Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La préfète Pierrot et les épandages aériens, premier conflit d'intérêt

Publié le par thalasrum

prefete Guadeloupe Pierrot epandages aeriens derogationDans un précédent article, il avait été évoqué sur ce blog les dangers potentiels d'une implantation d'un préfet "local" sur un territoire donné, au vu de la nomination de Marcelle Pierrot, comme préfète de la région Guadeloupe.

Il n'a pas fallu très longtemps pour que les conséquences se fassent sentir. Un préfet a beau être un représentant de l'État, il n'en reste pas moins avant tout un être humain. Le sujet, la dérogation accordée aux gros planteurs de banane pour poursuivre les épandages aériens en Guadeloupe, malgré l'interdiction pour des raisons sanitaires de l'Union Européenne et la confirmation  de cette décision par le tribunal administratif de Basse Terre. Un article ici fait le point des enjeux concernant ces épandages.

Le conflit d'intérêt vient de la préfète qui signe l'arrêté dérogatoire du 29 avril 2013. Cet arrêté reprend l'argumentaire du lobby bananier, comme par exemple le fait que les épandages aériens sont précis à 99% (ce qui est vrai quand le vent est nul... et le vent... sur la Basse Terre... est quotidien !)... Là où le bat blesse, ce sont dans les annexes où l'on s'aperçoit que pour la commune de Trois Rivières, les épandages aériens sont limités à la zone de Savane Buissonnée et Monchappée, alors que de telles restrictions sur la commune de Trois rivières n'apparaissaient nullement dans les arrêtés préfectoraux dérogatoires précédents, comme dans celui du 13 juillet 2012 par exemple..

Il est particulièrement surprenant de voir que cette commune subit de très fortes restrictions aux épandages aériens. Or, il se trouve de manière d'autant plus surprenante que la préfète de Région Pierrot est native de Trois Rivières... D'aucuns à l'esprit mal tournés en tireront les conclusions qu'ils désirent. De là à parler d'un conflit d'intérêt gênant pour les missions de représentante de l'État que la préfètes est amenée à exercer, il faut pour cela accabler la ou les personnes qui l'ont fait nommer à ce poste sur ce territoire !

Commenter cet article