Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On enterre Mauroy et la gauche qui va avec !

Publié le par thalasrum

Pierre Mauroy, ancien premier ministre socialiste de François Mitterrand, artisan de l'alternance politique, de la retraite à 60 ans, de l'augmentation du SMIC, de la semaine de 39 heures, de l'abolition de la peine de mort, entre autres, est décédé la semaine passée. La famille socialiste dans son intégralité lui a rendu un vibrant hommage. Il a eu droit aux honneurs liés à son action pour la France.

Au même moment, ironie de l'histoire, le gouvernement du même parti politique au pouvoir, le PS pour ne pas le nommer, décide de revenir sur un acquis social majeur, voté sous la direction de Pierre Mauroy : la retraite à 60 ans ! Certes, l'UMP avait largement taillé en pièces cette mesure de justice sociale, mais le PS était dans la rue aux côtés des syndicats pour remettre en cause ces lois qualifiées à l'époque d'inique.

Aujourd'hui, le PS au pouvoir reprend les arguments de l'UMP & des libéraux, pour proposer de repousser une nouvelle fois l'âge légal de la retraite à... 63, 64 ans ? Pour changer le mode de calcul des pensions pour le public, proposant de passer d'un calcul sur les 6 derniers mois à un calcul sur les dix dernières années, au nom d'un alignement sur le privé.

Au-delà de l'effet d'annonce qui fait frissonner de plaisir l'électeur UMP quand on tape sur le fonctionnaire, réfléchissons un instant à l'absurdité de la mesure : aligner le calcul du public sur le privé. Quand un cadre du privé gagne-t-il le plus d'argent ? Quand il est le plus performant, entre 40 et 50 ans, c'est à dire très longtemps avant l'âge légal de la retraite. Les dernières années d'activités d'un cadre du privé sont souvent laborieuses, avec souvent des périodes de chômage. Le calcul sur une longue période permet de gommer ces périodes d'inactivités et de prendre en compte les meilleures années dans le calcul de la retraite.

Quid du public ? La Fonction Publique remodelée par Anicet Le Pors sous le premier septennat Mitterrand, est une fonction publique de carrière, qui envisage le fonctionnaire comme s'améliorant tout au long de sa carrière et dont le pic de compétence et par conséquent de rémunération se trouve à être à la toute fin de sa carrière, d'où un calcul sur les six derniers mois pour permettre de prendre en compte une retraite sur le meilleur moment. Exactement comme dans le calcul du privé !

Reculer l'âge légal de départ en retraite à 63 ou 64 ans au prétexte de l'espérance de vie augmente ? C'est prendre le problème exactement à l'envers de la réalité. L'espérance de vie n'augmente que parce que le départ en retraite a été baissé par la gauche à 60 ans. D'ailleurs, avec le recul à 62 ans voulu par la droite, pour la première fois depuis des décennies l'année dernière, l'espérance de vie des français a diminué ! Il n'y a pas de hasard, les conditions de vie et de travail influent nécessairement sur l'espérance de vie. N'en déplaisent aux libéraux de toutes espèces.

Pour oraison funèbre, Pierre Mauroy aura eu le piétinement d'une de ses mesures majeures par sa propre famille politique. Il a du se retourner dans sa tombe.

Commenter cet article