Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #environnement tag

Irma et les îles du Nord : amateurisme à tous les étages !

Publié le par thalasrum

Contrairement au discours lénifiant distillé sur toutes les antennes par le président lui-même, Emmanuel MACRON, par le premier ministre, par le ministre de l’intérieur, par le ministre Nicolas HULOT ou par la ministre des outre-mers, rien n’avait été anticipé ni prévu pour gérer le cyclone IRMA et sa réplique dans les jours suivants JOSÉ.

Contrairement à un tremblement de terre par nature imprévisible à l’avance, si ce n’est par de la prévention de long terme, plusieurs jours à l’avance les autorités connaissaient la trajectoire du cyclone IRMA et tout un chacun pouvait le voir grossir sur l’ensemble des écrans radar.

Qu’a fait le gouvernement en préventif ? Rien ou presque ! Qu’ont fait les autorités locales ? Rien, si ce n’est se gausser sur toutes les antennes, avec la complicité des médias locaux de leur habitude de ce type de phénomène et de la préparation de tout le monde, ce qui n’était pourtant absolument pas le cas. Qu’ont fait les hauts fonctionnaires ? Rien si ce n’est aggraver la crise, comme par exemple le Recteur qui a fait le choix de ne reporter la rentrée des élèves que de 48 heures, imposant à tous les fonctionnaires de se rendre sur Saint-Martin quand bien même IRMA couvait. Qu’ont fait les populations ? Ce qu’elles pouvaient, comme elles le pouvaient à la hauteur de leurs connaissances.

À l’arrivée, le PC de commandement à la préfecture s’est retrouvé immédiatement hors service, et la sous-préfète a été tellement choquée qu’elle se trouve encore à l’heure actuelle en brun out, les deux casernes des pompiers de Saint-Martin et Saint-Barthelemy ont été totalement inondées et rendues inopérationnelles. La centrale électrique a été inondée et a cessé de distribuer du courant, interdisant par là-même l’accès à l’eau potable, puisque la désalinisation est le principal accès à l’eau sur ces îles dépourvues de cours d’eau. Les destructions de bâtiments publics ont été gigantesques, au premier rang desquels l’hôpital qui n’est quasiment plus fonctionnel, de même que les destructions privées. Autant d’éléments qui étaient prévisibles et n’ont absolument pas été anticipés.

Les pillages ? De quoi parle-t-on ? Du pillage de misère de gamins qui ont dévalisé des jouets ? Des pauvres qui sont allés se servir au supermarché ? Ou des braquages des bandes organisées qui végètent habituellement sur ce territoire et n’intéressent d’habitude absolument personne. On ne parle pas de la même chose. Dans le premier cas, c’est la conséquence directe du libéralisme, dans le second, c’est une lacune grave de l’État incapable d’assurer la sécurité de ses ressortissants.

Au final, il a fallu attendre samedi matin pour que les secours se mettent correctement en place et que la sécurité soit finalement rétablie. Il a fallu attendre dimanche matin pour des que navettes aériennes régulières commencent pour rapatrier ceux qui le souhaitaient. Soit quatre à cinq jours après les événements !

Oui, il était possible d’anticiper le manque d’eau, et il aurait fallu procéder en préventif à des distributions massives. Oui il était possible d’anticiper le problème de sécurité, et il aurait fallu envoyer des renforts policiers en amont. Oui, il était possible d’anticiper le problème électrique et il aurait fallu déplacer des générateurs de secours au moins pour assurer le minimum. Oui il était possible d’anticiper que les services régaliens demeurent opérationnels, pour pouvoir agir et intervenir dès la fin du cyclone ! Oui, il était possible d’informer la population en préventif et d’imposer à tous un minimum (garder ses papiers sur soi pendant tout l’événement, ainsi que les documents de base : passeport, livret de famille, carte de crédit…, tout ce qui éviterait aujourd’hui la panique et la désorganisation à l’arrivée des avions à Pôle Caraïbes avec des gens qui débarquent et dont on ne sait que faire, faute de papiers et faute d’avoir anticipé des hébergements).

L’État a été lourdement défaillant. Les collectivités des îles du Nord l’ont été aussi. Les hauts fonctionnaires en charge de la gestion de crise ont été totalement débordés. Par exemple, jeudi le Recteur réunissait l’ensemble des psychologues de l’éducation nationale pour leur demander de se rendre sur Saint-Martin pour assurer des cellules psychologiques, sans avoir aucune idée des moyens de les héberger, de les nourrir et même de les transporter ! Amateurisme ! À aucun moment, le recteur n’a entamé une procédure de recensement de ses personnels sur place, pour connaître leur situation, pour éventuellement les rechercher, voire organiser leur rapatriement ! On ne peut se vanter avant un événement que tout soit sous contrôle et constater le bazar organisé depuis que le cyclone est passé, la détresse des populations et parfois leur mise en danger !

Peut-être serait-il utile de s’intéresser à ce que font des pays comme Cuba, voire les États-Unis en matière de prévention, plutôt que de réagir lentement, en catastrophe, quand le pire est arrivé !

Voir les commentaires

Obama crée la plus grande réserve naturelle en Arctique !

Publié le par thalasrum

Un mois avant la prise de fonction du nouveau président des États-Unis Donald Trump, le président sortant Barack Obama, vient d'utiliser une disposition législative de 1953, l'OCSLA, pour protéger l'océan Arctique et l'océan Atlantique Nord de forages d'hydrocarbures.

Cette décision de protéger plus de 46 millions d'hectares dans l'océan Arctique et 1.5 millions dans l'océan Atlantique génère la plus grande zone protégée du monde. Les récifs coralliens, les ours et les espèces de poissons rares seront ravies de cette décision. Les lobbys pétroliers perdent avec cette décision une partie importante, l'océan Arctique étant un enjeu majeur d'un point de vue économique ! Le président Obama a tranché en faveur de l'environnement contre les intérêts économiques.

Elle pérennisent la protection dans le temps juste avant l'arrivée de l'équipe Trump et ses mercenaires milliardaires et climatosceptiques. Cette décision sera sans compliqué à défaire pour la nouvelle administration et il est très rassurant de voir que la réversibilité de la loi de 1953 est complexe à mettre en oeuvre !

Barack Obama, en faisant un choix environnemental majeur, sauve provisoirement la planète du pire. Ce choix important mérite d'être salué à sa juste valeur !

Voir les commentaires

Gaspillage d'eau : qui sont les vrais coupables ?

Publié le par Mouloud

Gaspillage d'eau : qui sont les vrais coupables ?

Voir les commentaires

Coupures d'eau tournantes en Guadeloupe

Publié le par Mouloud

Coupures d'eau tournantes en Guadeloupe

Voir les commentaires

Gillot voudrait régler le problème de l'eau ?

Publié le par thalasrum

Gestion eau Jacques GillotLa Guadeloupe, charmante île de la caraïbe, autrement appelée Karukera, "le pays de l'eau", n'en finit plus de subir des coupures intempestives d'eau ! Avec des fuites supérieures à 50% sur le réseau, dignes de pays en voie de développement, & une gestion majoritairement privée absolument catastrophique, ce sont les citoyens qui font les frais d'une gestion calamiteuse !

À la veille du Premier mai, il a fallu une manifestation des usagers pour que Jacques Gillot, président du Conseil Général, envisage lors d'une réunion avec de nombreux partenaires, la création d'une structure unique de l'eau. Il faudrait 3 millions d'euros pour résoudre les problèmes d'eau pour la décennie à venir !

Quand on sait que l'inutile Trafikera, pour indiquer la durée du bouchon quotidien sur la route unique (Baie Mahault-Sainte Rose au hasard) a coûté la bagatelle de 13 millions d'euros, on comprend d'autant moins les choix fait par les deux collectivités. Les compétences ne sont pas les mêmes, me direz-vous ? Sauf que depuis deux ans les réunions sont sensées aboutir à la création d'une collectivité unique avec l'ensemble des prérogatives et des moyens plus importants.

La réalité coule de source : les deux collectivités n'ont aucune envie de fusionner, elles se contrefichent des problèmes de la population et ne font absolument rien pour les résoudre ! Sinon, pourquoi le problème de l'eau n'est-il toujours pas résolu ? Pourquoi un service public de l'eau n'est-il pas mis en place, permettant d'approvisionner en eau l'ensemble de la population, et de résorber enfin par un investissement important, les problèmes de fuite ? Ce n'est pas la ressource très abondante qui pose problème, c'est sa gestion ! Et l'absence de toute volonté politique sur la question !

Voir les commentaires

Manifestation des "bonnets rouges" à Quimper : vilaine récupération de l'Histoire !

Publié le par thalasrum

15.000 manifestants selon les forces de l'ordre, 30.000 selon les organisateurs. Finalement, le chiffre importe peu tant il est faible et reflète la faible mobilisation de nantis, de réactionnaires, d'élus de droite, de libéraux pur jus. La manifestation s'est terminée par des affrontements avec les forces de l'ordre. Comme dans les manifestations réactionnaires contre le mariage pour tous, il semble y avoir une volonté manifeste de générer des blessés, immédiatement transformés en victimes pour tenter de dépasser le cadre de l'infime minorité qui manifeste.

Le problème : la mise en application de l'écotaxe, votée pourtant par des députés UMP,... qui se trouvaient dans la manifestation de Quimper. Cette écotaxe était un minuscule pas en avant en direction de la révolution écologique nécessaire pour assurer la nécessaire transition vers un monde plus sain et vivable pour tous. Cette écotaxe ne change rien au fondement du tout routier & ne met rien en oeuvre pour développer le frêt ferroviaire ou le développement des voies navigables.

La revendication des manifestants, la suppression de la taxe, qui obérerait leurs maigres bénéfices, et la préservation de l'emploi. Le slogan majeur : les taxes se multiplient et vont assassiner l'économie française. À la manoeuvre de cette opposition à la taxe, la droite et l'UMP en tête dont on a vu qu'une partie a pourtant voté la loi, comme l'UMP Marc Le Fur, et le MEDEF. Les salariés, quant à eux, ne se reconnaissaient aucunement dans le mouvement réactionnaire, comme en a témoigné la contre-manifestation de Carhaix.

Le choix des manifestants comme symbole : les bonnets rouges ! Pour rappeler la grande révolte de la payssannerie bretonne de 1675 contre la loi sur le papier timbré. Quelle véritable honte pour les organisateurs UMP et MEDEF que de salir et travestir l'Histoire d'une révolte populaire, celle des bonnets rouges, luttant contre l'arbitraire royal, contre des taxes injustes, éxonérant les privilégiés et frappant les faibles, pour lutter contre une loi démocratiquement votée par les représentants élus de la République, dont certains organisateurs !

Les bonnets rouges de 2013 salissent la glorieuse Histoire de la révolte des bonnets rouges de 1675. L'UMP et le MEDEF font honte à l'Histoire et l'instrumentalisent à des fins individuelles et navrantes !

Voir les commentaires

L'Equateur appelle au boycott du pétrolier Chevron !

Publié le par thalasrum

Voir les commentaires

Réunion du collectif contre les épandages aériens !

Publié le

Collectif Vigilance Citoyenne

Collectif Vigilance Citoyenne

Le collectif vigilance citoyenne s'est réuni ce soir à Pointe à Pitre dans la salle Remy Nainsouta pour appeler à manifester le 1er juin prochain contre les épandages aériens en Guadeloupe qui font l'objet d'une nouvelle dérogation inique.

Voir les commentaires

La préfète Pierrot et les épandages aériens, premier conflit d'intérêt

Publié le par thalasrum

prefete Guadeloupe Pierrot epandages aeriens derogationDans un précédent article, il avait été évoqué sur ce blog les dangers potentiels d'une implantation d'un préfet "local" sur un territoire donné, au vu de la nomination de Marcelle Pierrot, comme préfète de la région Guadeloupe.

Il n'a pas fallu très longtemps pour que les conséquences se fassent sentir. Un préfet a beau être un représentant de l'État, il n'en reste pas moins avant tout un être humain. Le sujet, la dérogation accordée aux gros planteurs de banane pour poursuivre les épandages aériens en Guadeloupe, malgré l'interdiction pour des raisons sanitaires de l'Union Européenne et la confirmation  de cette décision par le tribunal administratif de Basse Terre. Un article ici fait le point des enjeux concernant ces épandages.

Le conflit d'intérêt vient de la préfète qui signe l'arrêté dérogatoire du 29 avril 2013. Cet arrêté reprend l'argumentaire du lobby bananier, comme par exemple le fait que les épandages aériens sont précis à 99% (ce qui est vrai quand le vent est nul... et le vent... sur la Basse Terre... est quotidien !)... Là où le bat blesse, ce sont dans les annexes où l'on s'aperçoit que pour la commune de Trois Rivières, les épandages aériens sont limités à la zone de Savane Buissonnée et Monchappée, alors que de telles restrictions sur la commune de Trois rivières n'apparaissaient nullement dans les arrêtés préfectoraux dérogatoires précédents, comme dans celui du 13 juillet 2012 par exemple..

Il est particulièrement surprenant de voir que cette commune subit de très fortes restrictions aux épandages aériens. Or, il se trouve de manière d'autant plus surprenante que la préfète de Région Pierrot est native de Trois Rivières... D'aucuns à l'esprit mal tournés en tireront les conclusions qu'ils désirent. De là à parler d'un conflit d'intérêt gênant pour les missions de représentante de l'État que la préfètes est amenée à exercer, il faut pour cela accabler la ou les personnes qui l'ont fait nommer à ce poste sur ce territoire !

Voir les commentaires

Épandages aériens : la Guadeloupe empoisonnée !

Publié le par thalasrum

Voir les commentaires