Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affaire Florence Cassez : la France méprise la justice & le Mexique

Publié le par thalasrum

JusticeCela fait plusieurs années que l'on nous ressort régulièrement l'affaire. Cette française accusée d'enlèvement au Mexique & condamnée à 60 ans de prison. En appel, sa peine a été confirmée, & la semaine dernière, son pourvoi en cassation rejetée. Cette femme clame son innocence, sa famille & ses soutiens réclament sa libération. Par tous les moyens ! Jusque là, rien d'anormal. La force des liens familiaux & amicaux dépasse évidemment tout cadre objectif & il serait vain d'en vouloir à ces gens de demander la libération de leur fille.

Mais la situation se complique quand le président de la République française, Nicolas Sarkozy, s'en mêle. Après avoir reçu les parents de la condamnée, M.Sarkozy s'est fendu d'une déclaration où il réclame le retour de Florence Cassez en France & déclare que l'année France-Mexique sera dédiée à la détenue.

À partir de là, mon cerveau coince totalement. Reprenons tranquillement. Le Mexique est un État indépendant, considéré comme démocratique, avec une séparation des pouvoirs. La justice mexicaine, saisie d'un dossier par la police du même pays, condamne une personne à 60 années de prison. Vu de France, ça paraît beaucoup, mais chaque pays forge ses propres lois. Personne n'est choqué par des peines de 100 ou 200 années de prison aux États-Unis que je sache. La condamnée fait appel. Elle perd de nouveau. Elle se pourvoit en cassation & elle perd de nouveau, les juges considérant que les vices de procédure invoqués sont insuffisants.

L'emballement médiatique en France est gigantesque. Déni de justice, scandale, procès politique. Les grands & les gros mots sont de sortie pour qualifier une justice mexicaine, soit-disant aux ordres du président de la République mexicaine, Calderon, élu sur un programme sécuritaire. À aucun moment je n'ai pu lire (certes, l'affaire ne m'a pas passionné jusque là) de médias français reprenant clairement l'enquête & parlant des faits de la condamnation. Systématiquement, les médias français prennent le parti de dénoncer le manque d'indépendance de la justice par rapport à l'exécutif mexicain.

Petit effort de mémoire. Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ? L'indépendance des États souverains ? Ne serait-on pas là face à une réminiscence colonialiste de notre bon État français, face à un horrible complexe de supériorité entre la grande puissance française, cinquième mondiale paraît-il, puissance nucléaire, membre permanent au conseil de sécurité de l'ONU face à un État pauvre, en développement, luttant contre la criminalité, contre la mafia ?

Oui, mais le président mexicain instrumentalise la justice à ses propres fins. C'est vrai qu'en France on ne pourrait pas voir un président de la République utiliser les arguments sécuritaires, & exploiter les faits divers de l'actualité judiciaire pour vanter son action, surtout pas pendant plus de 150 minutes sur une grande chaîne nationale !!!!

Je ne sais rien de l'affaire Cassez sur le fond. Par contre, avant de donner des grandes leçons de droits de l'hommisme au Mexique, sans doute serait-il temps que la France commence par balayer devant sa porte !

Commenter cet article