Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une CRS qui ferme, c'est une milice privée qui ouvre !

Publié le par thalasrum

CRS-compagnie-republicaine-de-securite.jpgLes policiers d'élite sont en grève. Enfin, ils voudraient bien. Mais comme leur statut le leur interdit, ce sont leurs femmes qui manifestent, en les empêchant de travailler, pendant qu'eux se font faire des certificats médicaux d'arrêt de travail. Cette information pourrait à priori prêter à sourire. Jusqu'à ce que l'on apprenne les motifs. Les compagnies républicaines de sécurité sont en grève, parce qu'elles risquent pour partie de fermer.

La Réforme Générale des Politiques Publiques (RGPP) & son application concrète pour le commun des mortels, le non remplacement de un fonctionnaire sur deux partant à la retraite s'applique à tous les fonctionnaires, enseignants, personnels hospitaliers... & policiers ! Avec des conséquences lourdes à venir.

L'État jusqu'à ce début de XXIème siècle a toujours mis sa priorité à conserver le monopole de la violence publique, c'est à dire à conserver en son sein les fonctions régaliennes (police, justice, armée...). Sauf que le gouvernement libéral qui nous gouverne tient à pousser sa logique jusqu'au bout. On ne remplace pas un fonctionnaire sur deux. & c'est tout. Aucune discussion possible.

Dans l'enseignement, après avoir réduit les horaires des élèves sans raison, avoir fait une réforme des lycées, qui n'avait pour seul objectif que de supprimer des postes, pour l'année prochaine, on va supprimer 4.800 postes dans les collège & lycées alors que le nombre d'élèves va augmenter. La logique n'est plus de rendre efficace, mais bien de diminuer les effectifs & de mettre en concurrence avec le privé. Tant pis si cela coûte systématiquement plus cher & si c'est moins efficace, il s'agit de privatiser.

Il n'est qu'à voir les exemples de la Poste ou de la SNCF. Avant la privatisation, les blagues sur ces deux catégories de fonctionnaires allaient bon train, mais la Poste de proximité remplissait ses missions, le courriers arrivait sans souci pour un coût réduit, idem pour les trains. Désormais, acheter un carnet de timbres, nécessite une heure de queue, au bas mot, échanger ou acheter un billet de train relève de l'expédition, si vous ne passez pas par Internet. Les trains avec des heures de retard se multiplient.... Puisqu'on vous dit que le privé est plus efficace.

Pour les libéraux, plus efficace ne veut pas dire mieux pour le public concerné, il signifie tout simplement plus rentable, à court terme. Les privatisations rendent les servives plus chers, & de moins bonne qualité.

La suppression des CRS relève de la même logique. L'utilité des compagnies de sécurité en ces temps de crise sociale & de multiplication des réformes qui choquent l'opinion publique vont rendre leur nécessité chaque jour plus grande. Mais elles relèvent du secteur public. En les supprimant, le besoin sera identique, il faudra donc lancer un appel d'offre... dans le privé. Le marché de la sécurité est un marché juteux, plein d'avenir. Ces milices privés coûteront plus chers, sans aucun doute, elles commettront sans doute plus de bavures (l'exemple des milices privées américaines en Irak l'a démontré sur le terrain si besoin était), mais elles ne seront plus sur la ligne budgétaire du service public, & permettront sans doute à un riche homme d'affaires qui a anticipé, de s'enrichir sur le dos de l'État, comme les officines de soutien scolaire dans l'Éducation, les agences de sécurité privées dans les aéroports, ou les concurrents de la Poste !

Défendre les CRS, c'est défendre un service public de qualité, l'idée que tout n'est pas achetable & que la sécurité des citoyens doit être assurée par des hommes formés pour être au service de la République, non salariés d'une entreprise de profits.

Commenter cet article