Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Algériens jetés dans la Seine, 50 ans d'oubli, de non dits, de mensonge !

Publié le par thalasrum

drapeau france eugene delacroix liberte peuple bafoueLe 17 octobre 1961, à Paris sur le territoire de la République française, une manifestation d'algériens, interdite par la préfecture qui prétend imposer un couvre-feu discriminatoire, est réprimée par la police. Une centaine d'algériens est jeté dans la Seine & meurt durant la nuit sanglante.

Un silence coupable recouvre cet événement odieux au cœur de la capitale. Pourtant, le Général De Gaulle est au pouvoir, & a promis dès 1958, une solution à la guerre d'Algérie.

Loin de tirer au clair les agissements du préfet, un certain Maurice Papon, son administration & ses forces de l'ordre, le silence s'installe. Dans les années 1990, le Quid, synthèse populaire d'informations diverses, affirme qu'à cette date, deux morts ont été recensés ce soir de sinistre mémoire. Une décennie plus tard, c'est une dizaine de mort qui est avouée. Il faut croire que les algériens jetés dans la Seine mettent beaucoup de temps à mourir.

Aujourd'hui en 2011, l'État français maintient sa complicité avec ce crime d'État, & refuse d'ouvrir les archives pour faire la lumière sur la répression policière contre les algériens travaillant à Paris.

Commenter cet article

la pecnaude 18/10/2011 19:44



L'histoire des évènements de 45 à Sétif et tout le nord Constinois n'a pas non plus été écrite dans sa vérité. En 1961 cette manifestation PACIFIQUE a été organisée par le FLN-France et a fait
plus de 300 morts, seule une centaine a été identifiée, car les manifestants venaient de toute la France et personne dans l'administration ne se souciait des déclarations de disparition ... Ces
morts ont été le fait des ordres du Prefet Maurice Papon, ex Super Administrateur du Constantinois où il a laissé de bien mauvais souvenirs. Il est bien entendu qu'il tenait lui-même ses ordres
de son Ministère et par delà de la Présidence, là dessus tout a été enfoui sous le label "secret-défense", non levé à ce jour.


Il faut remarquer que les agents de la force publique ne se sont pas plus sentis coupables que ceux qui quelques dizaines d'années auparavant avaient exécuté les rafles de français juifs et
avaient participé à leur déportation vers les chambres à gaz ... dans ces temps là aussi Maurice Papon exerçait ses pouvoirs à Bordeaux et y était très actif. Un bon français quoi !


Quand à stigmatiser les vieux cons du FLN ... que peux-t-on reprocher à des hommes de vouloir leur pays libre de toute occupation et de tout esclavage ? Seul un imbécile pourrait arguer ainsi, et
toute comparaison avec les syndicalistes de Guadeloupe est nulle et non avenue.



thalasrum 18/10/2011 21:10



bonne précision



birahima2 18/10/2011 07:43



évidemment la lutte des classes, c'est autre chose que l'activisme commémoratif.



thalasrum 18/10/2011 15:33



Je t'ai déjà expliqué, la liberté, c'est aussi celle de ne pas lire les contenus qui ne te plaisent pas !


Visiblement, tu lis en diagonale & confond Histoire & Mémoire,...


Dorénavant, je ne répondrai plus à tes provocations, je supprimerai !



birahima2 17/10/2011 20:36



"ce pays est en train de préférer la Mémoire à l'Histoire et l'Identité à la Mémoire."


dirait Jean-Pierre Rioux.


et pourtant, il est pas particulièrement axé sur la lutte des classes...


 


 


 


 



thalasrum 17/10/2011 21:13



C'est une lapalissade, mon cher...


Sans que je voie pour autant le lien entre mémoire & lutte des classes !