Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grèce : la sphère financière impose une libéralisation à Papandreou

Publié le par thalasrum

Qu'est-ce que la crise en Grèce, si ce n'est une vaste escroquerie de la sphère financière face à un gouvernement élu sur un programme de gauche. Car derrière l'endettement de la Grèce, quels mécanismes entrent en oeuvre pour mettre la Grèce au bord de la faillite ?

C'est très simple : les États, pour financer leurs dettes empruntent quotidiennement des sommes pharaoniques à court & moyen terme. Les intérêts varient selon les taux directeurs & selon la capacité du pays à rembourser ses dettes. Pour la plupart des pays du Nord, tout se passe très facilement. Sauf que dans le cas de la Grèce, au moment où Papandréou, socialiste grec arrive au pouvoir, issu des urnes avec un programme de gauche, les organismes qui notent la Grèce pour le monde financier baissent sa note (comme Papandréou veut mener une politique de relance, la dette grecque risque d'augmenter...).

& là, la magnifique machine libérale se met en marche : en baissant la note grecque, l'État est obligé d'emprunter à des taux prohibitifs  juste parce que sa note "financière" est basse. Il a donc les pires difficultés à rembourser ses intérêts & les sommes à court & moyen terme. Sa note baisse ainsi encore, ce qui renforce ses difficultés à rembourser une fois de plus... Jusqu'au moment où l'État grec se retrouve dans la quasi-impossibilité d'emprunter au vu des taux proposés (taux de18% à deux ans !!!). Qu'est-ce la dette grecque ? 300 milliards d'euros, soit 2% du PIB de l'Europe : RIEN !!!!

D'où l'intervention du FMI & de l'Union Européenne. Ces deux organismes, aussi démocratiques qu'ils se prétendraient de gauche (sic !), acceptent d'aider la Grèce (quelle générosité quand la sphère financière vient quasiment à elle seule de tenter de noyer le bébé), mais en échange de réforme. Pour mettre un peu plus la pression sur le gouvernement de Papandréou, la sphère financière diminue encore un peu plus la note grecque.

Pourquoi sauver la Grèce s'interroge le quidam lambda assis en terrasse, café-croissant à la main ? & bien, parce qu'une immense partie de la dette grecque est détenue... par des banques françaises & européennes. Si bien que si la Grèce "coule", le pays suivant, c'est la France !

Que demande t-on à la Grèce en échange d'un sauvetage, sachant qu'on vient de tenter de la noyer fictivement ? De mettre en place des réformes libérales identiques à celles qui ont mené l'Argentine à la banqueroute en 1997 : coupes franches dans la fonction publique (non remplacement de 5 fonctionnaires sur 6), coupes franches dans les salaires, libéralisation totale... Le gouvernement de Papandréou a voulu faire du socialisme, grâce au gentil marché libéral, il mènera la politique opposée !

Comme cette Union Européenne donne envie !!! D'autant qu'après la Grèce, ce sont l'Espagne & le Portugal qui sont dans la ligne de mire des marchés financiers ! La démocratie est bafouée par les mécanismes libéraux internationaux, sans aucun scrupule. Se battre pour l'Europe eujourd'hui : c'est imposer un fonctionnement démocratique (i.e : des commissaires européens responsables devant le Parlement européen, & un Parlement qui possède l'ensemble du pouvoir législatif), & un contrôle du politique sur la sphère économique pour éviter au marché de se "réguler par lui-même", ce qu'il est incapable de faire !

Commenter cet article