Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La guerre des boutons : un remake raté, réactionnaire & misogyne !

Publié le par thalasrum

la guerre des boutons samuell 2011La version originale en noir & blanc reflétait une époque : la guerre des clochers, l'école républicaine élitiste de la IIIème République. Dans un ton bon enfant, le film original montrait la fin d'une époque & l'humour, la violence, renvoyaient à cette époque d'une France rurale !

Quand on s'attaque à un remake, c'est qu'on a une vision différente, qu'on espère apporter un plus à un film. Or, le remake de Yann Samuel avec Alain Chabat et Mathilde Seigner n'apporte rien. Le réalisateur se contente de reprendre les personnages, de filmer en couleurs, et de placer l'intrigue pendant la guerre d'Algérie. Ça fait un peu léger !

D'autant qu'en 2011, la réalité des écoles primaires de grand-papa ne renvoient plus à aucune réalité probante. On entre dans le film d'Histoire, où l'humour de la Guerre des boutons perd son âme. Peut-être est-ce l'objectif du réalisateur de faire un film pour les personnes âgées, oups ! Les seniors doit-on dire aujourd'hui ! D'ailleurs, dans la salle, la moyenne d'âge était largement supérieure à la soixantaine. Mais une salle outre-mer est-elle représentative ?

Pour en revenir au film, l'intrigue ne change pas d'une virgule, les gags sont exactement les mêmes. Les personnages n'ont aucune profondeur, ils sont totalement caricaturaux. L'enseignement y est présenté de la manière la plus rétrograde qui soit, la société est nécessairement misogyne (alors que la société rurale de l'époque ne pouvait pas l'être !!!!), & les personnages vivent dans un monde clos.

La seule intrusion de l'étranger vient du retour d'un appelé envoyé faire la guerre d'Algérie & qui amène une bonne parole bien moraliste, comme de manière éparse l'instituteur... Mais si le roman de Pergaud s'inscrivait dans la réalité quotidienne de tout un chacun, le remake, faute d'un dépoussiérage intense tombe dans le cliché, l'incompréhension, le ridicule. Bons sentiments obligent, la violence n'est qu'entre enfans & la violence familiale n'est qu'à peine suggérée, alors que dans l'original, c'est cette violence qui est un des fondements dela violence entre enfants.

À quoi peuvent renvoyer ces images qui ne font plus sens pour les générations de la démocratisation de l'enseignement, qui ont tous été au collège ? Puis au lycée ? À quoi peut renvoyer cette guerre des clochers rurale dans une France profondément urbaine ?

À refuser de choisir entre film historique & film d'humour, le film s'enterre progressivement dans le remake raté, sans âme. Il devient un film pour nostalgiques d'un âge d'or rural qui n'a jamais existé, alliant réaction & misogynie ! Achetez le DVD original plutôt que d'aller voir ça !

Commenter cet article