Ils ont dit

"L'homme raisonnable s'adapte au monde qui l'entoure. L'homme déraisonnable cherche à adapter le monde à lui-même. C'est pourquoi tout progrès dépend uniquement de l'homme déraisonnable." Georges Bernard Shaw

Recherche

8 juin 2006 4 08 /06 /juin /2006 01:40
"Le déficit du régime général (salariés) de la Sécurité sociale devrait atteindre 10,3 milliards d'euros en 2006, contre -8,9 milliards d'euros prévus par le gouvernement, selon les prévisions de la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) publiées jeudi 8 juin." lemonde.fr  08/06

La suite de l'article explique que le déficit est certes moins important que les deux années précédente, mais qu'il reste bien en dessous des résultats escomptés par la loi de financement. Pourrtant, cette loi met en place un régime très dur pour les cotisants: des centaines de médicaments ne sont plus du tout remboursés & des centaines d'autres ont vu leur remboursement diminuer. L'emploi de génériques est favorisé. Chaque consultation d'un spécialiste est soumise au préalable à la condition de la consultation d'un généraliste. Le remboursement des frais médicaux ne sera plus complète à partir du mois de juillet, puisque la consultation d'un généraliste coûtera désormais 21 euros, & le consultant ne sera remboursé que de 20 euros....
Que  va faire le gouvernement dans cette situation. On peut s'attendre à voir le gouvernement expliquer que les français "consomme" trop du système de santé, qu'ils sont trop privilégiés & qu'ils en abusent. Derrière, on verra arriver une liste gigantesque de médicaments qui ne seront plus remboursés, & les consultations seront sans doute encore moins bien remboursées.
Le problème, c'est qu'on s'attaque au problème à l'envers. En effet, on ne parle du déficit de la sécurité sociale qu'en termes de coût, mais pas à la source, en termes de revenus par le biais des cotisations sociales. S'il y a un déficit si important, ne serait-ce pas enpartie en raison des exonérations de charges patronales en particulier pour les plus grandes entreprises??? "L'usager" ne serait-il pas pris en otage par le gouvernement qui créerait artificiellement un déficit en vue de condamner un système qu'il a lui-même mis en faillite ?????
Regardez la SNCF: le nombre d'agents diminue quotidiennement, & ensuite on reproche à la SNCF de ne pouvoir traiter les interminables files d'attente dans le temps normalement imparti.... Dans l'éducation, c'est le même principe, le gouvernement limite le crédits & reproche ensuite aux enseignants de ne pas avoir de milleurs résultats.
Dans tous les cas, l'objectif est identique: il s'agit de couper les crédits à un service public qui fonctionne plutôt bien jusqu'à ce qu'il ne fonctionne plus, pour ensuite le condamner, & propose à la place un système privé. le système est bien avancé dans la Santé, pour le ppeu services ppublics qui restent, ce ne semble être qu'une question de temps.... Sauf en cas de changement de gouvernement???

Partager cet article

commentaires

enzo d'aviolo 08/06/2006

beaucoup de choses dans ton post qui se résume par:
une dénonciation de toutes les contradictions libérales. L'objectif affiché étant toujours différent de l'espéré, à savoir favorisé un petit nombre au détriment du plus grand sous couvert d'économie d'impôt! tout cela est un leurre mais cette manipulation prend fortement dans la population malheursement!

Flob 12/06/2006

Effectivement c'est bien de rappeler qu'on casse les services publics en diminuant le nombre d'agents sous couvert d'efficacité. S'étonner de leur inefficacité lorsqu'on leur a sucré tous les moyens, c'est une solution de facilité, et une véritable stratégie pour amener l'ouverture du capital, puis la privatisation totale parallèlement à l'ouverture du "marché"... C'est navrant mais c'est le scénario que souhaite étendre l'agenda de Lisbonne à tous les autres domaines.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog