Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marcelle Pierrot, préfète de la Guadeloupe : le PS joue le tout localisme !

Publié le par thalasrum

La nohttp://img.over-blog.com/352x500/0/58/79/61/Le-prefet-Marcelle-Pierrot.jpguvelle s'est répandue comme une trainée de poudre en Guadeloupe, le préfet Amaury de Saint Quentin est remplacé comme préfet de la Guadeloupe, par Marcelle Pierrot, préfète des Vosges. Une véritable promotion pour cette guadeloupéenne née à Trois Rivières.

Derrière la promotion extraordinaire d'une ultra-marine, femme qui plus est, à un poste à très haute responsabilité, se cache malheureusement un envers du décor moins reluisant. On peut déjà voir dans cette nomination l'empreinte du ministre des Outre-mers, Victorin Lurel, lui aussi guadeloupéen.

Cependant, d'un point de vue plus général, cette nomination à la préfecture de Guadeloupe est la conclusion de la politique voulue par Nicolas Sarkozy qui pose un problème fondamental pour la République. En effet, la République est fondée sur la Constitution, qui prévoit, qu'elle est Une et indivisible. Dans ce cadre, les préfets, garants de l'application des lois voulues par l'État dans les territoires, sont amenés à connaître une mobilité importante. Surtout, le préfet doit appliquer les lois de la République en toute indépendance, en toute neutralité.

Les préfets, descendants historiques des intendants royaux, portent dans leurs responsabilités la nécessité de ne dépendre, ni de près ni de loin, du territoire qu'ils régissent. Dans ce cadre s'ajoute une réflexion récente menée par la société sur les inégalités de représentation.

Nicolas Sarkozy, dans une vision américaine de la réflexion, a développé tout au long de ses mandats politiques (comme ministre, puis comme président), une vision communautariste de la société française, en opposition avec l'Histoire de la République Une et indivisible. Contrairement aux États-Unis où les communautés s'affirment & se revendiquent dans la nation étatsunienne, la France ne reconnaît que des citoyens, tous identiques, sans distinction possible.

Dans ce cadre, Nicolas Sarkozy avait élaboré le projet fumeux de promotion des "minorités visibles", au sein de leurs territoires, créant de facto une distinction entre les citoyens. Remettant en cause tous les principes d'une République Une et indivisible, le projet de Nicolas Sarkozy visait à promouvoir les "minorités" sur les territoires dont ils étaient issus. Cependant, derrière les paroles, le président Sarkozy n'avait jamais agi.

Dans la stricte continuité avec cette politique, le président Hollande a validé la proposition du ministre de l'Intérieur en conseil des ministres de nommer une préfète guadeloupéenne à la tête de la préfecture de Guadeloupe. Il ne s'agit pas ici de remettre en cause les compétences de cette haute fonctionnaire, mais bien de constater que loin de la rupture affichée, le gouvernement de François Hollande poursuit cette politique voulue par Nicolas Sarkozy de communautarisation de la société française et de remise en cause de la République Une et indivisible.

Le changement, ce serait de nommer des préfets, non en fonction de leurs origines, mais bien en fonction de leurs compétences et des missions qui leur sont affectées. Si M.Hollance veut être le président du changement, qu'il nomme à la tête de la région Île de France ou PACA cette préfète. Qu'il mette en place la parité dans toute la haute administration de la République, qu'il permette la réussite de tous les ultra-marins, & non simplement celle d'une minuscule élite !

Commenter cet article

Adolphe 28/01/2013 15:50


at'inquiéte, c'est paske ça brasse à notre époque, pis les prefets, c'est comme les flics, ça fait que passer, ça reste pas longtemps.