Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #education tag

Deuxième débat de la primaire de droite et du centre : le passé, c'est là !

Publié le par thalasrum

J'avoue ne pas avoir tout suivi minute par minute de ce deuxième débat, aussi insupportable que le précédent, malgré le rythme certes un peu plus enlevé. Insupportable pourquoi ? Tout d'abord parce que les "changement" proposé par l'ensemble des sept candidats n'est qu'un vaste retour en arrière, à tous les niveaux.

Le niveau de méconnaissance de l'éducation chez les sept candidats à la primaire est telle qu'ils en restent à la seule éducation qu'ils ont connu eux : celle de 1950, élitiste, enfermée dans un carcans insupportable. L'uniforme, l'ordre, l'autorité, les fondamentaux. Rien à voir avec les débats pédagogiques actuels sur l'autonomie, la construction du citoyen, le développement d'une culture commune. Surtout pas ! Entre les approximations sur les difficultés de maîtrise de la langue (confondues avec l'illettrisme) et les délires sur le maintien d'un élève en CP tant qu'il ne sait pas lire, ou l'envoi des décrocheurs à l'armée (pour y faire quoi mon brave Monsieur ?).

La seule idée force est de faire des économies, couper les budgets de l'Éducation, alors que c'est l'exacte politique inverse qui créerait de l'emploi ! En creux, cela signifie que ces sept candidats vont s'engager à piller les cerveaux des pays qui auront investi dans l'éducation pour répondre aux besoins croissants en personnels de très haut niveau dans les années à venir. Notre système est aujourd'hui incapable de fournir suffisamment d'enseignants, incapable de fournir suffisamment de médecins, d'infirmières... et les sept candidats proposent de baisser les moyens alloués à l'éducation ! Aucun ne propose de revenir sur la réforme du collège, qui permet d'économiser 10% de moyens, et diminue les attendus des élèves.

Pour le reste, c'est l'idée du libéralisme extrême ou de l'extrême libéralisme qui prévaut ; casser le droit du travail, casser tout ce qui crée du lien social, de l'égalité, pour en revenir au Far West du XIXème siècle ! Voilà le beau projet des sept candidats de la droite et du centre.

La drague au FN et à l'extrême droite est lancée à plein, de Poisson à Sarkozy en passant par Copé, quand il s'agit de parler immigration ou stratégie électorale. C'est du no-limit, chacun se plaçant sur la corde raide d'une ligne rouge qu'ils sont tous prêts à franchir ! Le problème est que leurs propositions sur l'immigration sont en inadéquation totale avec leur politique éducative. Renoncer à une éducation de haut niveau, c'est ouvrir largement les vannes de l'immigration pour récupérer ailleurs la jeunesse que la République n'a pas voulu former !

Quant aux journalistes qui ont été chargé des débats, aucune volonté de mettre clairement les pieds dans le plat des différentes affaires judiciaires en cours dans le lequel Nicolas Sarkozy fait la Une de Mediapart ou du Monde ces derniers jours. Aucune contestation des affirmations des candidats, alors que les décodeurs sur le site du Monde parviennent à le faire en temps réel !

Rien de nouveau à l'horizon de ce côté-là ! Si vous voulez supprimer tous les droits des salariés, si vous voulez payer par vous-mêmes l'éducation de vos enfants, si vous voulez une politique d'extrême droite en matière de sécurité, votez pour n'importe lequel des sept, c'est la même chose ! 

 

 

Voir les commentaires

Education : qu'allez vous faire des 1.5 millions d'euros confisqués aux élèves ?

Publié le par thalasrum

En Guadeloupe, dans les écoles maternelles et élémentaires, il manquait 59 enseignants dans l'académie à la rentrée de s. À ce jour, 7 contrats précaires ont été signés, dans des conditions très opaques. Toujours est-il qu'il manque toujours 52 enseignants pour assurer une éducation de qualité.

Certes, le Recteur de l'académie de Guadeloupe, Camille Galap, se targue que tous les élèves ont un enseignant. Donc, aux yeux de la population, le manque d'enseignant est camouflé. Mais ce n'est que très provisoire. Puisque les 52 enseignants manquant à l'appel sont comblés par des titulaires remplaçants. Certes.

Mais aujourd'hui, avec cette politique aucun titulaire remplaçant n'est disponible dans toute l'académie de Guadeloupe. Les enseignants des écoles primaires et maternelles ne peuvent pas tomber malade, ne peuvent pas partir en stage, n'ont pas droit aux accidents quotidiens de la vie : il n'y a pas de remplaçant pour les suppléer.

Pourtant, le ministère de l'Éducation Nationale n'a pas supprimé de postes dans l'académie de Guadeloupe pour cette rentrée. Les moyens budgétaires sont là, mais les enseignants ne le sont pas ! L'argent donné par le ministère pour payer les enseignants se trouve dans les caisses du rectorat de Guadeloupe.

La somme est gigantesque : 1.5 millions d'euros environ (52 postes budgétaires, soit 2.400€ sur 12 mois). Cet argent aurait du servir à ouvrir une liste complémentaire, parmi les recalés au concours de juin 2016 : c'est la possibilité laissée par la ministre Vallaud Belkacem dans une décision du 23 septembre. Mais le Recteur a choisi de ne pas utiliser cette option. Le Recteur aurait pu recruter des non-titulaires, certes contre l'avis des organisations syndicales, mais l'argent aurait été utilisé au service des élèves.

Dans une instance officielle, le Recteur a choisi de ne recruter personne, malgré l'argent disponible ! Le Recteur Galap fait donc le choix de supprimer techniquement 52 postes dans l'académie, alors que le ministère n'avait rien supprimé.

La question reste entière : qui va bénéficier de cette manne d'argent gigantesque, qui a été confisquée aux élèves ? 1.5 millions d'euros ! Tout un chacun attend impatiemment de connaître la réponse !

Voir les commentaires

Sarkozy crache sur les enseignants ! Encore une fois !

Publié le par thalasrum

Une nouvelle fois ce matin sur France Inter, Nicolas Sarkozy, ancien président de la République, s'est illustré par une déclaration qui a fait le buzz sur les enseignants accusés de travailler que devant leurs élèves 6 mois de l'année !

Pourtant, Nicolas Sarkozy sait pertinemment qu'il ment, puisque les enseignants ont 16 semaines de vacances, non 6 mois. D'autre part, le service d'un enseignant n'est pas composé uniquement de sa présence devant les élèves, puisque les enseignants doivent préparer les cours, corriger les copies, rencontrer les parents d'élèves, se réunir avec les collègues...

Le temps de travail estimé d'un enseignant dépasse les 40 heures par semaine, bien au-dessus le temps de travail légal des 35 heures. D'ailleurs, la loi Aubry sur la réduction du temps de travail ne s'est jamais appliquée pour les enseignants.

Quel intérêt pour Nicolas Sarkozy de taper une nouvelle fois sur les enseignants ? Rassurer son électorat qui n'est ultra-majoritairement pas enseignant ? Faire le buzz médiatique ? Pour le premier cas, taper sur les fonctionnaires atteint une limite certaine quand cela devient de la discussion de comptoir sans fondement réel ! Le peu que Nicolas Sarkozy gagne auprès de la frange la plus aigrie et anti-fonctionnaire de son électorat, est perdu en électeurs soucieux d'élire un président responsable qui maîtrise les dossiers. 

Quant au buzz médiatique, certes, Nicolas Sarkozy a réussi son pari. Mais pour se ridiculiser dans tous les grands médias qui dénoncent les approximations et la méconnaissance du dossier du candidat à la primaire, de Libération à l'Express, qu'on ne peut classer à gauche ! Les Echos se fendent même d'un dossier très complet sur le temps de travail des enseignants qui bat en brèche le discours simpliste de Nicolas Sarkozy ! 

La dérive extrême-droitière de Nicolas Sarkozy ne fait qu'accroître le champ d'action des autres candidats de droite vers des propositions moins déraisonnables ! Cependant, à la veille des primaires, il n'est pas inutile de noter ce mépris affiché pour les serviteurs publics de l'État que sont les enseignants. Peut-on voter pour un candidat qui fait de la politique de comptoir ? Peut-on voter pour un candidat qui ne connaît pas ses dossiers ? Les enseignants ont un bulletin de vote. Les enseignants répondront si besoin est à ces deux questions dans les isoloirs !

Voir les commentaires

Réforme du collège : il faut arrêter de lire !

Publié le par thalasrum

Devant une assemblée de chefs d'établissement, la directrice de la DGESCO Florence Robine se lâche !

Voir les commentaires

Guadeloupe : 26 mars, grève générale !

Publié le par Mouloud

Guadeloupe : 26 mars, grève générale !

Voir les commentaires

Réforme du collège, autonomie et tri social !

Publié le par Mouloud

Réforme du collège, autonomie et tri social !

Voir les commentaires

Réforme du collège : autonomie et menaces sur les disciplines !

Publié le par Mouloud

Réforme du collège : autonomie et menaces sur les disciplines !

Voir les commentaires

Réforme du collège : le pouvoir des chefs d'établissement !

Publié le par Mouloud

Réforme du collège : le pouvoir des chefs d'établissement !

Voir les commentaires

Réforme du collège : plus d'élèves et moins d'heures en langues vivantes !

Publié le par Mouloud

Réforme du collège : plus d'élèves et moins d'heures en langues vivantes !

Voir les commentaires

Absentéisme scolaire en Guadeloupe : la catastrophe !

Publié le par Mouloud

Absentéisme scolaire en Guadeloupe : la catastrophe !

Voir les commentaires

1 2 3 > >>