Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #egalite tag

L'importance de la première abolition de l’esclavage du 4 février 1794 en Guadeloupe

Publié le par thalasrum

Le 4 février 1794, la convention montagnarde décide d’abolir l’esclavage sur tous les territoires de la République, après cinq années d’âpres discussions entre les tenants de l’égalité entre tous les citoyens et les lobbys des planteurs esclavagistes soucieux de préserver leurs intérêts économiques. Robespierre, qui était depuis le début favorable à cette mesure, obtient un vote favorable de la convention. Le processus abolitionniste a commencé plusieurs décennies auparavant dans les textes philosophiques, et s’est progressivement répandu dans l’ensemble de la société.

Si bien que lors de la préparation des états généraux du royaume de France, convoqués par Louis XVI, plusieurs cahiers de doléances affirment la nécessité d’abolir l’esclavage au nom de l’égalité entre tous les hommes. C’est en particulier le cas du petit village de Champagney dans la Haute Saône où Jean-Luc Mélenchon a salué la volonté des habitants et le choix de la convention montagnarde.

Pour la Guadeloupe, l’événement est d’importance, puisque notre territoire a bénéficié du décret de la Convention de Robespierre, avec la première abolition. La Guadeloupe était un territoire de la République française, contrairement à la Martinique, envahie alors par les anglais.

Il apparaît primordial de saluer cet épisode historique glorieux, qui permettra pendant presque 8 ans la mise en place d’une égalité entre tous les citoyens, sans distinction de couleur. Cette période se refermera avec le refus d’un retour en arrière et l’insurrection de la Guadeloupe le 21 octobre 1801 (salué depuis lors par des drapeaux rouges sur tous les ponts) et la création d’un gouvernement autonome contre la décision de Bonaparte de rétablir l’esclavage à la demande de sa femme, la békée martiniquaise Joséphine de Beauharnais. Cette insurrection est clôturée par le suicide de Delgrès et des derniers insurgés qui préféreront mourir plutôt qu’être rabaissés de nouveau à leur condition d’esclave.

Le courage de ces révoltés passés qui ont préféré mourir que renoncer à leur liberté ne doit pas tomber dans l'oubli !

Voir les commentaires

FEMEN pas FN : le féminisme qui s'assume !

Publié le par Mouloud

FEMEN pas FN : le féminisme qui s'assume !

Voir les commentaires

Départementales : la parité, c'est 10% pour les présidents !

Publié le par Mouloud

Départementales : la parité, c'est  10% pour les présidents !

Voir les commentaires

Éducation : discriminations sexuées dans l'orientation !

Publié le par Mouloud

Éducation : discriminations sexuées dans l'orientation !

Voir les commentaires

Réforme du collège : faut-il plus de moyens ?

Publié le par Mouloud

Réforme du collège : faut-il plus de moyens ?

Voir les commentaires

Le Majordome, un film communautariste qui gâche une belle histoire

Publié le par thalasrum

Une belle histoire ! Comme seuls les américains savent en trouver. Tirée d'une histoire vraie qui plus est. Une histoire qui parcoure la glorieuse et récente histoire américaine. Mais tirée d'une histoire vraie. Mieux que Forrest Gump !

Malheureusement derrière cette magnifique idée, un gros scénariste lourdaud a cru bon d'en rajouter des tonnes pour la transformer en film communautariste par des noirs, pour des noirs, jusqu'à arriver à laisser un goût d'amertume à la sortie de ce film.

Un noir du vieux Sud, qui voit son père assassiné par un planteur blanc qui vient de violer sa mère et qui devient majordome à la maison blanche. Voilà une histoire telle que seule l'Amérique sait en trouver. L'American Dream est vivant. Il fonctionne pour tous, même pour les noirs victimes trop longtemps de la ségrégation.

Oui mais, à force de vouloir montrer l'injustice dont sont victimes les noirs par les blancs, le scénariste et le réalisateur en viennent à l'idée absurde que les noirs et les blancs sont différents. Que les blancs ne peuvent pas comprendre les noirs. & par conséquent que les blancs et les noirs ne peuvent pas vivre ensembles, mais uniquement les uns à côté des autres.

À force de voir la ségrégation raciale des blancs sur les noirs, l'obstination du réalisateur conduit à l'idée de revanche. Une revanche qui n'est pas atteinte par le fils du héros, qui suit les pas de Martin Luther King, Malcolm X, puis les Black Panthers, avant de se lancer en politique.

La finalité du film n'est pas l'obtention de l'égalité qui signerait le début d'un vivre ensemble mais l'infâme idée de revanche des noirs sur les blancs dans l'élection du président Obama. À force de cultiver la différence pour montrer la nécessité d'égalité, le film ne libère qu'un vulgaire message communautariste là où il y avait la possibilité de faire un grand film sur la dignité humaine.

Voir les commentaires

Les intégristes s'en prennent à l'égalité de l'école !

Publié le par thalasrum

égalité genre Vincent Peillon, assisté par Najat Vallaud-Belkacem ont eu une idée lumineuse. Rien d'exceptionnel ! Ils sont justes partis du constat que l'école reproduit bien trop les inégalités, et qu'il fallait tenter au plus vite de limiter cet état de fait !

Attention, nos deux ministres ne sont pas de dangereux révolutionnaires qui vont s'attaquer aux inégalités sociales en mettant en oeuvre l'investissement humain et financier nécessaire ! Non ! Ils veulent juste s'attaquer aux inégalités de genre véhiculées par l'école.

Les inégalités de genre sont lourdement discriminantes dans le système éducatif & le chantier est gigantesque. À défaut de s'attaquer d'un coup à l'ensemble des inégalités de genre, les deux ministres ont décidé une expérimentation à la base, en primaire dans dix académies et 600 écoles au total. C'est une première étape importante, nécessaire mais insuffisante ! Les inégalités de genre créent des distorsions très fortes et maintiennent dans notre société des inégalités d'un autre temps.

& pourtant, les intégristes de la manif pour tous et les catholiques les plus intégristes ont décidé de mener le combat contre cette initiative, pourtant nécessaire dans la société. Après s'être ridiculisé en s'opposant au mariage pour tous, les intégristes finissent de se couper de la société et du monde dans lequel ils vivent en menant une campagne d'un autre temps, pour maintenir les inégalités hommes femmes !

Voir les commentaires