Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #culture tag

Après 31 jours de grève, reprise du travail à I-télé !

Publié le par thalasrum

Certes, I-télé n'est pas ma chaîne préférée. Le fait que Zemmour y ait eu porte ouverte pendant très longtemps, les soirées foot, ainsi que tous les travers d'une chaîne d'info en continue qui radote et met en scène le quotidien, plutôt que de l'analyser.

Mais en 31 jours de grève, les salariés d'I-télé ont démontré leur capacité à résister à l'empire Bolloré, à l'arbitraire, à se battre pour tenter de rester indépendant, à se battre contre la télé poubelle de Morandini !

Ils n'ont pas gagné grand'-chose, mais leur combat est salutaire pour démonter la mainmise d'un empire financier sur un média. Combat exemplaire puisque l'immense majorité de la presse français est détenue par des grands groupes financiers. À l'arrivée, Bolloré a réussi à maintenir Morandini, même s'il est enserré dans un cordon sanitaire, et a surtout obtenu le départ d'une trentaine de salariés. Pire, les salariés n'ont pas obtenu que Serge Nedjar ne porte plus la double casquette de directeur et de directeur de la rédaction, gage d'indépendance pour les journalistes !

Ci-dessous, la reproduction du texte des salariés d'I-télé publié ce jour par les Jours.

Le texte des salariés d’i-Télé

« Après 31 jours de grève, nous, salariés d’i-Télé, avons décidé de suspendre notre mouvement. 31 jours, pendant lesquels nous sommes restés unis. 31 jours âpres, où reconduire la grève ne fut jamais un moment facile compte tenu des sacrifices financiers exigés et de notre soif de couvrir l’actualité du monde. 31 jours qui font de ce conflit, le plus long de l’audiovisuel depuis 1968. Notre objectif ne fut pas d’écrire l’histoire mais de donner un avenir à chacun de nous dans une chaîne que nous avons portée depuis 17 ans. 
Ce combat fut celui de notre indépendance éditoriale, de la défense de l’honnêteté et de la rigueur de notre travail. 

L’arrivée de Jean-Marc Morandini sur i-Télé, deuxième chaîne d’information en continu en France, à un horaire exposé, a suscité l’émotion légitime des salariés.
La signification brutale par la direction de l’ouverture d’une clause de conscience nous a donné le sentiment d’être poussés dehors.
Ces éléments se sont ajoutés à un malaise déjà profond. Deux motions de défiance en quatre mois. Une grève de 4 jours en juin suite à l’annonce de la suppression de 50 postes – dans une chaîne où l’exigence demandée à chacun était déjà critique.
Voilà pourquoi nous avons décidé de nous mettre en grève le 17 octobre.
Ce mouvement fut à l’image d’i-Télé. Fort mais fragile, déterminé mais respectueux. Nos assemblées générales quotidiennes ont permis à tous de s’exprimer. Les salariés ont su faire preuve de maturité et de sang froid face aux nombreuses épreuves qui ont émaillé ce conflit.
Le dialogue avec la direction a été lent, difficile, rythmé par de trop nombreuses plages de silence. 

Nous n’avons pas obtenu le retrait de Jean-Marc Morandini. Mais nous avons obtenu que son travail soit très encadré et qu’aucun collaborateur d’i-Télé ne soit contraint de travailler avec lui contre son gré, une disposition sans précédent dans une entreprise de presse. Nous n’avons pas obtenu la séparation des postes de directeur général et de directeur de la rédaction. Mais nous avons obtenu des garanties sur l’indépendance de la rédaction. Une charte éthique sera rédigée, dans le cadre de la loi Bloche, dans les 4 mois.
Ces dispositions, nous les avons obtenues pour ceux qui demeurent à i-Télé. Pour tenter de leur assurer un cadre de travail pérenne. Pour protéger ceux qui quittent i-Télé nous avons revendiqué un cadre collectif de négociation. 

Aujourd’hui, rester ou partir est un choix difficile. Et pour beaucoup d’entre nous cela ne s’apparente pas à un choix. 

Tout au long de ce conflit, notre détermination a été renforcée au fil des messages de soutiens de plus en plus nombreux. Des messages émanant de toutes les rédactions. Des témoignages de téléspectateurs. Des prises de position de responsables politiques et de personnalités médiatiques. Nous remercions chacun avec émotion. 

Nous sortons de ce conflit éreintés et meurtris mais la tête haute, avec au cœur le sentiment d’avoir tenté de défendre notre honneur. 
Nous sortons tous ensemble de cette grève plus que jamais attachés à cette chaîne. Ensemble nous demeurerons vigilants.
Notre combat a dépassé les murs d’i-Télé car il soulève des questions sur l’information aujourd’hui en France. Nous, salariés d’i-Télé, avons tenté d’y répondre humblement et en conscience. »

Les salariés d'I-télé

 

Voir les commentaires

Ferrat repris par Barbelivien sur France2 !

Publié le par Mouloud

Ferrat repris par Barbelivien sur France2 !

Voir les commentaires

Politique de Facebook, la France reprend la main !

Publié le par Mouloud

Politique de Facebook, la France reprend la main !

Voir les commentaires

Charlie, récupération politique et débordements !

Publié le par thalasrum

L'attentat horrible contre Charlie Hebdo a été condamné unanimement par l'ensemble de la classe politique avec un minimum de retenue au vu de l'ampleur du massacre. Cependant, il n'a pas fallu attendre bien longtemps pour que la récupération et les débordements de toutes sortes apparaissent.

Passons sur les incongruités de toutes sortes qui ont émaillé l'hommage aux victimes. Comme une messe à Paris à Notre Dame et faire sonner le glas pour des athées notoires et patentés. Imposer des minutes de silence alors que ces dessinateurs revendiquaient le verbe haut & le rire contre la connerie, la bêtise et la barbarie. Mettre les drapeaux en berne alors que ces dessinateurs "bêtes et méchants" riaient les cérémonies officielles et tous les drapeaux du monde entier. Passons sur les chaines d'infos en continu qui ont "vécu" plus de 24 heures à rendre hommage à des journalistes qu'ils ignoraient superbement jusque là !

& les rapaces, charognards et vermines de tous bords qui avaient cru bon, à juste titre de se taire ou à tout le moins de prendre un air contrits pendant un premier temps ont tranquillement refait surface dès aujourd'hui. Les cadavres à peine refroidi, il était temps de "récupérer". Marine Le Pen, qui a multiplié les procès (perdus !) contre Charlie Hebdo a lancé le bal des faux-culs en affirmant une liberté d'expression qu'elle n'avait eu de cesse de chercher à faire taire pendant des années. Les religieux de tous bords (dont les catholiques intégristes qui ont multiplié aussi les procès perdus contre Charlie...) se sont jetés sur les plateaux télé pour expliquer à quel point ces dessinateurs étaient drôles après avoir passé leur temps à demander la censure contre ces journalistes.

La pourriture s'est invitée à la danse. À peine la chasse aux meurtriers potentiels est-elle lancée que Marine le Pen se réveille pour réclamer un référendum sur la peine de mort (quelques semaines après avoir expliqué que la torture pouvait être un outil contre le terrorisme). Ivan rioufol, clone de Zemmour sort de sa boite, pour réclamer que tous les musulmans se désolidarisent du carnage ! Sur les réseaux sociaux, la bêtise d'une jeunesse désoeuvrée commence à surgir : "nous ne sommes pas Charlie !" "C'est un coup monté contre les musulmans", sans compter les propos dénués de sens "Ils l'ont bien cherché, avec leurs dessins qui insultent les dieux..."

Pour tous ceux qui commencent à confondre tout et n'importe quoi, quelques petits rappels évident s'imposent ! Dans la République française laïque, le délit de blasphème n'existe pas, ce qui donne le droit de rire des religions, comme Les Grosses Têtes - RTLricanent de blagues grasses et misogynes. Charlie Hebdo a gagné tous ses procès contre Marine Le Pen et contre les associations intégristes (catholiques le plus souvent) qui ont voulu faire condamner ses dessins !

La liberté d'expression ce n'est pas le droit de dire n'importe quoi. Les limites sont prévues par la loi (insulte, racisme...), c'est ce qui différencient, Charlie Hebdo et les humoristes d'un côté, Dieudonné, Soral et consors de l'autre.

L'intelligence, le discernement, l'esprit critique permettent de faire ces distinctions. L'obscurantisme, l'intégrisme, le fanatisme construisent des amalgames parfois nauséabonds... Entre une balle et un dessin, la nuance est pourtant évidente : la première empêche toute réponse, le deuxième amène une réaction, un sourire, un débat... l'intelligence !

Voir les commentaires

François Morel à réécouter sans modération

Publié le par thalasrum

Les billets d'humeur de François Morel sont généralement de grande qualité. Les écouter rend souvent moins idiot, peut-être même plus intelligent des fois. À rendre intelligent la bêtise. 

 

À écouter, réécouter, diffuser sans modération.

Voir les commentaires

Le Majordome, un film communautariste qui gâche une belle histoire

Publié le par thalasrum

Une belle histoire ! Comme seuls les américains savent en trouver. Tirée d'une histoire vraie qui plus est. Une histoire qui parcoure la glorieuse et récente histoire américaine. Mais tirée d'une histoire vraie. Mieux que Forrest Gump !

Malheureusement derrière cette magnifique idée, un gros scénariste lourdaud a cru bon d'en rajouter des tonnes pour la transformer en film communautariste par des noirs, pour des noirs, jusqu'à arriver à laisser un goût d'amertume à la sortie de ce film.

Un noir du vieux Sud, qui voit son père assassiné par un planteur blanc qui vient de violer sa mère et qui devient majordome à la maison blanche. Voilà une histoire telle que seule l'Amérique sait en trouver. L'American Dream est vivant. Il fonctionne pour tous, même pour les noirs victimes trop longtemps de la ségrégation.

Oui mais, à force de vouloir montrer l'injustice dont sont victimes les noirs par les blancs, le scénariste et le réalisateur en viennent à l'idée absurde que les noirs et les blancs sont différents. Que les blancs ne peuvent pas comprendre les noirs. & par conséquent que les blancs et les noirs ne peuvent pas vivre ensembles, mais uniquement les uns à côté des autres.

À force de voir la ségrégation raciale des blancs sur les noirs, l'obstination du réalisateur conduit à l'idée de revanche. Une revanche qui n'est pas atteinte par le fils du héros, qui suit les pas de Martin Luther King, Malcolm X, puis les Black Panthers, avant de se lancer en politique.

La finalité du film n'est pas l'obtention de l'égalité qui signerait le début d'un vivre ensemble mais l'infâme idée de revanche des noirs sur les blancs dans l'élection du président Obama. À force de cultiver la différence pour montrer la nécessité d'égalité, le film ne libère qu'un vulgaire message communautariste là où il y avait la possibilité de faire un grand film sur la dignité humaine.

Voir les commentaires

La guerre aux pauvres commence à l'école !

Publié le par thalasrum

Ruwen OgienC'est un pamphlet de moins de deux cents pages comme on aimerait en lire plus souvent ! En partant de l'idée du ministre de l'Éducation Nationale, Vincent Peillon de rétablir la morale laïque à l'école, l'auteur, Ruwen Ogien déroule tous les maux affichés de l'Éducation en France en s'appuyant sur sa spécialité la philosophie.

Écrit dans une langue simple sans pour autant en devenir simpliste, l'auteur démonte les principes de la pensée réactionnaire, traditionaliste et élitiste qui inonde actuellement les médias français. Les Finkielkraut, Zemmour et autres Pujadas sont renvoyés à leurs rengaines passéistes !

Ce petit livre délibérément provocateur est un vrai bol d'air frais dans la pensée ambiante ! Un ouvrage au service des enfants, de tous les enfants, même ceux des classes populaires. Ogien démonte les mécanismes libéraux qui ont oeuvrés depuis presque vingt ans, contribuant à générer des inégalités chaque jour plus grandes.

Au lieu d'accuser les élèves de leur propre échec, l'auteur interroge le système et les logiques à l'oeuvre sous différents gouvernements. La conclusion est attendue, mais sans appel. À lire et faire lire !

Voir les commentaires

Schmitt, les dix enfants que Madame Ming n'a jamais eu

Publié le par thalasrum

EE Schmitt, couvertureSi vous avez une demi-heure à perdre pour ressasser les vieux dictons que votre grand-mère vous énumérait chapelet en main quand vous étiez enfant, ce livre est fait pour vous. Comme un mauvais roman de gare, le livre est de petite taille & peut se lire avec de nombreuses pauses : vous ne risquez pas de perdre le fil de l'intrigue.

Comme la Chine est à la mode, le roman se passe globalement en Chine... Globalement, parce que le héros est français... Il y a des limites quand même. Mais c'est en Chine selon les préceptes de Confucius que le héros va finalement trouver sa voix : celle de la vie de couple avec enfant !

Vaste entreprise de réaction, de soumission à la tradition, à la sagesse des anciens, au mensonge qui peut être utile pour ne pas froisser les gens, au conformisme bien pensant le livre sonne le creux du mille fois écrit. Si le journal de Pujadas vous paraît une mine d'informations de qualité, ce roman peut à la rigueur vous plaire ! A se faire prêter en attendant chez le dentiste, c'est légèrement moins réactionnaire que les triplés de Madame Figaro, & quand même mieux écrit que les articles de Paris Match !

Voir les commentaires

Montaigne

Publié le

"Celui qui suit un autre, il ne suit rien, il ne trouve rien, voire il ne cherche rien." Montaigne

Voir les commentaires

Andromaque par les épis noirs : ça décoiffe totalement !

Publié le par thalasrum

http://www.lesepisnoirs.com/file/Vign_dpandromaque-1_ws42466025.jpgMettez deux hommes & deux femmes sur scène pour jouer Andromaque. À première vue, rien d'exceptionnel. Du déjà vu. Mais passé à la moulinette des épis noirs & de leur metteur en scène Pierre Lericq, le traditionnel est revisité, réinventé, retrouvé, à la lumière d'une mise en scène iconoclaste & pour servir une pièce baroque à la hauteur du talent extraordinaire des quatre comédiens.

Ils ne sont ni acteurs, ni chanteurs, ni musiciens : ils sont tout cela à la fois ! & ils ne se contentent pas du minimum : ils sont brillants dans tous les domaines. Andromaque prend un coup de jeune extraordinaire. La pièce en vers & en prose est tout simplement étincelante. La mise en scène est géniale, le jeu des acteurs sublime, la description de ce que l'on voit tout simplement impossible !

Inutile d'aller voir cette pièce en croyant voir une tragédie classique. Vous allez voir un objet non identifié théatral, qui fait le plein tous les jours, régalez-vous ! Préparez-vous à en prendre plein les yeux !

Off Avignon Théatre du Bélier 12h25 jusqu'au 28 juillet

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>