Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ue

Un tiers de la jungle de Calais évacuée ? Le pire est pour l'avenir !

Publié le par thalasrum

Après juste quatorze années à ne rien faire, l'État français vient (enfin) de trouver une solution un peu moins précaire pour les réfugiés, ayant tout quitté à des milliers de kilomètres, dans l'espoir de rejoindre le Royaume Uni. L'évacuation de la "jungle de Calais" a commencé sous les caméras avides (de violences ?) de tous les médias français.

L'ensemble des migrants va être délogé du bidonville gigantesque (qui doit ensuite être détruit) et envoyé vers des centres d'accueil et d'orientation. L'État ne promet pas de s'occuper de tous les migrants : 8.000 personnes pour un pays riche de 66 millions d'habitants, ce serait sans aucun doute beaucoup trop sic ! (Hein la Tanzanie ? Hein le Liban ?). L'État va trier les bons migrants, c'est à dire ceux qui peuvent prétendre au statut de réfugié politique, pour leur offrir des conditions d'accueil décente, un logement, une prise en charge par des associations...

L'État compte se débarrasser des mauvais migrants : ceux qui ont eu l'outrecuidance de tout quitter chez pour oser aller espérer un avenir meilleur ailleurs. Que va leur proposer la France, terre d'accueil, la France, terre des droits de l'Homme ? De retourner mourir de faim dans leur pays d'origine ! Qui peut prétendre qu'on quitte ses racines, sa culture, sa famille, ses amis, son pays, pour aller s'entasser dans un bidonville à Calais et "profiter" de la France ? Il faut une dose de mauvaise foi, une dose de racisme, une dose d'hypocrisie, une dose de je-ne-veux-pas-savoir-dans-mon-petit-confort-quotidien pour oser parler de profit ! Le pire est que l'accueil de ces immigrés profiterait pourtant à une France accueillante, comme cela a profité à la Suède

Les mineurs ayant de la famille au Royaume Uni seront accueillis dans ce pays. Mais à priori, cela ne concernerait que 400 des 1.300 mineurs isolés de la "Jungle de Calais". L'État français va-t-il remplir son devoir en hébergeant et en éduquant ces mineurs tel que la loi de la République le prévoit.

Aujourd'hui, un tiers des immigrés ont été évacués du bidonville, soit environ 2.300 personnes. On peut aisément imaginer que ces immigrés ont tous espoirs de bénéficier d'un statut favorable. Qu'en est-il de tous ceux qui ont déjà épuisé tous les recours ou qui veulent tout simplement absolument rejoindre le Royaume Uni ? 

Ils vont s'éclipser dans la nature, pour vivre dans une précarité encore plus grande que le bidonville de la "jungle de Calais". Ils vont perdre tous les soutiens des associations de proximité qui s'étaient construits au fil des années (14 ans, ça laisse du temps pour tisser des liens et des réseaux), et vont de nouveau se retrouver sans toit, dans une précarité absolue. Précarité qu'ils vont préférer à un retour forcé dans leur pays d'origine, c'est imaginer la qualité de vie originelle !

Il serait urgent que la France retrouve ses valeurs traditionnelles, d'accueil, de solidarité, de fraternité pour accueillir ces quelques milliers de personnes qui ont consenti tant d'efforts et mis tant d'espoirs dans notre pays, qui les repousse indignement. Car à six mois de l'élection présidentielle, cette décision de Manuel VALLS représente plus un gage politique donné à la frange d'extrême droite de notre population qu'à un geste sanitaire pour ces immigrés !

Voir les commentaires

Le CETA est mort : merci la Wallonie !

Publié le par thalasrum

La décision avait été annoncée il y a quelques jours par la Wallonie : elle refusait la signature du CETA, le traité transatlantique commercial entre l'UE et le Canada. Malgré les cris d'orfraies des libéraux de tous bords qui ont alors tenté d'occuper le champ médiatique pour expliquer à quel point la décision de la Wallonie allait être catastrophique pour les économies de l'Union Européenne.

Le CETA prévoyait certes de préserver les AOC existantes, mais il allait permettre d'inonder le marché européen de viande, ou de contrefaire tous les fromages français sans AOC par exemple. Le CETA était un exemple de traité totalement déséquilibré entre l'ultralibéral Canada et de nombreux États de l'Union Européennes plutôt protectionnistes dans certains domaines comme l'éducation, la culture, l'agriculture.

Mieux, le principe de précaution qui s'applique dans l'Union Européenne risquait une forte remise en cause, puisqu'au nom du libre échange, des multinationales (Monsanto ? Bayer ? Vous m'entendez ?) pourraient attaquer devant la justice internationale tous les principes de précaution.

Aujourd'hui, la représentante du Canada chargée des négociations, a annoncé la fin de sa mission, l'échec du CETA et son retour au Canada. Enfin, une bonne nouvelle pour la journée ! Il n'y aura pas besoin d'un dangereux vote au Parlement européen : la Wallonie a mis un bon coup de pieds aux fesses au libéralisme. Je me sens Wallon ce jour, merci les amis belges !

Voir les commentaires

Immigration clandestine : des centaines de morts en Méditerranée

Publié le par Mouloud

Immigration clandestine : des centaines de morts en Méditerranée

Voir les commentaires

Non ! La CES n'est pas une créature au service du libéralisme !

Publié le par thalasrum

Voir les commentaires