Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gérard Filoche, le faux infiltré de gauche au PS !

Publié le par thalasrum

Le Parti Socialiste français n'a plus de socialiste que le nom, depuis bien longtemps déjà. Le PS est un parti allant de la social-démocratie au social-libéralisme selon l'envie, l'humeur, ou le micro-courant politique. La sortie du socialisme a été amorcée en 1983 avec le tournant de la rigueur et s'est finalisé en 2002, quand Lionel Jospin, en campagne à la présidentielle pour le PS,  a prononcé l'oraison funèbre : "Mon programme n'est pas socialiste !" Avec la funeste issue que chacun connaît !

De ce changement majeur d'orientation, le PS n'a jamais fait le bilan depuis quatorze années maintenant. Le vote sur le traité constitutionnel européen en 2005 a montré l'ampleur de la fracture croissante entre les sociaux libéraux, et les socialistes, et cette fracture n'a cessé de croître d'année en année.

Finalement, en 2008, Jean-Luc Mélenchon a décidé d'abandonner le navire PS pour lancer le parti de Gauche, un nouveau parti, plus en adéquation avec les valeurs socialistes, héritières de Jaurès ou Blum. Et la partie socialiste du PS n'a cessé de fondre, comme neige au soleil, bien que les militants refusent de donner aux vrais libéraux, une véritable majorité, Manuel Valls réalisant 5% aux primaires de 2012. Ce sont toujours les candidats de l'entre deux, partisans du grand écart, qui ont récolté la majorité des suffrages. Ce que les politiques du PS, une fois élus, n'ont jamais démontré.

Le mariage pour tous comme caution aux socialistes, les lois Macron, El Khomri, la réforme du collège (8% d'économie budgétaires), Valls premier ministre, le refus de l'amnistie des syndicalistes poursuivis, pour rassurer les libéraux.

Aujourd'hui, à moins de six mois des élections présidentielles, le PS n'a toujours pas de programme politique. Pourtant, le PS appelle les militants et sympathisants à se prononcer sur une primaire pour désigner le candidat. On désigne un candidat dans un parti qui n'a pas de ligne directrice. Le candidat désignerait donc lui-même l'orientation politique de son parti ? Personnalisation accrue du pouvoir ! On marche sur la tête !

Mais la primaire du PS n'est pas ouverte à tous ! On somme Macron et Mélenchon d'en être, alors qu'on interdit à des socialistes de concourir (Filoche), ou à des candidats qui le voudraient d'y participer (comme Larrouturou).

Ainsi Gérard Filoche, dont les idées et la philosophie sont extrêmement proches du programme politique de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, qui s'est vanté sur tous les réseaux sociaux de réunir la gauche du PS et avec qui on allait voir ce qu'on allait voir, qui allait poser les jalons d'une union de la gauche... n'a même pas réussi à rassembler les parrainages politiques pour se présenter à la primaire. Manœuvre d'appareil ? Sans aucun doute ! Le candidat faisant le programme, les sociaux-libéraux n'ont aucun intérêt à avoir un candidat trop à gauche.

La logique voudrait que Gérard Filoche claque la porte de ce PS qui ne veut ni de lui ni de ses idées, sauf pour servir de caution de gauche quand on a besoin de lui pour rassurer l'électorat. Et bien, que nenni ! Gérard Filoche pleurniche quelques paragraphes sur son blog, puis repose le petit doigt sur la couture du pantalon et se remet au garde à vous pour servir les intérêts du libéral qui va nécessairement être élu. Valls ou un autre, qu'importe ! 

Quel est donc le rôle de Gérard Filoche au PS ? Attirer l'électeur de gauche dans la nasse du PS pour mieux trahir ses idées et convictions une fois élu. Filoche la caution de gauche du PS ? Non Filoche l'éléphant du PS qui préfère trahir ses convictions et ses idées sur l'autel du parti. Et si Hamon devenait le candidat ? La réponse sonne comme une évidence : il y a Montebourg pour l'empêcher de rassembler suffisamment d'électeurs ! S'il avait constitué un réel danger, le camarade Cambadélis aurait manœuvré pour l'empêcher de se présenter.

Comment l'inspecteur du travail qu'a été Gérard Filoche peut-il prétendre être de gauche et au PS ? Comment peut-il accepter la criminalisation du mouvement syndical ? Comment peut-il accepter la casse du code du travail ? Quand vous voyez Gérard Filoche pleurnicher à la télé les trahisons de ses camarades du PS, pensez au crocodile qui vient de manger une antilope la larme à l'œil. Non Gérard Filoche ne sert pas la gauche, il sert le parti social-libéral appelé PS ! Comme les autres, il ment au peuple, il se grime en ce qu'il n'est pas, pour mieux trahir. Il fait partie de cette caste qui veut que surtout rien ne change ! Ne l'oubliez pas avant d'aller voter en 2017 !

 

Commenter cet article