Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Armement pour répondre à la violence : l'erreur fatale !

Publié le par thalasrum

Face à la violence récurrente qui frappe la Guadeloupe, qui fait du département un des plus violents de France, avec 45 homicides recensés en 2015 (pour 932 sur l'ensemble du territoire soit 4.82% des homicides pour 0.6% de la population française), les médias locaux usent et abusent largement de cette situation pour remplir leurs pages ou leurs éditions, avec unes, gros titres et si possible photos choc. Une affaire de car-jacking avec viol a rempli les pages du quotidien France Antilles pendant presque une semaine entière.

Ce week-end, dans la suite logique de la semaine, comme les auteurs présumés des faits avaient été arrêtés, le quotidien s'est empressé de maintenir une pression anxiogène en titrant sur l'explosion de vente des armes d'auto-défense, avec micro-trottoir devant un magasin vendant ce type de produits.

Malheureusement, le quotidien n'a pas cru bon de mener une enquête sur les effectifs de police et de gendarmerie dans notre département. Il n'a pas cru bon non plus de comparer avec les moyens sur l'ensemble du territoire, pas plus qu'il ne lui est venu à l'esprit de s'interroger sur les conséquences de cette explosion de l'armement (même défensif) de la population.

Car s'il est bien une chose qui est prouvée, c'est que la violence génère la violence. Et la multiplication des armes, quelque soit leur nature, ne fait qu'aggraver la situation de violence ! L'exemple des États-Unis est un modèle du genre ! C'est le pays où il y a le plus d'armes à feu en circulation, et c'est le pays qui commet statistiquement le plus d'homicide. N'allons quand même pas trop réfléchir.

Il est tellement plus simple d'aller interviewer trois personnes devant un magasin et de rédiger un article anxiogène avec un titre aussi racoleur qu'inutile, plutôt que d'enquêter sur les sources de la violence, les causes profondes et multiples. Trop de travail sans doute ! Et pire, peut-être la mise en cause de puissants responsables qui mènent des politiques irresponsables depuis trop longtemps.

L'accentuation des écarts de richesse, l'enfermement socio-économique, l'absence de toute perspective, l'absence de formation initiale, l'absence de formation continue, les manques criants en services publics... Autant de sujets passionnants que l'on ne traitera surtout pas en lien avec la violence en Guadeloupe !

Commenter cet article