Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cuba, de Trinidad à Santa Clara, les oubliés !

Publié le par thalasrum

Deuxième Partie

La première partie est là !

cuba-camion-bus.jpegLe pays s'ouvre au tourisme. Le pays s'ouvre au libéralisme. Cuba assure une transition, malgré l'horrible embargo américain. Avec la passation de pouvoir entre Fidel Castro & son frère Raul, des changements ont eu lieu. Les cubains peuvent s'acheter des téléphones portables. Pour ceux qui peuvent s'en offrir un. Plus de 70 dollars pour un téléphone, quand le salaire officiel est de 13 dollars, seule l'élite, mais aussi tous ceux qui bénéficient du tourisme. Qui sont ces gens ? Les cadres du parti qui ont l'autorisation de proposer des chambres d'hôtes (les casa particular), les taxis officiels, les complexes hôteliers. Mais aussi l'ensemble des artistes & artisans, officiels ou officieux. Les taxis non officiels interrogent. Qui sont ces jeunes avec des voitures françaises aux centaines de milliers de kilomètres, détenteurs de téléphones portables dernier cri, qui proposent des tarifs deux à quatre fois inférieurs aux taxis officiels ? En tout cas, ils bénéficient pleinement du tourisme.

Mais à côté de ces gens que les touristes fréquentent, il y a la masse de ceux que l'on croise ! & qui n'ont pas la chance des premiers. Comment vivent ces vendeurs croisés au bord de l'autoroute, colliers d'ail ou d'oignons autour du cou ? À 3 dollars le kilos... Mais il y a pire, en quittant l'autoroute, pénétrant la montagne.Cuba-vendeurs-ail-autoroute.jpeg

Oubliée Trinidad la magnifique, ses rues pavés, ses artisans, sa villa romantica, son bateau mythique de l'épopée du 26 juillet, son mojito & sa salsa au soleil couchant. Les maisons issues de l'époque coloniale deviennent rapidement des maisons de briques, puis des maisons de bois, voire des huttes aux toits de chaumes. Ces maisons sont abandonnées ? Que nenni ! Des fils à linge garnis de vêtements à sécher parsèment ce paysage désolé.Cuba-hutte-masure-pauvrete.jpeg

Les voitures déjà peu présentes disparaissent du paysage, de même que les camions à benne remplies de personnes, laissant place aux scooters ou aux mobylettes, puis aux vélos. Bientôt, ce sont les chevaux ou la marche à pied qui servent de moyens de déplacement. Peu ou pas d'auto-stoppeurs, preuve de l'absence de véhicules à moteur. & là, au milieu d'une végétation de plus en plus aride avec la croissance du dénivellement, apparaissent à flanc de collines, deux ou trois masures, & devant deux ou trois hommes labourant un champ avec un attelage de bœufs et une araire quasiment toute en bois ! Les quelques tracteurs au bord des champs de canne vus sur le bord de l'autoroute à la sortie de La Havane sont ici une vaste illusion.

Les discours révolutionnaires, mais aussi le discours libéralisant semble particulièrement loin pour ces populations dont la nourriture quotidienne semble une priorité. Le plat bi-quotidien se résume à riz haricots rouges. Les cinq fruits & légumes par jour ne sont pas prêts d'arriver là ! Les populations apparaissent abandonnées du développement. Dans chaque village, l'école ou le collège laisse apparaître des centaines d'enfants en uniforme. La misère est gigantesque. Là, ne se pose pas le problème du développement des technologies.

L'arrivée sur Santa Clara & son immense statue du Che avec le mémorial laisse un goût bizarre. D'immenses bâtiments d'habitat collectif, uniformes s'étalent sur des dizaines de kilomètres, largement défraîchis. Sentiment d'un retour à la civilisation. Mais aussi celui d'un Cuba coupé, scindé, entre l'endroit qui profite de l'ouverture, du tourisme, & des pesos convertibles & l'envers qui survit, loin d'une économie monétarisée. Autre scission, celle entre les campagnes & les villes. Ces dernières bénéficient des investissements de l'État. Dans les campagnes, si ce ne sont quelques slogans de propagande révolutionnaires, pas grand'-chose pour aider les populations.

La troisième partie se trouve ici !

Commenter cet article