Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le crépuscule de De Villepin?

Publié le par Mouloud

gestion désastreuse du Clemenceau, polémique sur le chikungunya à la Réunion, colère des jeunes contre le contrat première embauche (CPE) et des syndicats contre la fusion Suez-GDF

La conférence de presse du premier ministre montre hier soir les premiers signes de la décadence du premier ministre, & ainsi de son gouvernement. Voire de son incompétence. Inquiétant pour l'héritier potentiel de Chirac, mais inquiétant aussi pour son principal opposant Nicolas Sarkozy, qui est lui aussi membre de ce gouvernement.

Le premier ministre "accumule les mauvais points" écrit libération en parlant du porte-avions Clémenceau, du Chikungunya, de la réaction par rapport au CPE et de la fusion Suez-GDF. À ce niveau là, il ne s'agit plus de mauvais point, mais bien d'incompétence notoire. À propos du clémenceau, il apparaît clairement que Mme Alliot-Marie a menti concernant les quantités d'amiante du navire pour flouer les instances internationales. Le problème est que sa démission ne peut être acceptée que dans la mesure où ses "deux supérieurs", tout aussi responsables qu'elle renonceraient eux aussi à leurs mandats (i.e le premier ministre et le président de la République qui étaient nécessairement au courant de la situation), ce qui ne risque pas d'arriver...

De la même manière, les commentaires de François baroin, ministre de l'outre-mer tant sur le Chikungunya que sur les vertus positives de la colonisation aurait du amener ce charmant ministre vers la sortie, mais personne n'en évoque même la possibilité, ce qui charge un peu plus M.De Villepin.

Pour le CPE, la situation de M. De Villepin devient chaque jour plus intenable : la loi a été votée à toute vitesse, sans concertation, avec une opposition allant du centre droit à l'extrême gauche, voire au sein même du gouvernement avec l'opposition affichée de M.Borloo. La contestation prend chaque jour un peu plus forme, l'unité syndicale se crée, tandis que De Villepin et Chirac se crispent sur cette loi qu'ils ont porté à bout de bras depuis le début. Même l'opinion semnle se renverser, si l'on en crooit les résultats d'un sondage commandé par l'Humanité qui laisse aparaître plus 60% de personnes sceptiques par rapport à ce projet de CPE.

Enfin, la fusion Suez-GDF remet en cause la promesse faite  il y a deux ans par le ministre d'alors, un certaiin Sarkozy de préserver au moins 70% du capital sous le contrôle de l'État. En effet, la fusion ne laisserait plus à l'État que 35% du capital. Thierry Breton, l'actuel ministre des finances, apparaît donc aujourd'hui comme le liquidateur de GDF.

Les conséquences sont donc graves pour les deux présidentiables potentiels que sont De Villepin & Sarkozy, l'un en tant que chef d'un gouvernement qui prend l'eau de toute part, l'autre comme membre dudit gouvernement mais surtout qui commence à accumuler les échecs. Sa promesse faite pour GDF n'est pas oubliée. De plus, les questions, jusque là restées sans réponse posée par le livre "Le destin de Brutus", de Victor Noir réapparaissent & peuvent sonner le glas de cette droite radicale & extrême que M.Sarkozy chercherait à incarner.

Le fusible Raffarin étant tombé, De Villepin apparaissait comme la dernière chance pour Chirac. il a fait illusion presque neuf mois. Mais il se retrouve aujourd'hui happé dans le tourbillon médiatique qu'il parvenait jusque là à contrôler. Le vent semble tourner pour le Premier ministre, le seul espoir qui reste à M.Chirac est que la tourmente emmène avec elle aussi M.Sarkozy. Il resterait Jean-Louis Borloo comme homme providentiel...

Commenter cet article