PS ! Manuel Valls veut à tout prix se maintenir au pouvoir, comme feu le géant Cavanna décrivait les relations entre les hommes et le pouvoir : "Il n’y a pas de bon pouvoir. Le pouvoir est le pouvoir, il fait de toi ce qu’il veut, dès que tu crois l’avoir conquis. Quelles qu’aient été tes intentions, ton idéal, tu es prisonnier de la férocité des factions et de la connerie de la foule."

Quels zozos vont se laisser enfermer dans ce refus de faire de la politique ? Dans ce refus d'entendre le peuple, ses envies et ses choix ? Dans ce refus d'accepter la lourdeur du sens "socialiste" dans la dénomination de ce parti ?

Il faut donc être admiratif du choix fait par Jean-Pierre Masseret dans l'Est de la France de se maintenir contre l'avis obscène du premier ministre Valls. Et espérer qu'il va faire tâche d'huile dans les 24 heures dans le Nord et en région PACA pour donner une chance à une liste "de gauche" de prendre un maximum de voix et faire obstacle au FN.

Commenter cet article

Righetti Julien 21/01/2016 17:20

Cette gauche de valls et macron n'a plus rien à voir avec la gauche des combats sociaux et de la solidarité, elle est un tremplin pour attirer dans l'ultra libéralisme les fidèles socialistes.On appartient à un parti et plus à des idées.