Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hollande et Valls partent en guerre... contre le terrorisme !

Publié le par thalasrum

La presse internationale ne s'y trompe pas en commentant les décisions annoncées par le président de la République devant le parlement réuni en congrès à Versailles : François Hollande a fait le choix du tout sécuritaire, de répondre au terrorisme, de la même manière qu'en son temps W.Bush face aux attentats du 11 septembre. D'aller porter la guerre à l'étranger, sans aucun mandat international, et sans même obtenir la légitimité démocratique du Parlement. Dans le même temps, il annonce la prolongation de trois mois de l'état d'urgence.

Situation unique en France, inconnue même du temps de la guerre d'Algérie. Et si le président de la République ne pointe pas directement d'advsersaire, si ce n'est Daech, son premier ministre s'est chargé de mettre les sous-titre sur France Inter en expliquant qu'il fallait faire la chasse aux islamistes radicaux et au djihadisme... Faut-il rappeler que le djihâd, c'est l'effort que tout musulman doit faire pour se comporter en bon musulman, donc pas nécessairement, aller faire la guerre au mécréant ? Ce serait inutile. Le choix tactique, car c'est bien de cela qu'il s'agit est de déborder la droite par son extrême. Hollande veut apparaître fort aux yeux de l'opinion publique, quoiqu'il lui en coûte par la suite... 

Économiquement, Hollande renonce au pacte de stabilité ! La rigueur pour le peuple français continue, mais pour aller lâcher des bombes en plein désert, les crédits sont illimités. Il n'y a qu'un pas jusqu'à ce qu'il décide l'envoi de forces terrestres. Il décide la création d'effectifs de police, mais très loin du niveau auquel Nicolas Sarkozy les a baissé. Sarkozy, par ses discours pitoyables, navrants, dénués de tout bon sens, et la famille Le Pen, ne font que crédibiliser ce discours sécuritaire !

Pourtant, à regarder les choses en face : l'État français bombarde le territoire de Daech, ok. Mais avec quelle légitimité ? Internationale, aucune ! Nationale alors ? Ben, pas plus, tous les terroristes identifiés étaient... français ! Ou belges ! Alors pourquoi aller bombarder au Proche Orient, avec des résultats dont tout un chacun sait qu'ils ne réoudront rien si l'on se contente de jeter des bombes ?

Il y aurait bien une vilaine explication économique, et la plus cynique qui soit : montrer le potentiel de nos avions de chasse dans l'espoir d'en vendre encore quelques dizaines pour augmenter de quelques zéros supplémentaires le portefeuille de M.Dassault. Écartons la comme raison principale, ce serait trop gros.

Une explication géopolitique ? Dans ce cas, pourquoi se gonfler comme une puissance plus grosse qu'elle n'est et ne pas aller à l'ONU, cherche une alliance large et une légitimité internationale pour mener une action d'envergure conjuguée en vue de l'éradication de cette organisation créée par... les États-Unis !

Mais quoi alors ? Une explication religieuse ? Aller détruire un État parce qu'il financerait et endoctrinerait nos terroristes français ? On est là dans le pathos complet, en dehors de toute rationalité. Associer terrorisme et religion, c'est entrer dans la logique absurde du choc des civilisations de Huntington. L'ensemble des éléments et témoignages à disposition démontre que les terroristes n'étaient en rien des fous religieux, certains d'entre eux tenaient un bar et... buvaient de l'alcool ! On est loin des fondamentalistes décrits par les va-t-en guerre et xénophobes de tous bords.

Il faut donc se rendre à l'évidence : l'intervention militaire extérieure ne tient pas l'analyse profonde de la situation actuelle de la France, victimes de terroristes qui s'apparentaient plus à des pieds nickelés qu'à des guerriers fous de Dieu et entraînés à tuer. Les terroristes qui ont attaqué à Paris ressemblaient étrangement à des perdus de la société, des exclus, des abandonnés sur le chemin du libéralisme, qui n'ont trouvé comme autre moyen d'exister que de se tuer en public en s'inventant une cause qu'ils ne comprenaient pas. Quel autre qualificatif trouver pour trois guignols bardés de ceintures d'explosifs qui ne parviennent à rien d'autre qu'à tuer... une personne. Trois terroristes morts pour un tué civil ! C'est encore bien trop, nous en sommes tous d'accord... Mais militairement parlant cela s'apparente à de l'amateurisme le plus primaire ! Au vu des moyens et de la logistique mis à leur disposition, les terroristes auraient pu tuer plusieurs milliers de personnes à Paris en ce vendredi 13.

D'ailleurs Manuel Valls, au milieu de son discours guerrier ce matin sur France Inter, a eu un éclair, déclarant : "Le combat contre les fractures de la société, l’islamisme radical, pour la laicité, passe par l’école et la culture     ". Certes, mais avec quels moyens supplémentaires ! Car la cause profonde du terrorisme demeure bien intrinsèquement franco-française : le libéralisme galopant dans notre pays ne fait que générer des inégalités toujours plus grandes, la mise en concurrence et l'abandon de territoires laisse sur le chemin des centaines milliers d'êtres humains.

C'est parmi ces abandonnés du système, que le système scolaire n'a pas eu les moyens de raccrocher, que les associations n'ont pu aider faute de moyens ou d'existence, que les familles n'ont pas su comprendre ou accompagner, qu'il faut chercher l'infime minorité qui ne trouvant plus aucun repère, au lieu de prendre une corde et une poutre dans l'anonymat complet, décide de prendre une kalachnikov et une ceinture d'explosifs !

Cela ne justifie en rien le terrorisme. C'est un simple constat. Mais plutôt qu'aller déverser inutilement des bombes dont on ne sait sur qui elles tomberont et qui vont permettre aux prochains fous de se justifier au travers ce mécanisme guerrier sans fin, l'État aurait pu choisir de revenir à nos fondements républicains, le pacte social issu du Conseil National de la Résistance, l'État providence, et notre triptyque qui sert de devise, liberté, égalité, fraternité !

Commenter cet article