Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #syndicat tag

Manifestations nocturnes illégales de policiers : un mal profond et violent !

Publié le par thalasrum

Depuis trois nuits, plusieurs centaines de policiers se réunissent et manifestent dans les rues de Paris, en toute illégalité, mais sans faire de casse, ni être réprimés par le pouvoir. Plus que des manifestations, le mouvement ressemble plus à un cri de colère, sourd et profond, qu'à une volonté véritable de remettre en cause les institutions. 

Les motifs de mécontentement de la police, comme dans tous les corps de fonctionnaires ne manquent pas. Les douze mille postes supprimés par la RGPP de Nicolas Sarkozy pèsent lourds au moment où l'on demande un surcroît de travail à ces fonctionnaires en lien avec l'état d'urgence et le risque d'attentat. D'autant que l'abandon de territoires faute d'effectifs pendant trop longtemps est un facteur aggravant du risque de violence. C'est d'ailleurs la violente agression de policiers et la réaction plus que molle du pouvoir qui est la cause immédiate de la réaction policière, cependant nourrie depuis des années par une multitude d'autres causes plus profondes.

La police est indispensable, et il s'agit de lui donner les moyens de remplir correctement ses missions. À partir du moment où l'État persiste dans sa volonté de maintenir l'état d'urgence, il apparaît nécessaire de recruter en nombre des fonctionnaires de police pour assurer les missions de sécurité publique traditionnelles auxquelles s'ajoutent les missions nouvelles de surveillance et protection des lieux publics.

Y a-t-il instrumentalisation des policiers par le Front National ? Il est nécessairement difficile de répondre à cette question de manière simple. D'autant plus que les études montrent que 50 à 70% de ce corps a voté FN aux dernières régionales. 

Ce mouvement apparaît cependant bien plus anti-hiérarchie, voire anti-syndical, venant d'une base désabusée, qu'organisé et structuré par un parti politique extrême. L'absence de réaction forte et rapide du pouvoir, en dehors du verbiage habituel de gestion de crise, risque par contre de générer un discours violent que le Front National se fera alors un plaisir d'instrumentaliser !

Les manques d'effectifs, le sous-équipement chronique, l'absence de véritables budgets, l'impossibilité de récupérer ou de se faire rémunérer les heures supplémentaires sont des problèmes chroniques dans l'ensemble des fonctions publiques : il suffit de demander à n'importe quel personnel hospitalier pour s'en convaincre. Les sous-effectifs sont aussi chroniques dans l'Éducation Nationale, malgré le discours apparent sur une pseudo-politique de recrutement !

Oui, il y a urgence à répondre aux attentes d'un mouvement spontané et persistent qui vient de la base. Dans la situation présente, aucun français ne comprendrait l'abandon de policiers à leur sort, alors que dans le même temps, on leur demande de se démultiplier pour assurer des missions de sécurité toujours plus grandes.

Voir les commentaires

Education : qu'allez vous faire des 1.5 millions d'euros confisqués aux élèves ?

Publié le par thalasrum

En Guadeloupe, dans les écoles maternelles et élémentaires, il manquait 59 enseignants dans l'académie à la rentrée de s. À ce jour, 7 contrats précaires ont été signés, dans des conditions très opaques. Toujours est-il qu'il manque toujours 52 enseignants pour assurer une éducation de qualité.

Certes, le Recteur de l'académie de Guadeloupe, Camille Galap, se targue que tous les élèves ont un enseignant. Donc, aux yeux de la population, le manque d'enseignant est camouflé. Mais ce n'est que très provisoire. Puisque les 52 enseignants manquant à l'appel sont comblés par des titulaires remplaçants. Certes.

Mais aujourd'hui, avec cette politique aucun titulaire remplaçant n'est disponible dans toute l'académie de Guadeloupe. Les enseignants des écoles primaires et maternelles ne peuvent pas tomber malade, ne peuvent pas partir en stage, n'ont pas droit aux accidents quotidiens de la vie : il n'y a pas de remplaçant pour les suppléer.

Pourtant, le ministère de l'Éducation Nationale n'a pas supprimé de postes dans l'académie de Guadeloupe pour cette rentrée. Les moyens budgétaires sont là, mais les enseignants ne le sont pas ! L'argent donné par le ministère pour payer les enseignants se trouve dans les caisses du rectorat de Guadeloupe.

La somme est gigantesque : 1.5 millions d'euros environ (52 postes budgétaires, soit 2.400€ sur 12 mois). Cet argent aurait du servir à ouvrir une liste complémentaire, parmi les recalés au concours de juin 2016 : c'est la possibilité laissée par la ministre Vallaud Belkacem dans une décision du 23 septembre. Mais le Recteur a choisi de ne pas utiliser cette option. Le Recteur aurait pu recruter des non-titulaires, certes contre l'avis des organisations syndicales, mais l'argent aurait été utilisé au service des élèves.

Dans une instance officielle, le Recteur a choisi de ne recruter personne, malgré l'argent disponible ! Le Recteur Galap fait donc le choix de supprimer techniquement 52 postes dans l'académie, alors que le ministère n'avait rien supprimé.

La question reste entière : qui va bénéficier de cette manne d'argent gigantesque, qui a été confisquée aux élèves ? 1.5 millions d'euros ! Tout un chacun attend impatiemment de connaître la réponse !

Voir les commentaires

AirFrance : une chemise pour 2900 licenciements !

Publié le par thalasrum

La presse s'offusque, le premier ministre, en visite au Japon, y va de son petit couplet. Quoi ? Un DRH a été agressé par une foule d'employés de la compagnie AirFrance alors que la direction venait annoncer 2.900 suppressions de postes. Le DRH agressé ? Plutôt pris à partie, avec finalement sa chemise arrachée, et sa fuite après l'escalade d'un grillage.

Violence insupportable ? Réellement ? Il n'y a pas eu de blessures physiques, au mieux une blessure morale. À moins de considérer une chemise comme un être physique. Tous les pères la morale vont pouvoir enclencher la ritournelle d'une violence insupportable. Insupportable parce que médiatisée. Insupportable parce que les commentaires médiatiques ont systématiquement pris partie pour la direction contre les personnels.

Mais quel médium a pris la peine de se pencher sur la colère des personnels ? La seule information donnée est que l'entreprise est en difficulté, et que le plan de suppressions de postes n'est que la suite d'autres plans passés. Oui mais... Mais les médias n'en ont absolument pas parlé... Mais l'entreprise AirFrance va faire des bénéfices en 2015.

2900 emplois vont être supprimés alors que l'entreprise AirFrance fait des bénéfices ! Où est la violence ? Est-ce la violence visible d'une chemise arrachée ? Ou est-ce la violence invisible médiatiquement de 2900 suppressions de postes ?

Pour les médias, la conclusion est sans appel : une chemise coûte plus cher que 2900 suppressions de postes ! Il ne s'agit pas ici d'appeler à la violence ou de la cautionner, simplement de chercher à l'expliquer, à la comprendre. Ce qu'aucun média n'a pris la peine de faire ! Annoncer 2900 suppressions de postes, alors même que le pays est en crise et s'avère incapable d'inverser la courbe du chômage, pour une entreprise qui fait des bénéfices, là est la violence insupportable ! Cautionnée par le premier ministre, et l'ensemble des médias vendus au libéralisme !

Voir les commentaires

Réforme du collège : plus d'élèves et moins d'heures en langues vivantes !

Publié le par Mouloud

Réforme du collège : plus d'élèves et moins d'heures en langues vivantes !

Voir les commentaires

Grève générale interprofessionnelle le 26 mars !

Publié le par Mouloud

Grève générale interprofessionnelle le 26 mars !

Voir les commentaires

Loi Macron et 49.3 : des nains politiques irresponsables !

Publié le par thalasrum

Nous sommes dirigés par nains politiques ! À l'opposé des géants qui ont construit l'Histoire avec des choix politiques ambitieux, pour le peuple, au service du peuple, remettant en cause leur petit confort bourgeois, mettant parfois en jeu leur tête. Tel Robespierre sauvant la République assaillie en même temps par l'ensemble de ses voisins européens à l'extérieur, et par les royalistes et les vendéens à l'intérieur, qui mit en place une nouvelle constitution bien plus sociale, abolit l'esclavage et assura le ravitaillement menacé sur l'ensemble du territoire ! Tel Tsipras et Syriza en Grèce. Tels les membres du Conseil National de la Résistance. Aujourd'hui, les nains politiques ont choisi le contraire des choix ambitieux.

Les nains du gouvernement se sont agenouillés devant leur petit pouvoir que le peuple leur a confié par délégation et ont fait le choix de le conserver à tout crin en refusant d'aller à un vote sur la loi Macron en appliquant l'article 49.3 de la Constitution.

Les nains du groupe socialiste ont préféré faire le choix de conserver leur petit siège de député en ne faisant pas pression sur le gouvernement pendant l'étude du texte de loi Macron pour le vider de sa substance libérale et lui donner un vrai caractère social.

Les nains élus députés socialistes frondeurs et députés EELV, après s'être agités sur les tous les plateaux télévisés, en poussant des cris d'orfraie, se sont agenouillés devant le gouvernement qu'ils soutiennent en affirmant qu'ils préféraient garder leur siège de député plutôt que de faire un vrai choix politique conforme à leur soit-disant idées !

Les nains politiques de Démocratie & Socialisme, Gérard Filoche en tête, dans un aveuglement sans nom, rappelant les vagissements de 1981 appelant à une troisième tour social que nous attendons encore, crient victoire et appellent à un grand mouvement social, se défaussant de leur responsabilité politique majeure. Comment croire un seul instant à un grand mouvement social, quand la CFDT a clairement fait le choix du libéralisme, quand FO joue un jeu de louvoiement plus que surprenant et où la CGT sort exsangue de la crise interne liée à son ancien secrétaire général Lepaon ? Comment croire à un mouvement social dont les gouvernement libéraux successifs ont patiemment coupé les ailes et réduit les prérogatives ?

Les nains politiques vont conserver leurs petits fauteuils, leurs petites prérogatives et leurs petits potentats. Ils se moquent de voir l'austérité conjuguée au libéralisme dégrader chaque jour un peu plus les conditions de vie des français. Ils n'ont que faire du peuple qui souffre. Ils n'ont plus comme seule ambition que de préserver leurs petites prérogatives jusqu'en 2017, en utilisant le moins possible leurs prérogatives pour maintenir le coup d'état social libéral au pouvoir, contre vents et marées !

Le courage politique ? Voter la censure de ce gouvernement qui fait voter des lois contraires au programmes sur lequel il a été élu. Relisons François Hollande en 2006 : « Le 49.3 est une brutalité, le 49.3 est un déni de démocratie, le 49.3 est une manière de freiner ou d'empêcher le débat parlementaire.» Revoyons François Hollande en 2012 à propos du travail du dimanche ici. Inutile de multiplier les exemples. Oui la loi Macron, dans la suite de l'ANI est un coup d'état social libéral assumé par le nain Manuel Valls et le nain Macron.

Censure ? Mais tu es fou ! Tu vas entraîner une crise politique majeure et ouvrir les portes du pouvoir au Front National ! Ah bon ? Mais que va-t-il se passer en 2017 ? Ben la même chose, donc autant attendre 2017 ! Réflexion de nain, à courte vue ! Terminé, fermez les bans !

Censure votée ! Un peu de fiction ! Le gouvernement Valls tombe. Hollande n'a plus de majorité dans son propre parti, tiraillé entre les sociaux-libéraux qu'il défend et les autres. Il envisage un gouvernement d'union nationale ouvert au centre et centre droit, mais il fait face à un refus. Dissolution de l'Assemblée et retour devant les électeurs. La gauche a alors le choix d'aller aux urnes en l'état. Et d'ouvrir la porte au mieux à l'UMP tendance très à droite, au pire au FN !

La gauche a aussi le choix de faire de la politique. S'assoir autour d'une table et construire un programme conforme à des valeurs qui peuvent attirer un électorat non sur des noms, mais sur des idées réalisables. Impossible ? Syriza l'a fait ! C'est une question de volonté politique ! La recomposition de la gauche est inéluctable. Elle doit se faire et se fera nécessairement sur les valeurs édictées par les géants du Conseil National de la Résistance. Quelque soit les noms des hommes, quelque soient les noms du parti... Tant que cette union n'aura pas lieu. Les nains navigueront à vue dans le marasme !

Voir les commentaires

Non ! La CES n'est pas une créature au service du libéralisme !

Publié le par thalasrum

Voir les commentaires

ANI, amnistie des syndicalistes : la double trahison des travailleurs !

Publié le par thalasrum

Le gouverneamnistie syndicaliste gouvernement PS Front de gauchement trahit pour la deuxième fois le peuple des travailleurs qui l'a élu il y a presque un an. Pendant la campagne présidentielle, le MEDEF, & Laurence Parisot en tête, a fait campagne contre François Hollande. Depuis, elle doit regretter ce choix, au vu des innombrables cadeaux faits par le gouvernement.

Cela a commencé par la présence de Ayrault au congrès du MEDEF, cela s'est poursuivi par l'abandon d'une réelle réforme de la fiscalité de taxation du capital, & cela se termine par le vote du Parlement de l'accord compétitivité-Emploi.

Ceux qui s'interrogeaient sur l'éclipse médiatique de la loi sur l'ANI, qui permet aux employeurs de casser les contrats pour baisser les salaires, au profit des manifestations contre le mariage homosexuel ont eu l'explication hier dans la journée.

Le président Hollande se sert donc des voyous d'extrême droite qui défendent des idées nauséabondes, homophobes & réactionnaires pour affirmer son opposition à l'amnistie des syndicalistes & la loi proposée par le Front de Gauche. Déjà cette loi avait été pour partie vidée de son contenu par les sénateurs, malgré le soutien de la garde des Sceaux, Christiane Taubira, mais l'Assemblée Nationale, vient de lui porter le coup de grâce.

Pour François Hollande la colère de travailleurs en grève pour préserver leurs emplois équivaut aux bandes de petits fascistes qui cassent en méprisant la République. Une dégradation est une dégradation clame le PS. Il faut de l'équité. Une telle absence de raisonnement à ce niveau de la République est absolument dramatique.

C'est une nouvelle trahison du peuple laborieux. Dans la lutte des classes qui n'a jamais été aussi prégnante dans notre société, le pouvoir politique défend une nouvelle fois la puissance économique au détriment des faibles, qui l'ont pourtant élu. Le gouvernement a basculé totalement vers le libéralisme total et la politique voulue par le MEDEF.

 

Voir les commentaires