Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #censure tag

Présidentielles, deuxième tour : le vote Macron imposé !

Publié le par thalasrum

Macron contre Le Pen au deuxième tour des élections présidentielles. Il y a donc plusieurs choix possibles pour l'électeur. Voter pour l'un ou pour l'autre candidat, voter blanc, voter nul, ou faire le choix de l'abstention. Mais depuis lundi matin, sur toutes les antennes, dans tous les médias, il ne reste plus qu'un seul choix. Le vote Macron. Sur les chaînes, radios ou journaux privés détenues par les grands groupes de milliardaires, le choix s'explique aisément : le choix Macron répond aux attentes très libérales de ces grands groupes. Mais dans les médias publics, le choix demeure identique : il faut voter Macron, point final !

Pour quel motif ? Quelle question ! L'infâme Marine Le Pen est la présidente du tout aussi insupportable Front National, parti nauséabond, extrémiste et qui ne rentre pas dans le cadre de la République. Ah bon ? Mais pourquoi a-t-il le droit de participer s'il est si dangereux ce parti ? Il devrait être interdit et depuis longtemps ? Dans mes souvenirs, seule une pétition lancée par Charlie Hebdo avait tenté de le faire interdire en recueillant plus de 100.000 signatures, mais le président de l'époque s'était bien gardé de prendre une quelconque décision. Légalement, le Front National est un parti comme les autres.

D'ailleurs, les médias le considèrent quotidiennement comme tel en invitant très fréquemment ses plus hauts responsables. Florian Philippot a quasiment un rond de serviette attitré sur les chaines d'information en continu. Pire ! Les idées développées par le Front National sont reprises par les grands médias, que ce soit l'islamophobie (Le Point, l'Express, Valeurs Actuelles...), l'ethnicisation systématique de tous les actes délictueux ou criminels (toutes les chaînes de télévision sans exception) alors que les statistiques ethniques n'existent pas dans notre République Une et Indivisible, ou encore la multiplication des titres et informations anxiogènes pour convaincre le citoyen lambda que l'on vit dans un monde dangereux, qui fait peur.

Mais entre les deux tours de l'élection présidentielle exclusivement, le Front National devient subitement un parti infréquentable contre lequel il faut lutter ! Il fallait voir le visage déconfit de Patrick Cohen durant la chronique de Nicole Ferroni quand elle a osé - Ô blasphème ! - dire tout le mal qu'elle pensait du programme d'Emmanuel Macron. La machine médiatique s'est lancée dans une croisade pour le vote Macron obligatoire. Tous ceux qui osent ne pas s'y rallier sans condition sont immédiatement pointés du doigt. Les vilains petits canards de la France Insoumise, dont le leader, Jean-Luc Mélenchon, a osé organiser une consultation démocratique pour savoir quel positionnement tenir pour le second tour, sont vilipendés sur tous les tons ! Avec la complicité de tous les grands partis politiques qui, bien qu'incapables de figurer au deuxième tour de l'élection, donnent de grandes leçons de démocratie, en expliquant que le seul vote possible est le vote Macron.

Rappelez-moi comment s'appelle un système politique où le vote est imposé aux citoyens ? Ne serait-ce pas une dictature ? Le premier a en faire ouvertement les frais a été Pierre Emmanuel Barré, humoriste et chroniqueur du mercredi dans l'émission de Nagui sur France Inter. Pour avoir voulu faire une chronique sur son intention de s'abstenir, il a été immédiatement censuré. Sa grandeur intellectuelle lui a fait prendre la juste décision de démissionner immédiatement.

En 2017, sur France Inter, si vous ne suivez pas la ligne officielle dictée par la direction, on vous censure. Marine Le Pen n'a plus besoin de gagner dans les urnes, elle a déjà gagné intellectuellement. La radio française de service censure les "déviants" à la ligne politique obligatoire. Plus besoin d'interventions politiques comme sous Sarkozy pour virer Didier Porte et Stéphane Guillon, la chaîne prend directement les choses en main. Dans la même veine sur la chaîne privée Cnews, Audrey Pulvar vient d'être suspendue d'antenne pour avoir commis le crime de signer une pétition anti-Le Pen ! Oui ! Vous avez bien lu ! C'est cela notre fonctionnement démocratique. Le quatrième pouvoir qu'ils disaient ?

Il ne reste plus qu'Internet pour pouvoir critiquer le programme d'Emmanuel Macron et ses intentions. Car contrairement à Chirac en 2002, qui dans l'entre deux tours, avait fait profil bas, avait fait semblant de jouer au rassembleur de l'unité national, Macron pavoise déjà partout où il passe. Il affirme haut et fort à qui veut l'entendre, qu'il ne bougera pas d'une ligne son programme, et que chaque voix au second tour sera une vois qui le légitimera lui et son programme. Il en profite pour mépriser le peuple avec ses soutiens sans aucune vergogne. Oui le programme de Macron, c'est du libéralisme pur et dur, au service des grands groupes et des actionnaires, contre le intérêts de la majorité des citoyens. C'est plus de précarité, plus de chômage, moins de sécurité, moins de services publics, et plus de souffrance pour l'immense majorité.

Le vote pour Macron ne sera donc pas SIMPLEMENT un vote contre Marine Le Pen. Le vote pour Macron lui servira à légitimer sa politique de casse sociale programmée. Qu'il gagne avec 60 ou 80% des voix ne sera pas neutre pour l'avenir ! Il faut y réfléchir à deux fois avant de glisser un bulletin dans une urne politique !

Dans ce cadre idyllique de la République française, Marine Le Pen n'a pas à s'inquiéter du résultat d'un second tour qu'elle ne veut surtout pas gagner. Idéologiquement, elle a déjà remporté la bataille. La censure s'applique sur le service public médiatique sans même que le pouvoir en place n'ait besoin d'intervenir. L'humour oui, mais dans la ligne politique prévue, et le petit doigt sur la couture du pantalon. C'est cela la démocratie que l'on veut nous vendre ? Elle est surprenante cette conception de la démocratie.

Voir les commentaires

Liberté d'expression : après Charlie, Rebelle ?

Publié le par Mouloud

Rendez-vous demain à 14h devant le tribunal

Rendez-vous demain à 14h devant le tribunal

Voir les commentaires

FEMEN, féminisme et action militante !

Publié le par Mouloud

FEMEN, féminisme et action militante !

Voir les commentaires

Loi Macron et 49.3 : des nains politiques irresponsables !

Publié le par thalasrum

Nous sommes dirigés par nains politiques ! À l'opposé des géants qui ont construit l'Histoire avec des choix politiques ambitieux, pour le peuple, au service du peuple, remettant en cause leur petit confort bourgeois, mettant parfois en jeu leur tête. Tel Robespierre sauvant la République assaillie en même temps par l'ensemble de ses voisins européens à l'extérieur, et par les royalistes et les vendéens à l'intérieur, qui mit en place une nouvelle constitution bien plus sociale, abolit l'esclavage et assura le ravitaillement menacé sur l'ensemble du territoire ! Tel Tsipras et Syriza en Grèce. Tels les membres du Conseil National de la Résistance. Aujourd'hui, les nains politiques ont choisi le contraire des choix ambitieux.

Les nains du gouvernement se sont agenouillés devant leur petit pouvoir que le peuple leur a confié par délégation et ont fait le choix de le conserver à tout crin en refusant d'aller à un vote sur la loi Macron en appliquant l'article 49.3 de la Constitution.

Les nains du groupe socialiste ont préféré faire le choix de conserver leur petit siège de député en ne faisant pas pression sur le gouvernement pendant l'étude du texte de loi Macron pour le vider de sa substance libérale et lui donner un vrai caractère social.

Les nains élus députés socialistes frondeurs et députés EELV, après s'être agités sur les tous les plateaux télévisés, en poussant des cris d'orfraie, se sont agenouillés devant le gouvernement qu'ils soutiennent en affirmant qu'ils préféraient garder leur siège de député plutôt que de faire un vrai choix politique conforme à leur soit-disant idées !

Les nains politiques de Démocratie & Socialisme, Gérard Filoche en tête, dans un aveuglement sans nom, rappelant les vagissements de 1981 appelant à une troisième tour social que nous attendons encore, crient victoire et appellent à un grand mouvement social, se défaussant de leur responsabilité politique majeure. Comment croire un seul instant à un grand mouvement social, quand la CFDT a clairement fait le choix du libéralisme, quand FO joue un jeu de louvoiement plus que surprenant et où la CGT sort exsangue de la crise interne liée à son ancien secrétaire général Lepaon ? Comment croire à un mouvement social dont les gouvernement libéraux successifs ont patiemment coupé les ailes et réduit les prérogatives ?

Les nains politiques vont conserver leurs petits fauteuils, leurs petites prérogatives et leurs petits potentats. Ils se moquent de voir l'austérité conjuguée au libéralisme dégrader chaque jour un peu plus les conditions de vie des français. Ils n'ont que faire du peuple qui souffre. Ils n'ont plus comme seule ambition que de préserver leurs petites prérogatives jusqu'en 2017, en utilisant le moins possible leurs prérogatives pour maintenir le coup d'état social libéral au pouvoir, contre vents et marées !

Le courage politique ? Voter la censure de ce gouvernement qui fait voter des lois contraires au programmes sur lequel il a été élu. Relisons François Hollande en 2006 : « Le 49.3 est une brutalité, le 49.3 est un déni de démocratie, le 49.3 est une manière de freiner ou d'empêcher le débat parlementaire.» Revoyons François Hollande en 2012 à propos du travail du dimanche ici. Inutile de multiplier les exemples. Oui la loi Macron, dans la suite de l'ANI est un coup d'état social libéral assumé par le nain Manuel Valls et le nain Macron.

Censure ? Mais tu es fou ! Tu vas entraîner une crise politique majeure et ouvrir les portes du pouvoir au Front National ! Ah bon ? Mais que va-t-il se passer en 2017 ? Ben la même chose, donc autant attendre 2017 ! Réflexion de nain, à courte vue ! Terminé, fermez les bans !

Censure votée ! Un peu de fiction ! Le gouvernement Valls tombe. Hollande n'a plus de majorité dans son propre parti, tiraillé entre les sociaux-libéraux qu'il défend et les autres. Il envisage un gouvernement d'union nationale ouvert au centre et centre droit, mais il fait face à un refus. Dissolution de l'Assemblée et retour devant les électeurs. La gauche a alors le choix d'aller aux urnes en l'état. Et d'ouvrir la porte au mieux à l'UMP tendance très à droite, au pire au FN !

La gauche a aussi le choix de faire de la politique. S'assoir autour d'une table et construire un programme conforme à des valeurs qui peuvent attirer un électorat non sur des noms, mais sur des idées réalisables. Impossible ? Syriza l'a fait ! C'est une question de volonté politique ! La recomposition de la gauche est inéluctable. Elle doit se faire et se fera nécessairement sur les valeurs édictées par les géants du Conseil National de la Résistance. Quelque soit les noms des hommes, quelque soient les noms du parti... Tant que cette union n'aura pas lieu. Les nains navigueront à vue dans le marasme !

Voir les commentaires

Après Charlie : la mauvaise guerre de la France !

Publié le par thalasrum

Huntington & son abject choc des civilisations semble avoir gagné. Le gouvernement et les grands médias aux ordres ont embrayé comme un seul homme. La France est en guerre contre les terroristes. Gloire à la police. Gloire à l'union nationale. On recherche dans l'Histoire de France. Depuis 1918, jamais on n'avait chanté en coeur la Marseillaise à l'Assemblée Nationale après un discours belliqueux du premier ministre Valls.

Alors, français, préparez-vous à la guerre ! Laquelle ? Une guerre à vos libertés ! L'ennemi terroriste est potentiellement partout, prêt à frapper, tapis dans l'ombre, donc l'État français dans sa grande magnanimité va mettre des policiers à tous les coins de rue, va mettre des militaires dans tous les lieux publics et accentuer les contrôles sur l'ensemble des communications.

Les médias accentuent la préparation de la guerre et pointent l'ennemi, puisqu'il en faut un. Non ! Il ne faut pas stigmatiser la communauté musulmane clament en coeur les grands fauves médiatiques. Mais quand même. Force est de constater vocifère Brice Couturier que tous les crimes dans le monde sont commis par des musulmans. & puis si on y regarde de plus près enchaîne-t-il à l'unisson de la presse unanime, dans les manifestations de ce week-end, les musulmans et surtout la frange la plus jeune n'étaient pas présents. D'ailleurs, continuent-ils sur toutes les ondes & dans tous les papiers, la ministre de l'Éducation Nationale a eu beau cacher la vérité sur les incidents dans les établissements, il y a eu plus de 200 incidents recensés... et quand on regarde sur une carte, ces incidents n'ont pas eu lieu n'importe où.... (Qu'importe qu'il y ait 65.000 établissements scolaires en France, ce qui rend la proportion négligeable). Et puis, mon brave Monsieur, il faut bien le dire, il y a un problème d'intégration avec cette communauté musulmane, tout le monde le voit bien... (Qu'importe que l'on ne dépasse pas l'argument d'autorité !) & même des musulmans dénoncent les musulmans comme responsables, c'est dire si on a raison de les pointer du doigt termine Brice Couturier.

Les annonces grotesques et médiatisées du président Hollande sur le porte avions Charles de Gaulle ne font que renforcer cette idée d'une entrée en guerre. Le sécuritaire permet-il de lutter efficacement contre le terrorisme que nous affrontons, issu de la misère humaine, et de l'endoctrinement ? La réponse est évidemment non ! Accroître les effectifs policiers et militaires rassurera peut-être la ménagère de moins de 50 ans mais n'empêchera en rien un attentat. L'État sécuritaire d'Israël peut témoigner de l'échec de cette politique.

La communauté musulmane serait le nid dans lequel se terre l'ennemi ? Implicitement, on vous y prépare à toutes les sauces ! & pourtant ? & pourtant 80% de ceux qui partent rejoindre l'État islamique au Levant ne sont pas d'origine musulmane. & pourtant, 99,9% des musulmans sont parfaitement intégrés et heureux de vivre en France. & pourtant la communauté musulmane n'existe pas, parce qu'elle est profondément divisée en une multitude de groupes fort différents dont le seul point commun est son appartenance à la République française. & pourtant la France, n'en déplaise aux Sarkozy, Valls, et atlantistes de tous bords, la République ne reconnaît pas de communautés particulières, mais uniquement des citoyens. En France, on ne se définit pas selon une couleur de peau, un groupe, une religion, on se définit dans son rapport à la loi !

Alors si l'on veut trouver des responsables, puisqu'il y en a, relisons Charb en février 2000 : "Les mômes qui tabassent et rackettent ne sont pas plus violents que la société dans laquelle ils vivent. Les gens normaux, ce sont eux. Ils ont compris que la loi du plus fort est toujours la meilleure. Simplement, ils n’expriment pas leur violence à la façon policée et légale d’un chef d’entreprise qui licencie pour que des actionnaires ajoutent une cinquième roue à leur 4X4."

On ne parle plus de choc de civilisation, mais bien de guerre des classes, donc d'un problème socio-économique. & le coupable n'est soudain plus le musulman, mais le libéralisme, et son dirigeant, la finance, contre laquelle le candidat Hollande s'était engagé à lutter. Les coupables ne sont plus les mêmes, mais le coût est aussi différent. Aux quatre ou cinq milliards nécessaires pour financer un plan sécuritaire inutile, la remise en cause du libéralisme, le coût d'un plan social, qui prenne en compte la politique de la Ville, l'Éducation, le social, une plan de relance économique, un plan pour la justice pour passer d'un cycle répression enfermement à un cycle punition éducation réinsertion.

En clair, quitter le libéralisme économique pur et dur pour revenir aux fondements de notre République Une, indivisible, laïque ET sociale, avec un État providence qui garantisse à tous les mêmes droits, mais aussi la même place sociale dans le champ de notre communauté nationale. Le coût financier n'est pas le même, mais les chances de réussite sont à ce prix !

Voir les commentaires