Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

guadeloupe

Les planteurs de banane peuvent continuer à polluer en Guadeloupe !

Publié le par thalasrum

http://www.camerfeeling.net/fr/dossiers/images/Cameroun-Plantation-Bananes-3.jpgÀ croire que le funeste épisode de la pollution au chlordécone est déjà oubliée, quand bien même les sols & les eaux sont infectés pour des décennies, quand bien même les malades à cause de ce pesticide pour les bananes sont innombrables !

L'épandage aérien des produits phytosanitaires est interdit dans toute l'Europe, mais la Guadeloupe vient d'obtenir une dérogation ! Comme pour le chlordécone, interdit à partir des années 1980, & pour lequel la Guadeloupe & la Martiniquen avaient obtenu une dérogation jusqu'en 1993 ! La Guadeloupe avait une occasion de montrer sa bonne volonté en matière d'écologie, de développement durable,... C'est raté ! D'autant que l'interdiction de l'épandage aérien se faisait dans le cadre de l'application du Grenelle de l'environnement !

& pourquoi ce choix, qui va avoir des conséquences lourdes en matière d'environnement ? Faute d'une opposition assez forte lors de la consultation publique qui a eu lieu dans la zone du 21 novembre au 23 décembre dernier ! En clair, faute d'une organisation écologiste assez puissante, faute d'un lobby anti-pollueur, les planteurs de banane s'arogent le droit de polluer, quelque soient les conséquences !

L'Europe a tiré la sonnette d'alarme en interdisant ce moyen d'épandage, mais les planteurs n'en ont cure ! Économiquement, c'est rentable ! Tant pis pour les populations locales ! Elles peuvent tomber malades, ou même mourir ! L'important, c'est l'enrichissement des planteurs ! D'autant que le produit utilisé le TILT 250 fait encourir des risques sanitaires pour les populations, mais pollue aussi les nappes phréatiques !

Pas grave, les nappes phréatiques sont déjà pleines de chlordécone, elles ne sont pas à un produit près !

Voir les commentaires

Obtenir un passeport biométrique pour un bébé : business, bêtise, abus de pouvoir...

Publié le par thalasrum

Passeport-bebe-gosier-Guadeloupe.jpgLa démarche est évidente, voire aisée. Le ministère de l'Intérieur, pour simplifier la démarche propose de préremplir & d'imprimer sur son site le formulaire "Cerfa" pour obtenir le sésame, & de fournir des photographies... Malheureusement, en arrivant à la police municipale du Gosier, où un agent est chargé des demandes de passeport, tout se complique soudainement.

Immédiatement, elle me tend le formulaire de passeport à remplir de manière manuscrite, alors que je l'ai déjà complété de manière informatique. Lui faisant remarquer que je l'ai déjà rempli, la réponse est sans appel, "c'est celui-là que vous devez remplir de manière manuscrite !" . Dans ces circonstances, où le préposé à un document officiel est omnipotent, il est inutile de discuter. Je remplis donc le formulaire, elle me dicte l'ensemble des réponses, au cas où j'aurais oublié mon nom & celui de mon enfant. Elle me force à cocher une case sur la nationalité qui ne correspond pas à la situation de mon fils, mais qu'à cela ne tienne : "je vous dis de cocher la première case". Il faut obtempérer.

Puis viennent les photos, après les avoir regardées de face, elle les retourne, & voyant le dos, demande :

" Ces photographies ne viennent pas du photographe ?

_ Non Madame.

_ Elles ne sont pas bonnes.

_ Ah bon, Madame, & Pourquoi ?

_ Elles ne sont pas bonnes !

_ Qu'est-ce qui ne convient pas ?

_ L'enfant est nu, c'est interdit. Enfin, vous verrez chez le photographe du centre ville. C'est comme ça ! Vos photos sont mauvaises."

Pourtant, les photos respectent pleinement la législation en vigueur précisée sur légifrance. On y parle des yeux, de la taille du visage, de la bouche... Mais il n'est précisé nulle part que la petite partie du corps qui dépasse pour un bébé doit être vêtue.

C'est la partie business du passeport, même si les photos fournies conviennent parfaitement, l'agent du Gosier impose impérativement d'aller les faire faire par le photographe du Gosier, qui prend 7 euros pour réaliser... des photos identiques à celles qui avaient été proposées ! Quelle raison mystérieuse impose donc de faire réaliser des photographies chez un photographe ??? Faire vivre l'artisanat ? Permettre à une connaissance, un parent de gagner de l'argent ? Nous ne le saurons pas !

Mais la tête d'un bébé de 13 jours ne tient pas toute seule. Il n'ouvre pas les yeux sur commande, il ne ferme pas la bouche sur commande... & réaliser les photos d'identité chez le photographe prend... plus d'une heure... Juste le temps nécessaire pour que la police municipale soit fermée... Il faudra revenir !

Où l'on voit que la simplification des opérations administratives par Internet n'est qu'un leurre tant que l'ensemble des agents du territoire n'ont visiblement pas été formé. Où l'on voit que donner un petit pouvoir à quelqu'un d'incompétent ne rend pas réellement service au service public... Où l'on voit que la délivrance de documents officiels peut donner lieu à un petit business.

Voir les commentaires

1er mai en Guadeloupe, souffrance & précarité pour les travailleurs !

Publié le par thalasrum

SNES FSU drapeau manifestationPour ce premier mai à Pointe à Pitre en Guadeloupe, entre 2.500 & 3.000 manifestants ont défilé sous les banderoles des différentes organisations syndicales. La chaleur & le soleil n'ont pas démobilisé les travailleurs de la région qui se sont regroupés en matinée pour un cortège qui s'est ébranlé un peu avant dix heures !

Le parcours d'une peu plus de cinq kilomètres s'est étendu à tous les quartiers de la ville, des plus aisés aux plus populaires, avec départ & arrivée de la gare routière de Bergevin. Les rafraichissements tout au long de la route étaient particulièrement bienvenus, tandis que les différents tracts & mot d'ordre opéraient autour de la souffrance au travail !

Car pendant que Fillon représentait le gouvernement français en compagnie du dictateur Mugabe à Rome pour une cérémonie catholique, les travailleurs guadeloupéens montraient leur détermination face aux attaques dont ils sont victimes au quotidien, tant dans le secteur public que dans le secteur privé ! Les réductions d'effectifs des emplois publics liés au nom du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux (la sacro-sainte Réforme Générale des Politiques Publiques, ou RGPP) frappe durement la région Guadeloupe & au premier rang les enseignants.

Les effectifs d'enseignants diminuent alors que le nombre d'élèves augmente, dans une académie largement sous dotée en moyens humains. Le recours systématique à des contrats précaires ne fait qu'aggraver une situation déjà particulièrement dramatique. Avec l'augmentation des effectifs dans les classes, les suppressions d'options, ce sont les conditions de travail de la fonction publique de l'Éducation nationale qui sont largement dégradées, avec une augmentation de la souffrance au travail, mais c'est surtout l'avenir de la jeunesse guadeloupéenne qui est remis en cause.

Alors que le taux de chômage est au plus haut, surtout pour les plus jeunes actifs, la diminution de la qualité de la formation inhérente à la politique menée depuis Paris, met en péril une politique d'emplois qualifiés à long terme. La région se voit ainsi renvoyée à multiplier les emplois précaires, temporaires, mal rémunérés, entraînant une souffrance d'autant plus forte des travailleurs.

Pendant qu'il participait à la béatification papale, notre premier ministre ne s'intéressait pas à la réalité des des travailleurs dans son propre pays !!!

Voir les commentaires

Quand l'énergie devient un problème généré par le capitalisme !

Publié le par thalasrum

energie-renouvelable-soleil-eolien-vent-geothermie.jpegPrenez au hasard un département d'outre-mer, la Guadeloupe pour faire simple ! Au cœur des Antilles. Pas très éloigné de l'équateur, un ensoleillement extraordinaire, 27° de température moyenne, l'alizé qui souffle régulièrement, un volcan & des sources d'eau chaude, des marées, un mer entre 26 & 30° selon les saisons!

Ces simples statistiques de carte postale que l'on peut trouver dans n'importe quel guide touristique, pour en venir aux coupures tournantes qui ont lieu en Guadeloupe depuis presque deux semaines, & entraînent deux heures de coupure à n'importe quel moment de la journée. Des coupures liées à une grève des employés EDF qui réclament l'application d'une loi sur leur salaire qui n'es pas appliquée depuis plus de trois décennies. Mais là n'est pas le fond du problème.

Le problème est que l'essentiel de l'électricité de la Guadeloupe est fourni par deux centrales thermiques, entraînant l'importation de plus de 300.000 tonnes de pétrole juste pour fournir l'électricité ! Ces deux centrales, l'une au Moule, l'autre à Jarry sont vieillissantes & gérées par un conglomérat dont Total est l'actionnaire majoritaire ! Ces unités de production tombent régulièrement en panne, entraînant là aussi des coupures inopinées de courant. Pour produire l'énergie nécessaire aux guadeloupéens, on fait venir du pétrole, par bateau (avec la consommation d'énergie qui va avec...), on pollue l'atmosphère avec les rejets de combustion, & le service énergétique est discontinu, faute d'entretien...

& l'on en revient à la carte postale du début... Si l'on sort vingt secondes de la logique productiviste, capitaliste & libérale de production... L'ensoleillement est largement supérieur à ce qui existe en Europe. Ainsi, le rendement moyen d'un panneau photovoltaïque est de 1.400 Kwh/m²/an en Guadeloupe, sachant que la consommation moyenne française d'électricité était de 7.600 kwh par habitant en 2009 ! Une couverture solaire de 5 mètres carré suffit à l'énergie moyenne d'un guadeloupéen, sachant qu'en Guadeloupe la consommation est inférieure à cette moyenne, car il n'y a pas de chauffage ! En France, on incite à installer des panneaux solaires dans des régions où la productivité est dix fois moins forte !

Autre élément à prendre en compte, il n'y a que 13.200 chauffe-eau solaires en Guadeloupe, soit environ 10% des foyers équipés, le reste est encore électrique, cherchez l'erreur ! Sans compter que l'énergie éolienne n'en est qu'à ses prémices, que la géothermie balbutie encore... Si l'on ajoute les recherches actuelles sur l'utilisation de la chaleur de l'eau de mer, l'évidence intellectuelle (& non la logique libérale) voudrait que les DROM & la Guadeloupe soient en passe de devenir énergétiquement indépendant, & non à un vague horizon 2030... Il existe des solutions énergétiques, les mettre en œuvre exige un courage politique pour sortir du lobby pétrolier !

Le recyclage des panneaux solaires est un argument à prendre en compte car il pose effectivement problème, & il ne faut surtout pas le négliger, mais la couverture française de centrales nucléaires s'est faite sans prendre aucune de ces précautions & la durée de vie des déchets nucléaires enfouis dans des décharges souterraines dépasse les centaines de milliers d'années ! 

Voir les commentaires

La Guadeloupe, vice-championne de France des avortements !

Publié le par thalasrum

IVG-France-contraception-sexualite-mineurs.jpegBérengère Poletti, députée UMP, rapporteure de la mission de la Délégation aux Droits des Femmes sur la contraception des mineurs,vient de rendre public son rapport. Selon les chiffres de 2006, la Guadeloupe arrive juste derrière la Guyane pour les avortements, avec 51,6 pour 1000. Les mineures représentent 6 à 8% de ce chiffre. La moyenne nationale est inférieure à 20 pour 1000.

Le rapport pointe principalement les tabous familiaux, & le poids de la proximité. Comme tout le monde se connaît, les filles auraient du mal à demander des moyens de contraception. Cela prouve pleinement tout le travail d'éducation qu'il reste à faire dans cette région pour que l'avortement ne soit plus un moyen de contraception pour les mineures !

Le rapport note d'ailleurs la méconnaissance des moyens de contraception & surtout la persistance de croyances absurdes (on ne tombe pas enceinte lors du premier rapport...). Contre les tabous familiaux & religieux, il appartient donc à l'école laïque & républicaine de combler ce vide. Pour cela, il faut donner les moyens & les coudées franches aux infirmières & médecins scolaires & appliquer la loi dans tous les établissements scolaires pour mettre à disposition des adolescents des moyens de contraception gratuit.

Les arguments qui consistent à dire que parler de sexualité incite à passer à l'acte & que la gratuité des moyens de contraception est une invite à la débauche ne tiennent pas devant les faits. Les mineurs ont une activité sexuelle, & la politique de l'autruche conduit aujourd'hui à une catastrophe. Les chiffres sont là pour le prouver. Les premières victimes sont les mineures. D'autant que la région est particulièrement frappée en matière de maladies sexuellement transmissibles.

Il faut mener une politique volontariste de prévention à tous les niveaux, pour que la jeunesse sorte du fatalisme des grossesses précoces non désirée & du fléau du SIDA !

 

Voir les commentaires

Chatel en Guadeloupe : confusion entre Éducation & répression !

Publié le par thalasrum

Luc-Chatel-Guadeloupe.jpgLe ministre Chatel était en visite ce jour en Guadeloupe. Loin de répondre aux attentes légitimes d'une académie en difficulté, le ministre de l'Éducation s'est contenté de visiter les établissements modèles, ceux qui permettent de cacher la misère de notre système éducatif (lycée Gerville Réache de Basse Terre, lycée hôtelier, Collège d'Excellence Sportive du CREPS).

Envoyant son directeur de cabinet recevoir les organisations syndicales, il a rabâché sa rengaine concernant les suppressions de postes. Il ment sur les moyens alloués à l'Éducation & prétend que tout n'est pas quantitatif. Il n'a visiblement pas lu le rapport sur l'éducation prioritaire de son propre ministère publié en juin 2010.
Invité sur le plateau de Guadeloupe 1ère ce soir, le ministre Chatel, incapable de répondre sur une réalité qu'il ne maîtrise manifestement pas, s'est contenté de vanter les quelques établissements présentables médiatiquement & n'a pas parlé une seconde des élèves.
Par contre, face à l'absence de réponse pédagogique, le ministre de l'Éducation propose une réponse uniquement sécuritaire : création de 300 contrats aidés dans l'académie pour la sécurité, doublement des Équipes Mobiles de Sécurité (passage de 2 à 5 EMS pour l'académie) qui présentent la particularité de recruter uniquement des personnes qui ont échoué au concours de la police, augmentation de la vidéosurveillance dans les établissements (il ne manquait que les barbelés électrifiés pour compléter le tableau !), & création d'un parc à élèves en difficulté.
Comment peut-on qualifier autrement la proposition du ministre de regrouper dans un même établissement créé spécifiquement, l'ensemble des élèves perturbateurs ? Où est le projet pédagogique pour ces élèves ?
Il faut se rendre à l'évidence : incapable de proposer la moindre réponse pédagogique pour enrayer l'échec scolaire & permettre la réussite de tous les élèves, le ministre, visiblement déjà en campagne électorale n'apporte que des réponses sécuritaires, dans la droite du ligne du président Sarkozy !
On ne peut que s'indigner de ce mépris pour les professionnels de l'enseignement, mais surtout pour l'ensemble des élèves dont la politique gouvernementale compromet les chances de réussite par sa politique de casse du service public d'Éducation !

Voir les commentaires

Vacances scolaires en Guadeloupe : quand la religion se cache derrière la tradition !

Publié le par thalasrum

Femme-Carnaval-laicite-01.jpegCette année le calendrier scolaire guadeloupéen présente une originalité : entre les vacances d'hiver & celles de Carnaval, il y a pas moins de neuf semaines consécutives de travail. Puis moins de deux semaines de vacances ! Tout un chacun sait ou a déjà entendu maintes complaintes sur le sujet, & sait que les spécialistes des rythmes scolaires sont unanimes sur le sujet : l'idéal est de placer deux semaines de vacances après sept semaines de cours.

Que se passe t-il donc en Guadeloupe ? L'État est responsable ? Que nenni ! Un article dérogatoire permet aux Départements & Régions d'Outre-Mer (DROM) d'adapter le calendrier scolaire existant "pour répondre aux particularismes & traditions locales". Un Conseil de l'Éducation National, réunissant préfet, recteur & administration, élus territoriaux, représentants des parents d'élèves, représentants des syndicats est interrogé pour fixer un calendrier triennal.

Le débat devrait porter sur l'ensemble du calendrier scolaire avec la contrainte sous-jacente, mais évidente d'un nombre équivalent de jours travaillés qu'en métropole. Sauf que le débat se trouve totalement marginal. Sur le fond, la toile du calendrier scolaire est fixée... par la tradition ! & de facto, par la religion catholique très prégnante derrière. Les vacances de la Toussaint & de Noël sont les mêmes qu'en métropole, ça ne pose pas de problème, les dates sont déjà religieuses !Femme-Carnaval-Laicite-02.jpeg

Pour la suite, cela se complique, car en Guadeloupe, pas de neige, pas de lobbyiste du ski pour imposer des dates ! Formidable, se dit-on, on va pouvoir poser les vacances scolaires sur un rythme de sept semaines de travail pour deux de repos ! Quelle hérésie ! On pose les vacances après Noël, pour le Carnaval, qui est fixé... en fonction de Pâques ! Puisque s'ensuit après la fête du carnaval le Carême cher aux catholiques pratiquants. Qu'à cela ne tienne, on pose deux semaines de vacances au moment de ces vacances, pour que les élèves aient droit au repos préconisé par les spécialistes... Non ! On ne peut pas, parce qu'il faut un jour férié pour la mi-Carême... date traditionnelle & religieuse ! Si l'on ajoute la fête de l'esclavage le 27 mai (qui devrait être un jour férié national, mais ne l'est que dans les DROM), & le choix de systématiquement commencer & terminer l'année scolaire avec un décalage d'un jour ou deux avec la métropole pour des raisons... obscures, on se retrouve avec des vacances de carnaval d'une petite dizaine de jours, après neuf semaines travaillées. Quant aux vacances suivantes, elles sont posées de manière à encadrer la fête catholique de Pâques ! Selon les années, si la fête religieuse est trop éloignée des vacances d'été, on pose quelques jours au mois de mai, trop conscients de la fatigue des élèves !

Femme-Carnaval-Laicite-03.jpegPersonne pour se plaindre de cet état de fait, Dieu l'a voulu, pensent les plus fervents croyants, c'est comme ça pensent les plus pessimistes ! C'est la tradition insistent les autres ! Alors qu'il serait tellement plus simple de fixer les vacances scolaires sept semaines après Noël, & de fêter un carnaval laïque, sorti de dates religieuses ! La fête n'en serait que plus belle !

À la fin de l'année scolaire, quand les résultats aux examens (brevet, baccalauréat...) vont tomber, s'ils sont inférieurs à la moyenne nationale, on n'évoquera jamais le problème des rythmes scolaires & des traditions qui génèrent un calendrier intenable ! Il sera alors temps de taper sur les enseignants, sur le système....! Mais toujours personne pour remettre en cause les traditions ! Surtout quand la tradition est explicitement religieuse & porte atteinte au principe de la laïcité !

Voir les commentaires

Sarkozy en Guadeloupe, agitation, verbiages, & rien de concret !

Publié le par thalasrum

president nicolas sarkozy republique insecuriteAprès une escale en Martinique, où il a pris la mesure phare qui va sans aucun doute sauver le tourisme antillais, en mettant en place une liaison hebdomadaire vers les Antilles au départ de Roissy (sans doute pense t-il que les touristes sont trop idiots pour trouver l'aéroport d'Orly), notre président de la République est arrivé samedi en Guadeloupe.

Il a fait un discours de vœux aux DOM aussi creux que ses interventions habituelles. Confondant avec une démagogie sans pareil, les indépendantistes, avec le mouvement social du LKP, il s'est permis de donner des leçons d'unité de la République, alors qu'il passe son temps à créer les moyens du contraire ! Il devait trancher pour la collectivité unique guadeloupéenne, mais ce n'est pas encore fait (sans doute n'a-t-il pas eu le temps de lire la proposition des élus guadeloupéens, qui date... de presque deux semaines maintenant !

Nicolas Sarkozy veut développer le tourisme & l'économie endogène, avec à la clé, une belle leçon de morale, sur le thème, "il faut pour cela faire des études ". Peut-être devrait-il se demander combien d'antillais travaillent en métropole ? & combien ont fait des études avant de sortir de telles aberrations. Il ne veut plus traiter les DOM avec paternalisme, mais dans le même temps, il crée une nouvelle liaison aérienne avec le centre (i.e Paris), plutôt que de développer des communications directes dans la Caraïbe, ou avec le continent américain.

& puis, comme derniers cadeaux pour son séjour, il crée un secrétaire d'État au développement endogène, pour favoriser les productions locales, en particulier dans l'agriculture (tiens ! Aurait-il perçu une vague rumeur en 2009 lui demandant, au milieu de plein d'autres choses cela ?), tout en coupant les crédits pour les DOM, de 300 millions d'euros pour le prochain budget. C'est sûr qu'en donnant moins d'argent, les choses vont s'améliorer. De même qu'il est évident que les multiples niches fiscales maintenues vont permettre de résorber intégralement le chômage.

Face à une situation complexe, d'autant plus que les phénomènes centre-périphéries sont exacerbés, le président s'est montré incapable de tenir un discours ambitieux pour les DOM, se contentant de répondre pour l'essentiel aux exigences du MEDEF, avec une petite touche de social "potentielle", pour qu'on ne l'accuse de n'avoir rien fait ! Navrant !

Au fait, le déplacement en Martinique & Guadeloupe, il s'est fait sur le budget rogné des DOM ?

Voir les commentaires

Est-ce la pluie ou la Guadeloupe qui intéressent les médias ?

Publié le par thalasrum

 

pluie-guadeloupe-01.jpgLes médias nationaux s'agitent depuis deux jours. Des inondations exceptionnelles liées à des pluies torrentielles frappent la Guadeloupe. Ah bon ? Certes, il pleut beaucoup à une période où normalement, il ne devrait pas. La Guadeloupe a été placée en alerte jaune par météofrance. Ce qui est très fréquent durant la saison cyclonique (juin à décembre). & aujourd’hui, l’alerte est passée au niveau orange, alors qu’il ne pleut plus. Les morts de la veille & le buzz médiatique y sont pour beaucoup sans aucun doute

Il a plu un peu plus que d'habitude, de manière un peu plus intense & localisée, ce qui a entraîné des inondations impromptues. Cela mérite t-il l'intérêt des médias nationaux ? Si l'on s'en tient aux dégâts, non ! Une voiture entraînée par la pluie entraînant les morts des passagers, des habitations inondés, quelques axes secondaires coupés pendant un moment. Pourquoi traiter ce sujet plutôt qu'un autre ? Était-il utile d’ouvrir le 13h de France 2 sur le sujet ? Occuper l'espace pour ne pas avoir à parler d'autre chose ? La difficulté est que les mêmes médias qui prétendent parler des pluies en Guadeloupe n'ont pas les correspondants sur place pour illustrer leurs propos ! & Le Monde, qui se prétend le quotidien de référence, en est réduit à lancer un appel sur son site & sur Twitter pour obtenir des images des inondations guadeloupéennes !pluie-Guadeloupe-02.jpg

Il est tout de même surprenant de voir la réactivité des médias nationaux pour de simples inondations, alors que lors de la grande grève initiée en 2009, il avait fallu presque un mois pour que les mêmes médias daignent s'intéresser aux problèmes sociaux de la région d'outre-mer. Serait-ce la prochaine venue (ce week-end) du président Sarkozy (& de sa femme, dixit le quotidien local) qui susciterait un intérêt soudain pour l’outre-mer ? En tout cas, le duplex avec la Guadeloupe s’est fait par téléphone, il va falloir travailler la technique pour pouvoir commenter le déplacement présidentiel dans les DOM. Un peu comme à l’époque gaulliste, France Antilles, le quotidien local appelle la population à venir accueillir le président à l’aéroport samedi & de venir en avance...

Voir les commentaires

Défense de la femme, après la journée, la chanson !

Publié le par thalasrum

Femme Dress KlashorstNormalement, ce genre de chose est réservé à une commémoration historique, le plus souvent de la fin d'une boucherie sanguinaire sans nom (8 mai, 11 novembre), à une commémoration religieuse quelconque, ou à une maladie grave. On décide d'un jour pour commémorer un évènement passé ou pour lutter contre quelque chose de grave. Quand cela paraît vraiment primordial que tout le monde s'y intéresse, on en fait un jour férié. Ce jour-là, les médias peuvent s'en donner à cœur joie sur le sujet préparé des années à l'avance, & d'une année sur l'autre nous ressasser la même chose. Il y a la journée du handicap, la journée pour le SIDA, la journée de l'esclavage (mais là, comme ça n'intéresse pas réellement, le gouvernement s'est débrouillé pour qu'il n'y ait pas de date unique, ça dilue, & les médias oublient d'en parler), & la journée de la Femme. Perdue au milieu des autres dates du calendrier, fixée au 8 mars, à la fin de l'hiver.

Pourquoi une journée de la femme ? & bien, là est la question ! Parce qu'à priori, on ne devrait pas avoir besoin de les sauver, les femmes. Sauf que nos élus de tous bords, à force de s'intéresser à leurs egos surdimensionnés, ont fini par s'apercevoir, dans une lueur de conscience, que les textes fondamentaux de notre société (1789, 1946, 1958) étaient écrits au masculin, & qu'ils avaient été pris au pied de la lettre. Si bien qu'avant de donner les mêmes droits aux femmes, il a fallu attendre...Longtemps ! 1945 pour le droit de vote, 1967 pour le droit de disposer librement de leur corps avec la contraception, & encore quelques années (1975) pour avoir le droit à l'avortement. Encore aujourd'hui, malgré une loi sur la parité pour les élections au tournant du siècle, la sous-représentation des femmes dans la vie politique est totalement démesurée ! La situation est tout aussi inquiétante pour les conseils d'administration des grandes entreprises ou les postes économiques à responsabilité ! La journée de la femme sert donc clairement de caution morale aux dirigeants de toutes natures pour se disculper tout le reste de l'année du sort de l'autre sexe.Femme Alicia

& quand bien même cela ne suffirait pas, une guadeloupéenne, Annabella, vient d'éditer une chanson contre les violences faites aux femmes. Certes, cette chanteuse peut se prévaloir d'un futur bénéfice commercial, cependant quelle utilité pour la société ? En parler, certes. Mais encore ? Ben rien ! Comme d'habitude ! Le monde va continuer de tourner gentiment. Les femmes guadeloupéennes seront un peu plus rassurées que les autres, avec le monument qui leur est dédié & cette chanson. Guadeloupe 1ère (ex-RFO) ou Canal 10, autre chaîne locale vont-elles lancer un femmothon, pour récolter de l'argent pour les femmes victimes de violence ?

Sérieusement, tant que l'Éducation, à tous les sens du terme, ne prendra pas le problème à bras le corps, en se décidant à éduquer les enfants dès le plus jeune âge sans déterminisme discriminant (Martine, Barbie & tous les "héroïnes" érigées en femmes soumises, à féminiser les programmes scolaires, à cesser tout déterminisme sexuel dans l'orientation scolaire, en prenant des mesures de sanctions dissuasives pour toutes les organisations politiques ne pratiquant pas la parité, en imposant cette même parité dans les conseils d'administration des grandes entreprises (la Norvège l'a appliqué & aux dernières nouvelles, ce pays n'est pas en voie de sous-développement), alors la situation de violence (physique ou morale) envers les femmes perdurera ! Bien évidemment, il est plus simple de poser un jour dans le calendrier ou de mettre en valeur une chanson !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>