Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sujet philo:le dénigrement du bac est-il un prélude à sa suppression?

Publié le par Mouloud

C'est un truc à la mode dans le petit monde de la droite politique, mais aussi dans les médias affidés : il faut massacrer l'épreuve du baccalauréat, la traîner dans la boue autant que possible, avec au passage quelques coups de cannes aux professeurs si on a quelques secondes supplémentaires.
L'épreuve de philosophie, inutile s'il en est dans la réflexion sarkozyenne de transformer le citoyen lambda en machine docile & obéissante, a donc subi les foudres des têtes bien pensantes de la sphère politique. & on n'a pas envoyé n'importe qui sur France Inter, France Culture, puis France 2, mais bien sa majesté Luc Ferry, ex-ministre de l'Éducation nationale d'un gouvernement précédent, & affublé du pompeux titre de philosophe.
Cet homme dont la réflexion devrait dépasser la norme pour disposer d'un tel espace médiatique s'est répandu en propos presque diffamatoires pour sa propre discipline, expliquant que sans travailler il pourrait obtenir 17 ou 18 sur 20 à l'épreuve du baccalauréat ou de l'agrégation (les étudiants & les agrégés apprécieront !) car la philosophie ne propose plus aujourd'hui une réflexion, mais un simple exercice de style. Utilisant l'argument d'autorité, il enchaîne impassible, hautain, dédaigneux pour la philosophie, l'ensemble des enseignants en philosophie, & l'immense nombre de bacheliers usant leurs culottes sur les bancs des cours, pour expliquer que l'épreuve de philosophie du baccalauréat n'est qu'une tradition désuète dans la mesure où une même copie peut obtenir 3 ou 17 selon le correcteur ! Les professeurs correcteurs du baccalauréat apprécieront les propos à leur juste mesure.
Dans le même temps, un rapport publié au Sénat propose de supprimer le baccalauréat...
En fait, ce qui ressort en négatif de toute cette agitation anti-bac, c'est le coût, la logistique d'une telle épreuve ! Le problème est une nouvelle fois économique : faire passer le bac coûte cher & le gouvernement, à la recherche de toutes les petites économies possibles pour les masses (pour les riches, le même gouvernement est bien moins regardant, quand on se réfère au paquet fiscal par exemple...), est prêt à le discréditer totalement, pour pouvoir ensuite le supprimer plus aisément.
Qu'on ne s'y trompe pas : la droite cherche à supprimer le bac non parce que c'est un examen bicentennaire, donc désuet, mais bien parce qu'elle voudrait en économiser le coût !

Commenter cet article