Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

terrorisme

Hollande et Valls partent en guerre... contre le terrorisme !

Publié le par thalasrum

La presse internationale ne s'y trompe pas en commentant les décisions annoncées par le président de la République devant le parlement réuni en congrès à Versailles : François Hollande a fait le choix du tout sécuritaire, de répondre au terrorisme, de la même manière qu'en son temps W.Bush face aux attentats du 11 septembre. D'aller porter la guerre à l'étranger, sans aucun mandat international, et sans même obtenir la légitimité démocratique du Parlement. Dans le même temps, il annonce la prolongation de trois mois de l'état d'urgence.

Situation unique en France, inconnue même du temps de la guerre d'Algérie. Et si le président de la République ne pointe pas directement d'advsersaire, si ce n'est Daech, son premier ministre s'est chargé de mettre les sous-titre sur France Inter en expliquant qu'il fallait faire la chasse aux islamistes radicaux et au djihadisme... Faut-il rappeler que le djihâd, c'est l'effort que tout musulman doit faire pour se comporter en bon musulman, donc pas nécessairement, aller faire la guerre au mécréant ? Ce serait inutile. Le choix tactique, car c'est bien de cela qu'il s'agit est de déborder la droite par son extrême. Hollande veut apparaître fort aux yeux de l'opinion publique, quoiqu'il lui en coûte par la suite... 

Économiquement, Hollande renonce au pacte de stabilité ! La rigueur pour le peuple français continue, mais pour aller lâcher des bombes en plein désert, les crédits sont illimités. Il n'y a qu'un pas jusqu'à ce qu'il décide l'envoi de forces terrestres. Il décide la création d'effectifs de police, mais très loin du niveau auquel Nicolas Sarkozy les a baissé. Sarkozy, par ses discours pitoyables, navrants, dénués de tout bon sens, et la famille Le Pen, ne font que crédibiliser ce discours sécuritaire !

Pourtant, à regarder les choses en face : l'État français bombarde le territoire de Daech, ok. Mais avec quelle légitimité ? Internationale, aucune ! Nationale alors ? Ben, pas plus, tous les terroristes identifiés étaient... français ! Ou belges ! Alors pourquoi aller bombarder au Proche Orient, avec des résultats dont tout un chacun sait qu'ils ne réoudront rien si l'on se contente de jeter des bombes ?

Il y aurait bien une vilaine explication économique, et la plus cynique qui soit : montrer le potentiel de nos avions de chasse dans l'espoir d'en vendre encore quelques dizaines pour augmenter de quelques zéros supplémentaires le portefeuille de M.Dassault. Écartons la comme raison principale, ce serait trop gros.

Une explication géopolitique ? Dans ce cas, pourquoi se gonfler comme une puissance plus grosse qu'elle n'est et ne pas aller à l'ONU, cherche une alliance large et une légitimité internationale pour mener une action d'envergure conjuguée en vue de l'éradication de cette organisation créée par... les États-Unis !

Mais quoi alors ? Une explication religieuse ? Aller détruire un État parce qu'il financerait et endoctrinerait nos terroristes français ? On est là dans le pathos complet, en dehors de toute rationalité. Associer terrorisme et religion, c'est entrer dans la logique absurde du choc des civilisations de Huntington. L'ensemble des éléments et témoignages à disposition démontre que les terroristes n'étaient en rien des fous religieux, certains d'entre eux tenaient un bar et... buvaient de l'alcool ! On est loin des fondamentalistes décrits par les va-t-en guerre et xénophobes de tous bords.

Il faut donc se rendre à l'évidence : l'intervention militaire extérieure ne tient pas l'analyse profonde de la situation actuelle de la France, victimes de terroristes qui s'apparentaient plus à des pieds nickelés qu'à des guerriers fous de Dieu et entraînés à tuer. Les terroristes qui ont attaqué à Paris ressemblaient étrangement à des perdus de la société, des exclus, des abandonnés sur le chemin du libéralisme, qui n'ont trouvé comme autre moyen d'exister que de se tuer en public en s'inventant une cause qu'ils ne comprenaient pas. Quel autre qualificatif trouver pour trois guignols bardés de ceintures d'explosifs qui ne parviennent à rien d'autre qu'à tuer... une personne. Trois terroristes morts pour un tué civil ! C'est encore bien trop, nous en sommes tous d'accord... Mais militairement parlant cela s'apparente à de l'amateurisme le plus primaire ! Au vu des moyens et de la logistique mis à leur disposition, les terroristes auraient pu tuer plusieurs milliers de personnes à Paris en ce vendredi 13.

D'ailleurs Manuel Valls, au milieu de son discours guerrier ce matin sur France Inter, a eu un éclair, déclarant : "Le combat contre les fractures de la société, l’islamisme radical, pour la laicité, passe par l’école et la culture     ". Certes, mais avec quels moyens supplémentaires ! Car la cause profonde du terrorisme demeure bien intrinsèquement franco-française : le libéralisme galopant dans notre pays ne fait que générer des inégalités toujours plus grandes, la mise en concurrence et l'abandon de territoires laisse sur le chemin des centaines milliers d'êtres humains.

C'est parmi ces abandonnés du système, que le système scolaire n'a pas eu les moyens de raccrocher, que les associations n'ont pu aider faute de moyens ou d'existence, que les familles n'ont pas su comprendre ou accompagner, qu'il faut chercher l'infime minorité qui ne trouvant plus aucun repère, au lieu de prendre une corde et une poutre dans l'anonymat complet, décide de prendre une kalachnikov et une ceinture d'explosifs !

Cela ne justifie en rien le terrorisme. C'est un simple constat. Mais plutôt qu'aller déverser inutilement des bombes dont on ne sait sur qui elles tomberont et qui vont permettre aux prochains fous de se justifier au travers ce mécanisme guerrier sans fin, l'État aurait pu choisir de revenir à nos fondements républicains, le pacte social issu du Conseil National de la Résistance, l'État providence, et notre triptyque qui sert de devise, liberté, égalité, fraternité !

Voir les commentaires

Horribles attentats à Paris, et maintenant ?

Publié le par thalasrum

Plus d'une centaine de morts, sept attaques coordonnées en même temps dans Paris, des kamikazes qui se font exploser, une horreur. Comment qualifier cela ? La médiasphère s'emballe de superlatifs, les réseaux sociaux, contrairement aux attentats contre Charlie Hebdo ont déjà prévu l'appli pour rassurer tout le monde et dire qu'on est vivant, puis dès le lendemain, l'appli pour un statut temporaire. Les dirigeants décrètent trois jours de deuil national et l'état d'urgence.

L'unanimisme compatissant est prêt. Certains moutons qui braient plus fort que les autres affirment même "que ce n'est pas un moment pour faire de la politique". Parce que les attentats, ce n'est pas de la politique, peut-être ? Il faudrait se taire en silence pour le deuil des victimes, au moins jusqu'à la grande manifestation programmée dans les prochains jours ! Ben oui ! Cette fois tout était prêt !

Les attentats contre Charlie ont surpris tout le monde, il a fallu inventé un rite unanime & collectif. Là, c'est inutile, tout est prêt. Même le ministère de l'éducation nationale via un tweet de la directrice de la DGESCO :

 

 

 

 

Et quoi maintenant ? On va demander au bon peuple de défiler, sagement, qui en noir, en blanc, en bleu, blanc, et rouge... Les communicants vont bien trouver un dress code ou un insigne pour rallier tout le monde.

Puis les machoires serrées, on va nous annoncer une nouvelle loi sécuritaire pour "terroriser les terroristes", comme le veut la tradition des bons libéraux. Mais là, à ce moment précis, je deviens un enragé, parce que qui peut décemment pouvoir prétendre arrêter une personne qui a décidé de mourir et s'est recouvert le corps d'explosifs ? Ben personne justement !

L'arsenal sécuritaire a été amplifié après les attentats contre Charlie Hebdo. Les journaux de 20 heures nous l'ont suffisamment expliqué. On allait voir ce qu'on allait voir. L'unanimisme parlementaire avait permis de voter une belle loi bien liberticide pour écouter qui ont veut, intercepter tous les mails de toutes les personnes... Si on ajoute à cela la vidéosurveillance généralisée (plus de 1.100 caméras à ajouter aux 13.000 outils de vidéosurveillance de la RATP, SNCF et autres sociétés privées), le plan vigipirate, les services de renseignement, et les services de police et de gendarmerie... ben rien ! 7 attaques en plein coeur de Paris !

On peut mettre un policier à chaque carrefour : on ne résoudra rien ! On n'empêchera pas un fou de s'armer jusqu'au dent, et d'aller se faire exploser au milieu d'un groupe de personnes.

Certes, mais il y a bien des solutions... Sans aucun doute ! Mais des solutions qui ne peuvent agir d'ici la prochaine échéance électorale. Des solutions de long terme, de vrais choix de société radicalement différents de ceux que nous avons fait ces vingt dernières années.

Pour un attentat, il faut un fou (ou plusieurs) et des armes... 

Pour les armes, il suffit de cesser d'en vendre et d'en fabriquer... Ça limitera le potentiel qu'elles nous reviennent en pleine figure ! N'était-ce pas en début de semaine que sur France 2 à 20 heures le présentateur se félicitait d'un nouveau contrat pour la vente d'avions de chasse Rafale... qui allaient créer de l'emploi ? De l'emploi, certes, mais des morts à l'autre bout de la chaîne, parce qu'aux dernières nouvelles, un avion de chasse, ça n'envoie pas des pâquerettes sur les gens ! Et c'est exactement la même chose pour toutes les armes que l'industrie française se vante de fabriquer. Alors, une vraie décision politique consisterait à arrêter immédiatement toute vente d'armes à l'étranger et limiter la fabrication aux seuls besoins de nos forces de défense. Un vrai choix politique qui nécessiterait un accompagnement en lien avec les évidentes pertes d'emplois, mais qui au moins éviterait de se prendre sur la figure des bombes que nos usines ont fabriquées.

Pour les fous, la tâche est plus vaste, nécessairement. Cependant, à défaut de réduire à néant ce risque, ce qui relève d'une utopie, des mesures évidentes peuvent être prises pour limiter leur nombre. Qu'est-ce à dire ? Diminuer le nombre d'aigris, de désespérés, de laissés pour compte, de mis au ban de la société.

Les leviers ? Diminuer les inégalités qui traversent notre société vendue à l'idéologie libérale pour revenir aux fondements de notre constitution, liberté, égalité, fraternité. Diminuer les nids à exclusion que sont les territoires abandonnés des services publics, transformer radicalement les prisons pour qu'elles répondent à l'obligation constitutionnelle de réinsérer. Casser la mise en concurrence de tout le monde contre tout le monde

Recréer un tissu social et associatif, qui a été détruit par les coupes budgétaires libérales successives, redonner une véritable priorité à l'éducation, reconstruire ce qui crée les fondements du contrat social. Faire de véritable choix politiques de longs termes qui dépasse l'horizon de la prochaine échéance électorale. 

Répéter plus jamais ça est inutile, si personne ne se donne les moyens de limiter les risques. La politique militaire de la France à l'étranger montre ici ses limites. Faut-il se priver d'intervenir par peur du terrorisme ? Rappelons qu'il existe une instance internationale appelée ONU et qui permet des interventions sur des territoires étrangers, ce qui diminuerait d'autant le risque terroriste ! Ce ne sont là que quelques minuscules éléments... bien loin d'être exhaustifs... Mais gageons qu'aucun ne sera envisagé un seul instant pour se limiter  au choix sécuritaire ! 

Faute de tirer la moindre leçon du passé, les enjeux financiers l'emporteront nécessairement sur le bien du peuple. Le terrorisme sera désormais intégré comme variable d'ajustement, et l'on trouvera sans aucun doute un libéral pour proposer de coter le risque en bourse !

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Boko Haram fait 30 morts pendant les élections !

Publié le par Mouloud

Boko Haram fait 30 morts pendant les élections !

Voir les commentaires

Le Pen et le FN stigmatisent les musulmans et les femmes !

Publié le par Mouloud

Le Pen et le FN stigmatisent les musulmans et les femmes !

Voir les commentaires

La guerre à Daesh et l'Union nationale unanime !

Publié le par thalasrum

Un enlèvement dans les montagnes algériennes, un ultimatum absurde, suivi d'une exécution insupportable. La guerre en Irak qu'aucun média ni politique n'osait contester à l'exception notable des partis du Front de Gauche, devient une évidence, une solidarité nationale unanime nécessaire contre le terrorisme insupportable. La guerre de la civilisation contre la barbarie. Les États-Unis ont eu leur 11 Septembre, la France avec Hervé Gourdel, a son martyr, son justificatif.

Ça ne vous rappelle rien ? L'assassinat de l'héritier de la couronne d'Autriche Hongrie en 1914 ? La boucherie de dix millions de morts qui s'en était suivie. Les peuples avaient versé leur sang, les marchands de canons s'étaient enrichis, et les dirigeants avaient signé un traité suffisamment humiliant pour l'Allemagne, de manière à créer suffisamment de rancœur pour rendre la deuxième guerre inéluctable.

Qui a déjà vu une guerre permettre la mise en place d'une démocratie dans un État ? Combien de temps encore va-t-on accepter des médias aux ordres de s'entendre répéter que la France est engagée dans une guerre pour rétablir la démocratie ? L'Afghanistan et l'Irak sont sorties exsangues politiquement et institutionnellement des guerres imposées par d'autres pour rétablir la "démocratie". Que dire de la Libye ?

Quelqu'un s'est-il interrogé sur le coût des bombardements français en Irak ? Pendant ce temps, le gouvernement organise la chasse aux fraudeurs de l'assurance chômage ! Disproportion abjecte ! Les bombardements de l'État islamique ne vont que renforcer le fanatisme, la bêtise, la haine. La guerre n'engendre pas la paix, sauf à envisager l'anéantissement.

Qui a armé l'État islamique ? Qui leur a fourni des armes ? Pour lutter contre Bachar El-Assad le dictateur, il n'y avait pas de méchant. Aujourd'hui, les mêmes dirigeants qui ont contribué à fournir des armes s'étonnent de leur puissant armement ! Faut-il prendre les gens pour des imbéciles. À quoi sert une arme quand il n'y a pas de munitions ? À rien ! Il y a donc bien des fournisseurs de munitions. Quand l'arme est français ou étatsunienne, il faut bien des munitions de la même marque pour remplir ces armes. À qui profite cette guerre en Irak ? Aux marchands de canons et aux fanatiques !

On pointe du doigt les musulmans, en leur demandant de se justifier, de renier les actes de l'État islamique de manière absolument insupportable, alors que dans le même temps les manques dramatiques de notre État providence en matière d'Éducation, de politique de la ville, d'intégration, laisse des centaines de jeunes abandonnés, comme autant de candidats potentiels au fanatisme, à la haine.

Oui, il faut cesser immédiatement cette guerre perdue d'avance et mener la seule guerre capable d'endiguer et de mettre à mal ces fanatiques : une guerre culturelle ! Oui, il faut mettre en oeuvre une politique éducative de grande ampleur, cesser de laisser des gens au bord du chemin social. Oui il faut mener une vaste politique de coopération internationale à long terme. Le seul argument contre le fanatisme, c'est l'intelligence ! Tant que l'on fera semblant de faire croire que des bombes donneront du savoir à ceux qui les reçoivent en pleine figure, les gagnants seront les charognes de cet effroyable armada : marchands de canons d'un côté, géants du BTP pour reconstruire de l'autre.

Voir les commentaires