Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

liberalisme

Le CETA est mort : merci la Wallonie !

Publié le par thalasrum

La décision avait été annoncée il y a quelques jours par la Wallonie : elle refusait la signature du CETA, le traité transatlantique commercial entre l'UE et le Canada. Malgré les cris d'orfraies des libéraux de tous bords qui ont alors tenté d'occuper le champ médiatique pour expliquer à quel point la décision de la Wallonie allait être catastrophique pour les économies de l'Union Européenne.

Le CETA prévoyait certes de préserver les AOC existantes, mais il allait permettre d'inonder le marché européen de viande, ou de contrefaire tous les fromages français sans AOC par exemple. Le CETA était un exemple de traité totalement déséquilibré entre l'ultralibéral Canada et de nombreux États de l'Union Européennes plutôt protectionnistes dans certains domaines comme l'éducation, la culture, l'agriculture.

Mieux, le principe de précaution qui s'applique dans l'Union Européenne risquait une forte remise en cause, puisqu'au nom du libre échange, des multinationales (Monsanto ? Bayer ? Vous m'entendez ?) pourraient attaquer devant la justice internationale tous les principes de précaution.

Aujourd'hui, la représentante du Canada chargée des négociations, a annoncé la fin de sa mission, l'échec du CETA et son retour au Canada. Enfin, une bonne nouvelle pour la journée ! Il n'y aura pas besoin d'un dangereux vote au Parlement européen : la Wallonie a mis un bon coup de pieds aux fesses au libéralisme. Je me sens Wallon ce jour, merci les amis belges !

Voir les commentaires

Hollande à Florange : retour sur les lieux d'un crime social !

Publié le par thalasrum

Hollande est de retour à Florange. Florange, ses hauts fourneaux. Florange, le fleuron de l'acier français. Florange, où Hollande candidat en 2012 était monté sur une camionnette syndicale pour promettre la main sur le coeur qu'il trouverait une solution. Florange, que Hollande président s'est empressé d'abandonner, en bon nain politique, sans état d'âme, au nom du sacro-saint libéralisme.

Hollande est de retour à Florange, bien heureusement accueilli comme il se doit par les anciens des hauts fourneaux, par ces syndicalistes, ces citoyens dont la vie a été bouleversée par l'inaction d'un président chantre du libéralisme économique.

Qu'ose dire ce nain politique érigé en président ? Qu'une nationalisation partielle n'aurait rien solutionné du tout ! Il est évident qu'en n'essayant même pas, on est sûr de n'arriver à rien ! La bonne politique du président Hollande. J'ai promis, je n'ai rien fait, j'assume de n'avoir rien fait. Et si j'avais fait cela n'aurait servi à rien. 

Un président qui assume de ne servir à rien. Au moins le message est clair pour 2017. Ce Monsieur Hollande est un nain politique, incapable d'agir pour les citoyens, pour les salariés ! Pensez-y avant d'aller voter en 2017 !

Voir les commentaires

Bilan du débat de la primaire de la droite : ne soyez ni pauvre, ni salarié, ni fonctionnaire !

Publié le par thalasrum

C'est vrai j'ai zappé largement avant la fin du premier débat des candidats de la primaire de la droite et du centre. Il y avait un agité au centre du plateau qui me donnait le tournis, mais surtout parce que j'ai très vite saisi que je ne faisais décidément pas partie de l'électorat de ces sept candidats potentiels. Mais quel est donc leur programme ? Il faut un bon microscope pour trouver des nuances entre ces acteurs potentiels.

Tous veulent diminuer les impôts sur le revenu et diminuer ou supprimer l'impôt sur la fortune. Traduit en français de base, c'est très clair. Comme environ 50% des français ne payent pas d'impôts, diminuer ces impôts, c'est nécessairement favoriser les riches, et supprimer l'impôt sur la fortune, c'est favoriser les plus riches. Soyons juste avec M.Poisson qui propose lui de faire payer à tous l'impôt sur le revenu, donc aussi aux plus pauvres qui n'en payent pas jusque là, pour les appauvrir un peu plus.

Tous veulent augmenter la TVA ! La TVA, vous savez, Taxe sur la Valeur Ajoutée, que vous payez à chaque achat que vous faites. La TVA, cet impôt aussi injuste que possible, qui frappe donc  plus fortement les pauvres que les riches, puisqu'il est identique pour tous quand vous achetez votre litre de lait ou votre baguette de pain (ne ricanez pas ! Copé n'a pas parlé de pain au chocolat)

Tous veulent diminuer le nombre de fonctionnaires. Entre 300.000 et 600.00 pour les plus audacieux. Mais leur ambition est clair : il faut détruire les services publics. Vous savez, l'école gratuite  pour tous, l'hôpital, tout ce qui permet aux citoyens, sans distinction de richesse de profiter du même service de qualité, exercé par des professionnels qui ont pour vocation de servir les citoyens en exerçant leur métier. Quand même, contexte d'attentats oblige, tous ont une petite gêne concernant la sécurité (police et armée), alors on ne créera pas de nouveaux fonctionnaires dans la sécurité, mais on ne les diminuera pas non plus... Tant pis pour les forces de sécurité en sous effectifs exsangues par leurs missions liées à l'état d'urgence !

Tous veulent casser le statut de fonctionnaire et augmenter leur temps de travail. Même s'il y a de graves approximations et une méconnaissance très large du statut de fonctionnaire, l'idée est là. Il faut que les fonctionnaires travaillent 35 à 39 heures selon les candidats ! Enfin une mesure pour les enseignants qui n'ont jamais bénéficié de la diminution du temps de travail de la loi Aubry, direz-vous. Gageons que quand ils s'en rendront compte, ils augmenteront le temps prescrit. L'objectif est clair, le regard haineux, ils veulent casser du fonctionnaire. Quant au statut, NKM a commis la meilleure. Elle a pris l'exemple de l'armée où, "dans une fonction régalienne, les militaires sont sous contrat". Certes, ma chère NKM, mais après 15 ans de contrat, ils touchent une retraite à taux plein... ce qui n'est pas le cas des autres fonctionnaires. Enfin passons ! Fonctionnaire ! Ces sept candidats ne t'aiment pas du tout !

Tous veulent casser plus ou moins gravement les 35 heures et le code du travail. Il y a certes des nuances entre ceux qui veulent revenir totalement sur les 35 heures et ceux qui veulent laisser chaque entreprise décider par elle-même (Sarkozy himself, qui propose de réintroduire le Far West du XIXème siècle dans toutes les entreprises). Le message est clair : redonner tous les pouvoirs au patron et réduire tous les droits des salariés !

Le bilan est clair : si vous êtes fonctionnaires, salariés du privés, pauvres, classes moyennes, ces sept candidats n'ont que des propositions pour dégrader votre vie ! Maintenant, vous le savez bien clairement ! Ces sept candidats sont les candidats du MEDEF, de l'oligarchie, de la grande finance et ils l'assument tous ! Prenez vos dispositions pour 2017 !

Voir les commentaires

La recette de la potion magique FN !

Publié le par Mouloud

La recette de la potion magique FN !

Voir les commentaires

De Juniac voudrait supprimer tous les acquis sociaux !

Publié le par Mouloud

De Juniac voudrait supprimer tous les acquis sociaux !

Voir les commentaires

Charlie, Danemark, Auschwitz, Ursull et l'humanité

Publié le par thalasrum

Les attentats contre Charlie Hebdo, puis au Danemark, mais aussi les égorgements, le soldat brûlé vif dans une cage par l'État islamique, perpétrés avec une violence inouïe, ont réenclenchés le processus insupportable de l'islamophobie, déjà générés il y a une décennie par les attentats du 11 septembre aux États-Unis. Plutôt qu'un monde apaisé et multipolaire, les tenants de la violence cherchent sans cesse à recréer un empire qui est leur pour mieux définir la barbarie à ses pourtours. La Grèce antique avait initié ce principe, définissant par là-même un européocentrisme. Rome antique l'a repris, puis Charlemagne, puis les puissances européennes l'ont appliqué au monde dont elles finissaient par admettre l'existence. Le nazisme aurait pu (du ?) mettre un terme à ce concept abject de déni de l'autre. Mais à peine l'Allemagne vaincue, l'URSS a servi de barbare pendant un demi-siècle à l'Empire états-unien.

Mais les bouleversements de 1989 ont provisoirement remis en cause ce concept, ouvrant le champ des possibles à un autre monde multipolaire, ouvert, multiculturel, ce qui était inacceptable à tous les tenants non plus de l'Empire, mais d'un empire, le leur, défini sur un principe communautariste prétexte à la haine de l'autre. Chaque petit groupe a ainsi commencé un travail de sape d'un possible vivre ensemble pour remettre au goût du jour la guerre du chacun contre tous les autres.

Il consiste à se définir un particularisme qui se veut unique et dans un élan d'égocentrisme, et prétendre le placer avant toute autre chose, générant des barrières infranchissables pour l'autre. En cela, le positionnement interdit toute empathie venant de celui qui a été défini comme l'autre. Tout vivre ensemble devient par conséquent immédiatement impossible et les barrières se multiplient sans rapprochement possible.

C'est ce positionnement qu'a choisi Joelle Ursull à propos de la commémoration des soixante dix ans de la libération d'Auschwitz dans une lettre ouverte au président de la République. Les réponses de Dominique Domiquin et de Jacky Dahomay dans France Antilles permettent de remettre les choses à leur juste place, posant l'humanité primant l'individu. Faire le choix de l'humanité contre l'inhumanité, c'est partir du précepte simple que l'Homme ne peut vivre qu'en société, et que l'individu doit nécessairement se plier aux contraintes sociales, contrairement au discours libéral qui cherche à supprimer tous les cadres sociaux pour renvoyer à l'individu.

Car vouloir placer la traite Atlantique devant ou derrière la Shoah, chercher si le génocide arménien, rwandais ou amérindien sont plus ou moins graves les uns que les autres, c'est bien vouloir rendre unique une inhumanité et la mettre en concurrence avec les autres. À Auschwitz, le président Hollande en parlant de la Shoah comme du plus grand crime, a simplement pris le parti de l'Humanité contre l'inhumanité. À Auschwitz, commémorant la victoire sur l'inhumanité nazie, il aurait été inepte de parler d'autre chose que du génocide, juif, tzigane, homosexuel qui s'est alors produit en ces lieux. Faire la liste des crimes de l'Histoire eut été les individualiser, les dissocier d'une manière insupportable pour l'Humanité.

Non ! Il ne faut pas accepter cette velléité du libéralisme de s'immiscer pour réécrire l'Histoire et casser notre Humanité. Les libéraux ont suffisamment réécrit l'histoire pour ne plus les laisser diffuser leur propagande mortifère pour les peuples.

Voir les commentaires

Grève des pilotes d'Air France : victoire contre le pire du libéralisme

Publié le par thalasrum

Qu'il était beau le PDG d'Air France avant hier soir sur le plateau de France 2 à venir pleurnicher que la grève des pilotes était scandaleuse, qu'ils allaient manger tous les bénéfices de la compagnie durement gagnés, et qu'il ne comprenait même pas les raisons puisqu'il avait annoncé que la compagnie low cost était repoussée.

Sauf que les pilotes en grève ne voulaient pas d'une compagnie low cost plus tard : ils ne veulent pas d'une compagnie low cost tout court ! Et cette image formidable en plateau d'un patron obligé d'avouer devant un Pujadas interloqué que si la grève continuait, il allait... céder aux grévistes ! Quelle honte ! Franchement ! Dans une société libérale façonnée par Chirac, Sarkozy et maintenant Hollande et Valls, un patron qui plie devant ses ouvriers... On n'avait pas vu ça depuis... presque dix ans maintenant, quand Villepin avait du renoncer au CPE, qui prévoyait un salaire low cost pour les jeunes !

Ce que le patron d'Air France n'avait pas envisagé, c'est que sans pilote, un avion ne vole pas. Et qu'un pilote est un travailleur qualifié, avec un salaire suffisamment confortable pour pouvoir faire grève longtemps sans que cela ne lui porte préjudice. Les grands médias aux ordres du libéralisme et du patronat ont eu beaucoup de mal à l'assimiler... Ils se sont ridiculisés, comme hier soir sur France 2 pour expliquer que les 300 pilotes défilant en marinière française dans les rues ont été hués par... une dizaine de personnels commercial d'Air France, omettant de signaler que les personnels navigant appelaient aussi à la grève pour rejoindre les pilotes dans leur action.

Que réclament les pilotes d'Air France si incompréhensible pour le patronat, Manuel Valls, les grands médias aux ordres et les libéraux ? Tout simplement le droit de maintenir leurs conditions de travail, celles des personnels navigants et la qualité de rémunération pour tous les personnels.

Les pilotes d'Air France ont gagné contre une tentative de délocalisation pour faire du dumping social. Ils ont évité que des centaines de passagers ne s'entassent dans des conditions totalement inconfortables pour payer un billet d'avion un peu moins cher et mettre tous les employés dans des conditions de travail difficiles et sous rémunérés.

Oui, mais quand même, rajoute Jean-Claude, au bout du bar, ils foutent rien les pilotes, et moi je trime toute la journée pour un salaire de misère !!! Peut-être, mais la dégradation des conditions de travail des salariés d'une grande entreprise ne t'apporteront rien de plus mon cher Jean-Claude ! Par contre la victoire des pilotes Air France est un signe fort : l'union fait la force et quand les travailleurs les plus qualifiés mènent le mouvement, ce sont les conditions de travail et de rémunération de tous qui en profitent !

Voir les commentaires

L'escroquerie médiatique des enquêtes PISA

Publié le par thalasrum

Voir les commentaires

Non ! La CES n'est pas une créature au service du libéralisme !

Publié le par thalasrum

Voir les commentaires

<< < 1 2