Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rebelle : quand l'administration sort de la raison juridique pour couvrir un proviseur !

Publié le par thalasrum

journal-rebelle-tee-shirt-pins.jpgL'exclusion d'une élève du lycée Providence prend des proportions... disproportionnées. Non contente d'utiliser la force publique pour exclure de son établissement une élève qui portait un pin's, la proviseure de l'établissement a aussi renvoyé deux élèves qui ont eu l'audace de demander pourquoi la police emmenait l'élève en question. Question d'autant plus subversive quand c'est la soeur de la jeune fille interpelée qui la pose ! Mais le lycée de Providence a aussi fait le choix de fermer son établissement pendant deux jours !

Rappelons que le seul texte législatif voté par le Parlement interdit les signes religieux ostentatoires, non les discrets... & ne parle aucunement des signes politiques... Pour trouver trace de signes politiques dans les établissements scolaires, il y a bien une proposition de loi cosignée par messieurs Ayrault, Hollande ou Fabius, mais aux dernières nouvelles, cette proposition n'a jamais été votée ! Sinon, il faut remonter à une circulaire de 1936 signée par Jean Zay ! Depuis, la Convention Européenne des Droits de l'Enfant est passé par là, ratifié par la France et traduit dans le Code de l'Éducation.conference presse rebelle syndicats avocats

N'en déplaise aux chefs d'établissement et à M. le Recteur, ces textes prévoient la liberté d'expression des lycéens, mais surtout le droit à l'Éducation ! Droit nié aux trois élèves exclues sans motif, droit nié à un établissement entier, puni pendant deux jours d'éducation ! Si l'on passe sur la punition collective infligée à l'ensemble d'une communauté scolaire, rappelons que cette lourde sanction a pour cause un malheureux pin's... qui n'avait rien de politique, puisqu'il s'agit du pin's journal lycéen et étudiant !

La presse lycéenne est rappelons-le totalement légale et normalement protégée par l'administration. En Guadeloupe, ce n'est pas le cas ! Malheureusement. Les principes de l'ordre moral le plus réactionnaire priment sur les droits des lycéens, sur la liberté d'expression, sur le droit  à l'Éducation.

Cependant, la situation change. La presse s'est cette fois déplacée en nombre pour la conférence de presse organisée par le journal Rebelle ce matin au centre culturel Remy Nainsouta ! L'administration va devoir se justifier auprès du public de son action dans les établissements scolaires. La FSU, la CFDT, la CGTG se sont offusqués des actes du chef d'établissement et des propos du Recteur d'académie. Signe que les temps changent : la FSU sera reçu sur le sujet le 7 février prochain...

Commenter cet article