Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Macron sur TF1 : au service de sa majesté le monarque !

Publié le par thalasrum

Le président de la République française vient s'exprimer à la télévision française. C'est la première fois de sa courte présidence. Ce n'est pas une information en soit : l'information serait qu'il va annoncer quelque chose ou qu'il a annoncé quelque chose. Pourtant, dans la sphère de médiacrates qui s'agitent dans tous les sens. L'expression du président est déjà une finalité en soi.

Le président de la République choisit TF1 comme chaîne exclusive. Là, il y a un message très clair. Le président choisit de s'exprimer sur une chaîne privée qui appartient à Martin Bouygues plutôt que de parler sur une chaîne du service publique. Cela dénote le mépris de cet immense libéral pour l'idée d'intérêt général, de service public.

Le choix des trois intervieweurs clôt tout suspense d'obtenir un quelconque scoop : Gilles Bouleau, Anne-Claire Coudray, et le cireur de pompes officiel de la République après Bruno Roger Petit : David Pujadas. Pas de risque de dérapage avec ces trois là !

D'ailleurs, l'interview commence formidablement dans l'entre-soi, avec les mots utilisés par le président. On pouvait espérer une question sur le glyphosate, sur l'emploi, sur le scandale lié à Sanofi avec la dépakine, sur des problèmes concrets des français. Mais non, le prince et ses trois serviteurs dévoués déblatèrent gentiment sur le ton présidentiel. Gilles Bouleau qui n'a même pas conscience du nain journalistique auquel il se trouve réduit se trouve même impertinent d'avoir demandé si on pouvait parler comme Audiard... Sic !

Et tout ronronne pendant un peu plus d'une heure, si ce n'est un minuscule couac quand Macron déclare que ses laquais sont aussi des riches, comme lui. Le président de riches, une petite fausse note, dans une symphonie à quatre mains au service de la glorification du pouvoir. Avec un réalisateur complice, qui met en valeur les objets du président sur son bureau. À tel point que le président Macron se sent obligé de remercier ses trois collaborateurs d'un soir pour lui avoir permis de s'exprimer, sic !

Même la douce Sonia Devillers sur France Inter est choquée de ce rôle de passe plats joués par ces trois nains qui ont défailli à leur mission journalistique et tente dans son interview matinale de l'instant M de Gilles Bouleau de lui faire admettre. Que nenni ! Il s'est trouvé très bon ! Pas du tout frustré. Il croit même avoir fait son travail de journaliste, puisque 9,5 millions de téléspectateurs étaient devant les écrans... Ce gars n'a décidément rien compris !

Tant qu'il n'y aura en France que des laquais du pouvoir, tout chose de pouvoir côtoyer les puissants, de leur servir la soupe, plutôt que de se comporter en quatrième pouvoir indépendant, enquêteur et intransigeant, la démocratie s'enterrera gentiment dans un abstentionnisme géant. Oui, Macron est le président des riches, mais pas un des trois en face de lui n'a réussi à le mettre devant ses responsabilités d'un chômage galopant, d'un enrichissement des plus riches et d'une fracture chaque jour plus béante entre la sphère dirigeant et le dur quotidien de tous les autres !

 

Commenter cet article