Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour un tour de France sans contrôle antidopage !

Publié le par Mouloud

Depuis qu'Armstrong a gagné sept tours de France consécutifs, de nombreuses affaires de dopage ont éclaté, & émaillent régulièrement les chroniques sportives & les faits divers. On peut noter que les affaires les plus lourdes interviennent de manière récurrente sur le Tour de France, parce que l'épreuve est la plus prestigieuse, sans doute, mais aussi parce que la loi de Marie-George Buffet a mis les pieds dans le plat du dopage pour tenter de faire le ménage. Sauf que la loi ne s'applique que dans l'hexagone.
A l'arrivée, chaque mois de juillet est une hécatombe pour le cyclisme, mais les reporters sportifs ne peuvent taper trop fort sur les "dopés" puisque ces mêmes dopés leur permettent les plus grosses audiences.
Le cyclisme est un sport dur, très dur... atrocement dur ! Personne ne le niera. Il suffit d'être monté sur un vélo une fois dans sa vie & s'être retrouvé dans une petite côte ou face au vent pour comprendre... Dans le même temps, le sport n'est beau & n'intéresse que s'il est constitué d'exploits "gigantesques".
Le vélo offre cela au téléspectateur moyen : les coureurs roulent à plus de 40 km/h face au vent, ils montent l'Alpe d'Huez à presque 30 km/h (même en voiture, c'est difficile d'y parvenir !), ils descendent comme des fous les cols, même par temps de pluie, forcément, c'est impressionant. Pire, le tour de France dure trois semaines. Pendant vingt jours, le peloton enchaîne les étapes de presque 200km sans coup férir. Est-ce possible humainement ? Oui, puisqu'ils le font & qu'ils sont des êtres humains. Est-ce possible sans se doper ? Sans aucun doute, puisque beaucoup y parviennent. Mais est-ce possible de gagner sans se doper ? Les derniers tours tendent à prouver que non. Tout simplement parce que le sport est trop durs & que les enjeux sont trop importants.
Regarderait-on le tour de France si les coureurs roulaient à la même vitesse que les amateurs ? Bien sûr que non !
L'hypocrisie de la société actuelle est là : elle veut à la fois l'impossible & le superhéros, en même temps que des êtres humains comme toute personne lambda devant son poste. Pourquoi ne pas renoncer une fois pour toute à lutter vainement contre le dopage (personne n'a réellement intérêt à lutter efficacement contre le dopage, de fait... ni les spectateurs, ni les sponsors...) ?
Il suffirait, à l'image des sports professionnels américains d'interdire les produits qui choquent la société (cocaïne & héroïne là-bas) & de laisser les sportifs prendre tous les dopants qu'ils veulent, en toute connaissance de cause, c'est à dire d'accepter de mourir jeune (Simpson, Griffith Joyner...).
Si le sportif est conscient des risques qu'il prend (comment pourrait-il ne pas l'être avec les enquêtes successives ?), où est le problème. Chacun pourrait choisir en conscience de devenir un professionnel avec les risques que cela comporte. De toute façon, la "morale" sportive serait sauve, si tant est qu'il y ait une morale sportive : le meileur gagne toujours à la fin. A dopage égal, c'est le meilleur qui l'emporte ! & Monsieur Toutlemonde pourrait continuer de rêver en s'empiffrant de cacahuètes & de bière !

Commenter cet article