Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous avez dit pouvoir d'achat

Publié le par thalasrum

Pendant toute la campagne électorale, Sarkozy a joué sur l'ambiguité rassurante pour tout le monde. À l'électorat de droite dure, il ne cessait de répéter,  "il faudra travailler plus pour gagner plus". Dans le même temps, pour récupérer une partie de l'électorat modéré ou centriste, il a du se résoudre à employer un discours bien plus complexe sur le pouvoir d'achat. Bien évidemment, tant sur l'augmentation du temps de travail que sur le pouvoir d'achat, il n'a rien proposé de concret.
Finalement élu, pour l'augmentation du temps de travail, il a trouvé l'opportunité des heures supplémentaires, qui peuvent dans certains cas, être défiscalisées (ce qui coûte de l'argent à État) sans pour autant rapporter véritablement à ceux qui en ont véritablement besoin.
Sur le pouvoier d'achat, il s'est empressé d'augmenter celui desplus riches, en faisant 15 milliards de cadeaux fiscaux. Mais ceux qui ne payaient pas d'impôts (environ la moitié de la population) ou ceux qui en payaient peu, n'ont rien vu venir, si ce n'est l'inéluctable augmentation des prix pendant que leurs salaires stagnaient. Les fonctionnaires ont même vu leur pouvoir d'achat baisser, le ministère ayant refusé d'indexer le point d'indice sur l'inflation!
Aujourd'hui, Sarkozy prétend qu'il va faire des annonces. Mais lesquelles? Comme il l'a dit lui-même, le budget n'est pas illimité. Il prétend jouer sur les prix des biens, sauf que dans ce monde  libéralisé, l'État n'a aucun moyen de jouer sur les prix, si ce n'est de diminuer la TVA ce qu'il n'envisage aucunement. Les membres du gouvernement brassent du vent à la télévision en prétendant qu'il y aura un impact sur les prix moyens, mais ils se refusent d'intervenir sur les leviers qu'ils possèdent (augmentation du SMIC,  plan de construction en masse de logements sociaux pour répondre à l'inflation liée à la pénurie de logements, ...)
Encore une fois Sarkozy joue la carte de la communication sans l'action. Combien de temps les citoyens vont-ils accepter cet état de fait?

Commenter cet article