Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sexe d'une athlète : la fédération d'athlétisme (IAAF) fait du zèle avec une sud-africaine

Publié le par thalasrum

Caster-Semenya.jpegLors des derniers championnats du monde d'athlétisme à Berlin durant l'été 2009, le sport suivait son cours. Les commentateurs hurlaient devant le traditionnel plus vite, plus haut, plus fort. Rien à signaler. De temps en temps, on parlait de dopage, pour vanter les mérites des contrôles de détection. Quand un athlète allait un peu trop vite au goût des meilleurs marques, ou qu'il battait un record douteux, le commentateur sportif se mettait à prier pour qu'il ne soit pas contrôlé positif. Du sport, rien que du sport !

& une petite sud-africaine timide s'est mise à gagner des courses. Les séries, puis les demi-finales du 800m plat dames. Elle a gagné très facilement. &, juste avant la finale, quand on ne sait pas quoi faire pour créer du suspense artificiellement, voilà nos chers commentateurs, poussés par la rumeur, qui commencent à mettre en doute le genre de l'athlète. Caster Semenya, venant de République Sud-Africaine est-elle réellement une femme ? N'est-elle pas un homme qui court chez les femmes ? Nos spécialistes en genre ont commencé à chercher ce qui, chez cette athlète, avait des caractéristique mâle (avec la finesse & l'intelligence de descriptions de la pire presse quand elle parle de caractéristiques humaine). Il ne manquait qu'un nez crochu à cette athlète pour devenir la bête jetée à l'opprobre publique. Sans scrupules, alors qu'elle allait participer à la finale juste après, elle était interviewé sur ladite rumeur. On aurait créé une entreprise de destabilisation qu'on ne s'y serait pas pris autrement. Pas de chance, ou chance pour les analystes, notre athlète a survolé la finale du 800 m , gagné sa médaille d'or, sans souci. Avec la même facilité que Usain Bolt sur 100 et 200 m. & la rumeur a continué à enfler.

Pourtant, cette athlète avait déjà gagné des compétitions internationales en junior. S'il y avait eu le moindre doute à l'époque, pourquoi ne pas avoir fait des tests à cette époque déjà ? Aujourd'hui, plus de huit mois après les faits, la fédération internationale d'athlétisme remet le couvert, alors que l'athlète annonce sa participation prochaine à un meeting en Europe. L'IAAF annonce que les résultats des tests de genre vont être publiés prochainement ! À l'heure de l'informatisation, on voudrait nous faire croire qu'il faut plus de huit mois pour savoir le genre d'une athlète.

Ou alors, mais je ne peux y croire, on utilise cette athlète comme une bête de foire. Le sport féminin a toujours utilisé deux arguments pour faire vendre : l'esthétique, la beauté, le charme ( Anna Kournikova...) avec photos, & cadrages télévisuels les plus grotesques, ou l'aspect bestial, l'animal de concours qui gagne (Navratilova, Catherine Plewinski, Mauresmo, ...). Jamais une femme ne gagne parce qu'elle est la meilleure. Elle gagne parce qu'elle est belle ou parce que c'est une bête. La fédération d'athlétisme est-elle en train de bestialiser cette pauvre jeune femme pour remplir les stades, qui viendront tour à tour se faire leur propre opinion : est-ce vraiment une femme ? Oui, non ? Allez, reprends un pastis, Robert ! Quel mépris pour la Femme !

Commenter cet article